in

Des élus du PS belge embarrassent leur parti sur une mission en Israël

Des élus du PS belge embarrassent leur parti sur une mission en Israël

En Belgique, plusieurs députés du PS ont interpellé Elio Di Ripo, président du parti, concernant l'organisation d'une mission économique en Israël ayant eu lieu du 29 novembre au 3 décembre.

La députée namuroise Gwenaelle Grovonius avait lancé l'initiative avec d'autres membres socialistes. Ils avaient adressé une lettre au président du PS, lui demandant d'annuler cette mission.

Cette lettre date du 27 novembre 2015. Les frondeurs s'interrogent sur le « soutien au régime Benjamin Netanyahou » appelant à inciter Jean-Claude Marcourt à oublier cette mission. Dans le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Jean-Claude Marcourt est ministre de l’Economie, de l'Industrie, de l'Innovation, du Numérique, de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et des Médias.

« Maintenir aujourd'hui cette mission en Israël contribuerait à soutenir un gouvernement que les défenseurs des droits humains et les mouvements de paix israéliens qualifient d'extrême-droite. Nous vous demandons dès lors, Monsieur le Président, de prendre position pour une annulation de cette mission économique, ainsi que de plaider dans le sens de l'interdiction, en Belgique, des produits issus des colonies », indique entre autres ce document.

Malgré leur demande, les députés pro-palestiniens ont été désavoués par leur parti.
« Lorsqu'Elio Di Rupo a appris l'existence de cette mission, il s'est également interrogé, compte tenu des événements sur place. Il a pris ses renseignements et il apparaît qu'il s'agit d'une mission économique, axée sur la santé et les entreprises actives dans le domaine, sans représentation politique; qu'elle concerne les trois régions du pays; et que cette mission se rend également en Palestine », s'exclame le PS au Vif l'Express.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Belgique : Yassine 16 ans, interpellé et conduit au poste à la suite d’un débat scolaire qui a provoqué une islamo-paranoïa

Les icônes vénérées du salafisme