in ,

Emirats arabes unis : un Egyptien, sans travail et à la rue, se voit offrir un poste de contremaître par le prince héritier d’Umm Al Quwain

La mort dans l’âme, l’Egyptien Ezzat Anwar, 29 ans, s’était résolu à quitter début décembre son village situé près d’El Mahalla El Kubra, laissant derrière lui ses parents, sa femme et ses enfants, en quête d’un avenir meilleur loin de sa modeste échoppe de boucher.

C’est dans le pays de cocagne des Emirats arabes unis, sur la terre pleine de promesses de Sharjah où l’attendait un emploi de contremaître au sein d’un hôtel haut de gamme, qu’il débarqua, le cœur rempli d’espoir.

Prêt à saisir cette chance unique d’évoluer dans l’hôtellerie de luxe, il avait consenti à vivre éloigner des siens pendant plusieurs mois, un lourd sacrifice, pour mieux se retrouver par la suite. Quelle ne fut pas sa cruelle désillusion de se heurter à des portes closes lorsqu’il se présenta devant l’agence de recrutement. Une bien obscure agence qui, hélas, avait tout d’une entreprise fantôme…

Publicité
Publicité
Publicité

D’abord incrédule, le malheureux Ezzat Anwar, sous le choc, a dû se rendre à l’évidence : il avait été la proie facile d’une arnaque abjecte et n’avait plus que ses yeux pour pleurer, alors que ses maigres économies étaient déjà presque totalement englouties.

                       Ezzat Anwar

L’idée de retourner auprès des siens, sans le sou, lui était à ce point insupportable qu’il décida de faire contre mauvaise fortune bon cœur. Résolu à ne pas renoncer aussi facilement, il resta dans ce qu’il croyait être son nouvel eldorado et chercha à se faire embaucher, désespérément. Mais sans connaissances et n’ayant nulle part où aller, il s’est très vite retrouvé à la rue pendant trois longs mois, dormant dans les jardins publics de Sharjah ou, de temps à autre, dans les mosquées.

« Je ne savais plus quoi faire, j’étais désespéré », a confié récemment Ezzat Anwar à la presse émiratie. « Je ne pouvais pas dire la vérité à ma femme et à mes enfants, car tous leurs espoirs reposaient sur moi. J’étais venu ici pour travailler, pas pour m’amuser. C’était impossible de rentrer à la maison sans travail, sans argent, sans perspective », a-t-il ajouté au bord des larmes.

Publicité
Publicité
Publicité

Ezzat Anwar devra sa planche de salut à une femme, en la personne de Dedra L. Stevenson, une célèbre auteure américano-émiratie ayant beaucoup d’entregent. Cette dernière a été profondément touchée de l’apercevoir un jour de février, assis par terre, recroquevillé sur le trottoir, visiblement esseulé et anéanti, en train de se tenir la tête entre les mains, au centre-ville de Sharjah.

Dedra L. Stevenson

Après avoir hésité à s’approcher de lui, celle qui allait jouer de ses relations pour le sortir de ce bien mauvais pas, finit par aller à sa rencontre. « Enfin, j’ai rassemblé mon courage pour lui demander si tout allait bien. Il n’a pas dit grand-chose au début, mais m’a répondu positivement. Je voyais bien qu’il ne disait pas la vérité et qu’au contraire il était au bord du gouffre », a-t-elle expliqué à la presse locale.

« Quand je lui ai demandé où il habitait, il a détourné le regard avec des yeux larmoyants. C’est là que j’ai su que je devais lui venir en aide sans tarder », a-t-elle ajouté, en précisant qu’elle lui avait proposé une somme d’argent, mais en vain. Ezzat Anwar, bien que totalement démuni, refusa une aide matérielle qui le réduisait à la mendicité, lui qui, toute sa vie durant, avait gagné son pain à la sueur de son front.

Ni une ni deux, c’est sur Facebook que Dedra L. Stevenson sensibilisa son cercle d’amis influents au sort injuste et misérable de ce jeune père de famille égyptien. Son SOS de détresse a été rapidement entendu, arrivant aux oreilles de Meera Butti Omeir, qui n’est autre que l’épouse du chef adjoint d’Umm Al Quwain et prince héritier de l’émirat : cheikh Abdullah bin Rashid Al Mualla III.

