in ,

Des parents refusent l’inscription en crèche d’une enfant non juive. Que pense Gérald Darmanin de ce « séparatisme » ?

Vous avez dit « séparatisme », mais lequel ?!  Devenu un vrai sport national, qu’il est aisé de crier au « communautarisme » et de s’égosiller contre le « séparatisme », en pointant le même doigt accusateur vers l’islam et les musulmans, dans notre République laïque qui se drape d’une indignation très sélective…

Quand on s’appelle Gérald Darmanin, que l’on a eu Sarkozy pour mentor, et que l’on a été promu ministre de l’Intérieur de l’ère Macron, qu’il est confortable et fort rentable de hurler avec les loups, dans une France qui ignore souverainement les autres formes de communautarisme en son sein, avec un art consommé du deux poids deux mesures.

Publicité
Publicité
Publicité

Alors, quand éclate au grand jour un séparatisme se réclamant du judaïsme, au détour d’un fait divers dont le Parisien s’est fait l’écho dans l’article « Des parents contestent l’inscription en crèche d’un enfant non juif », la République ne souffle mot, l’ambitieux Gérald Darmanin se terre dans le silence, et toutes les envolées lyriques louant l’idéal républicain se taisent.

Le cas de Mathilde, une auxiliaire de puériculture non juive qui travaillait depuis quatre ans au sein de la crèche confessionnelle Beth Hilel, à Levallois-Perret, ne provoquera assurément aucune levée de boucliers dans la France d’en haut… 

Sa terrible déconvenue à son retour de congés de maternité, lorsqu’après avoir obtenu une place à la crèche pour sa fille de deux mois avec l’assentiment de sa direction, elle a fait face à la fronde des parents qui s’y sont fermement opposés, n’offusquera personne en haut lieu. Les cimes du pouvoir ne seront même pas agitées par un début de frémissement de colère, quant aux polémistes fiévreux du parisianisme, ils seront une fois n’est pas coutume avares de « punchlines », manquant cruellement de leur verve mordante habituelle…

Déplorant le climat délétère ambiant qui l’a poussée à la démission, Mathilde, qui a porté plainte pour discrimination contre les parents juifs hostiles à l’inscription de sa fille, témoigne dans les colonnes du Parisien de cet autre communautarisme très prégnant, au sujet duquel la République ne dit mot et, par conséquent, consent. A croire qu’il serait plus tolérable que celui que la France voue constamment aux gémonies.

Publicité
Publicité
Publicité

Il serait intéressant de connaître l’opinion de Gérald Darmanin, le fulminant porteur de la loi contre le « séparatisme ». Mais le courage politique est une vertu qui se fait rare de nos jours, le cynisme, l’arrivisme et la pusillanimité prévalant largement, que ce soit Place Beauvau ou dans les allées du pouvoir.

3 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Salam à la rédacction et modération du site Oumma. Je suis surpris que les commentaires soient fermés sous le dernier article de Monsieur Amine Ajar. Dommage, la question est importante pourtant. Est-ce l’auteur qui a demandé la fermeture des commentaires? Ce n’est pas le cas de ses autres articles.

    La confessionalisation et/ou racialisation de la question sociale, en fait la sociétalisation pour élargir de la question sociale, que l’auteur ait raison ou tort, c’est un questionnement pertinent.

    Je vous demande d’ouvrir cet article aux commentaires, sauf refus de l’auteur, ça m’étonnerait, peut-être une erreur, …

    Croissant de lune.

  2. Il n’en pense rien du tout, il s’en fout, parce qu’il est du bon côté du manche et de la force. Parce que nous sommes faibles, nous continuons de nous indigner de cette loi du plus fort et du double standard. Aux oprimés, il faut dire la vérité, le rapport de force brutte et nu, se trouve si on creuse dans le fond de cette affaire d’assymétrie. Quel est le remède à la faiblesse? C’est la conquête de la force, pas des moralités qui jamais ne redressent une injustice. Or, nous moralisons beaucoup trop. Oui c’est pas bien, et alors, quand on a dit ça a-t-on tout dit. En quoi c’est surprenant cette affaire de crèche et qui ici ignore que certains séparatismes semblent mieux défendables que d’autres ou mieux défendus? Personne ici ne l’ignore, non pas en raison de la seule grande diffusion des informations, via des supports techniques, mais en fait, quand il y a injustice, l’information se diffuse par télépathie, à peine a-t-on besoin de dire les faits et d’informer. Cette affaire de la crèche est ordinaire, le silence de la France dite d’en haut est ordinaire, ou partisan. La France d’en haut est partisanne, où est l’interrogation et la surprise?

    Croissant de lune.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

En Afghanistan, “la crise économique a précipité le pays dans un désastre humanitaire”

La confessionnalisation et la racialisation de la question sociale sur fond de guerre économique