En l’espace de quelques heures, une éclaircie inespérée a réussi à poindre dans l’horizon assombri de Ezzat Anwar. Le cheikh Abdullah bin Rashid Al Mualla III, scandalisé par sa mésaventure, est en effet intervenu personnellement pour qu’on lui offre le poste de contremaître qui lui avait été initialement promis, ainsi que le gîte et le couvert, mais pas dans n’importe quelle forteresse dorée… Dans son palais somptueux, le plus sûr rempart contre la malveillance de certains hommes.

           cheikh Abdullah bin Rashid Al Mualla III

Publicité
Publicité
Publicité

« Nous lui avons montré sa chambre et la cuisine. C’est un homme affaibli, abattu et humilié qui s’est présenté devant nous. Sa famille lui manquait cruellement. Mes enfants, mon épouse et moi-même l’avons entouré de notre affection et avons tout fait pour lui remonter le moral », a révélé l’intendant en chef de la résidence royale, empli de bienveillance à son égard.

C’est désormais sous les cieux de l’émirat d’Umm Al Quwain qu’Ezzat Anwar a recouvré sa dignité et s’efforce d’oublier ses trois mois de descente aux enfers. Il s’emploie activement à se forger un avenir plus radieux, n’ayant pas de mots assez forts pour exprimer sa gratitude au prince héritier et à son épouse, mais aussi à Dedra L. Stevenson, celle qui, la première, vola à sa rescousse.

Un heureux épilogue qu’il souhaite aux autres travailleurs étrangers, vers lesquels toutes ses pensées sont tournées.

13 commentaires

Laissez un commentaire
  1. @cheyenne. Même si j’entends ce que vous dites, c’est pour moi de second ordre. Je suis plutôt d’accord avec Saidb : inutile de promouvoir les Emiratis. Leur idéologie est deja inique sur leur sol avec la kafala appliquée aux migrants par exemple. En plus ils la propagent auprès des musulmans en Occident à grands coups de petro dollars. A moins que ça ne soit leur voisin. Mais c’est bonnet blanc et blanc bonnet. Bien à vous.

  2. Les EAU sont impliqués dans la destruction du peuple yéménite en l’occurrence d’un peuple musulman…..ce soit disant cheikh qui a certainement les poches pleines grâce à ses ancestres qui se sont accaparés les richesses de ce pays, est considéré comme un homme de bien qui a sauvé un pauvre égyptien frère dans le besoin…..un grand article pour le saluer et montrer la générosité d’un riche pseudo musulman en terre EAU….Alors qu’à l’instant où je rédige ces commentaires des milliers de yéménites meurent sous les bombes et la misère perpétrée par l’implication des membres de cette famille de ce soit disant sheikh….il sauve un égyptien Et detruire des milliers de vie ailleurs……un grand aticle de oumma sur la générosité d’une crapule et si peu sur l’implication de la destruction du Yemen pays musulman par ces monarchies wahhabites….ces wahhabites qui tuent plus que le coronavirus….

    • Candlelight : Pas d’amalgames, pas d’amalgames, chanson très en vogue, chez les musulmans, en occident !
      Mais ne dit-on pas, que charité bien ordonnée, commence par soi-même ?
      Connaissez ce gars personnellement, pour affirmer qu’il a les mains tachées de sang, ou vous l’accusez, tout simplement, parce qu’il né dans un pays que vous détestez ?
      Son geste est beau, et je pense que cet Egyptien doit plutôt apprécier, c’est tout ce qui compte !
      Les habitants d’un pays, ne sont pas vraiment tous responsables des décisions prises par le pouvoir, il se peut très bien que cet homme, soit en désaccords, avec le pouvoir de son pays !
      La médisance, la jalousie et la diffamation, sont des péchés !
      Et ne foule pas la terre avec orgueil : tu ne sauras jamais fendre la terre et tu ne pourras jamais atteindre la hauteur des montagnes ! Sourate 17, 37

      • Votre analyse est remarquable c’est de l’ironie….vous êtes pathétique….vous parlez de jalousie car c’est votre façon de vous mettre si bas à la place de l’autre celui qui vous ressemble…et celui qui vous ressemble vous pousse vers l’orgueil le plus haut…et vous en formulez la preuve par vos commentaires…..

  3. Je ne savais pas qu’Oumma faisait de la propagande pour riches sultans. C’est la moindre des choses pour quelqu’un qui doit gagner en une journée, ce qu’un travailleur égyptien moyen mettra toute une vie à gagner et gagner ne peut se faire sans léser ou exploiter d’autres citoyens.
    Je m’extasirait d’admiration quand il décidera de limiter son salaire à 1500 euros/ mois (10X le salaire moyen en egypte) , ce qu’il doit claquer en moins d’une journée.

    • Saidb : Vous faites un procés d’ intention, a un homme qui a laissé parler son coeur. Il n’ est pas plus responsable, d’ etre né dans une famille prnciere, que vous d’ etre né dans une famille modeste. Nous ne choisissons pas là ou nous tombons, mais nous avons le devoir d’ assumer notre vie, la jalousie mene a la haine, pensez y !

      • Point de jalousie, ni de haine, je m’étonne qu’un acte aussi banal/normal fasse la première page d’un site d’information.
        A contrario, les grands de ce monde ne feront pas la première page lorsqu’ils dépenseront 5000 euros pour s’acheter une montre ou pour se payer un diner.
        Du coup, l’impression laissée est qu’il s’agit d’un Prince généreux alors que ce n’est pas réellement le cas, si on adopte une démarche intellectuelle plus systémique.

        Peut être que mon premier post n’était pas assez explicite, j’espère que celui-ci l’est davantage.

        • Saidb : Le beau geste, vient du fait, qu’il n’était pas obligé de le faire, et qu’il l’a fait .
          Je voudrais juste vous faire remarquer, que dans les pages de Oumma, il n’ est pas rare de voir des articles, sur des musulmans qui font une bonne action, alors, que faire une bonne action, n’ a rien d’ extraordinaire, pourquoi, du fait qu’il soit prince, devrait ‘il etre ignoré !
          Exemple : https://oumma.com/canada-des-musulmans-accueillent-les-sans-abri-de-toronto-dans-un-abri-bus-durant-tout-lhiver/

          • Saidb : Vous pensez ce que vous voulez, parce que ce n’est pas a vous de juger les actes d’ un homme s’ils sont bons ou pas!
            Et je ne suis pas sur, que le coran vous donne une telle initiative, alors, vous commettez un péché, je dirais même un double péché !
            La liberté d’ expression, que tu t’ octrois, il faut savoir l » utiliser, ou alors, ne viens plus critiquer les islamophobes, qui font la même chose que vous. C’est pas beau !

          • Cheyenne
            Vous confondez tout,
            1/ si vous relisez mon premier et mon second post, ma critique essentielle concerne le sujet de l’article : mettre à l’honneur un Emir pour un acte positif mais somme toute insignifiant.
            2/ Dire qu’il ne s’agit pas d’un acte exceptionnel d’un beau geste oui c’est un jugement mais ce n’est pas un jugement moral, je ne dis pas que l’acte est mauvais ou bon, bien ou mal vis à vis de Dieu, de la société ou de patcha mama, je dis que pour moi, il n’a rien d’exceptionnel.
            3/ Votre problème qui est celui des personnes au regard étriqué, c’est que vous pensez que comme je m’appelle Saidb, ma principale grille de lecture et d’appréciation est l’Islam, détrompez vous, si l’Islam est un référent important, ce n’est pas le seul, Dieu merci.
            4/ Je ne sais pas ce que la liberté d’expression vient faire dans notre conversation, ce n’est pas le sujet, l’islamophobie non plus…
            5/ Nous n’avons pas élever les cochons ensemble, je vous prierai de me vouvoyer quand vous vous adressez à moi ou a minima de demander l’autorisation de me tutoyer, c’est juste un principe de bienséance qu’on apprend dans le cadre familial ou à défaut à l’école.
            6/ Merci de vous préoccuper du salut de mon âme en comptabilisant mes péchés, je vous en suis gré, rajoutez en un troisième, en notant que je perds mon temps à vous répondre, perdre son temps est un péché mineur en Islam. Si vous pouviez faire la comptabilité de mes péchés au regard de mes différentes interventions sur ce site, je vous en serai reconnaissant.

          • Saidb : Vous êtes juste plein de préjugés . L’ acte de cet homme, a autant de valeur, que n’ importe quel beau geste. Ce n’est pas parce qu’il est riche, que ça change quelque chose !
            Quand au reste de votre commentaire, je préfère laisser pisser !

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Coronavirus : un médecin français contaminé témoigne de sa « sérénité »

Covid-19: l’esplanade de la grande Mosquée de La Mecque comme vous ne l’avez jamais vue, totalement déserte