in

Des centaines de Norvégiens ont formé “l’anneau de la paix” autour de la grande mosquée d’Oslo

Main dans la main, épaule contre épaule, mus par le même formidable élan de solidarité, des centaines de Norvégiens ont formé, samedi 28 février, une grande chaîne de la tolérance et du respect mutuels autour de la mosquée d’Oslo, serrant les coudes pour mieux raviver la petite flamme des bons sentiments qui sommeille, vacillante, dans de nombreux cœurs, face à la flambée de violences islamophobes qui se propage, incandescente, sur le Vieux Continent.

Entourant ce phare majestueux du culte musulman de leurs ondes positives, ces hommes et ces femmes de bonne volonté n’ont fait qu’un dans un immense « anneau de la paix » irradiant d’une chaleur humaine à même de briser la glace, aussi polaire soit-elle, et de circonscrire les brasiers de la haine sur le sol norvégien, et peut-être même par-delà ses frontières.

Pendant qu’ils encerclaient la mosquée Jamaat-E-Ahle Sounnat, symboliquement et pour la bonne cause, en réponse au « bouclier humain », tout aussi allégorique, composé de  1 000 musulmans qui firent récemment rempart autour de la synagogue d’Oslo en signe de soutien aux communautés juives européennes endeuillées par les attentats de Paris et de Copenhague, les organisateurs de l’opération n’ont eu de cesse d’exhorter leurs compatriotes à élargir cette chaîne de la fraternité dont chaque maillon est essentiel.

Tous avaient à cœur de tendre la main à leurs concitoyens musulmans, cette "minorité vulnérable dans la société norvégienne" telle qu’ils la décrivent, pointée du doigt de manière passionnelle jusqu’à la déraison, mais aussi de revaloriser l’amour de son prochain, altruiste, désintéressé et s’élevant au-dessus des torrents d’outrances, dans une Europe où la détestation de l’altérité, la xénophobie, le racisme sous toutes ses formes l’emportent sur tout autre sentiment, attisés par de sombres pyromanes qui soufflent sur les braises sans répit, et sans état d'âme.

"Nous voulons faire corps avec nos concitoyens musulmans afin de montrer le dégoût profond que nous inspire la propagation de l’islamophobie et de la xénophobie dans notre société", stipulait le communiqué mis en exergue sur la page Facebook dédiée à l'événement. Et de poursuivre : "En ces temps de peur et de polarisation, nous pensons qu'il est crucial de montrer notre solidarité et de se dresser ensemble contre les vieux démons qui resurgissent avec une violence inouïe contre les musulmans, les nouveaux boucs émissaires désignés. Nous croyons dans le vivre-ensemble, et nous souhaitons plus que tout mettre en évidence cette volonté de vivre en harmonie les uns avec les autres, indépendamment de la religion et de l’appartenance ethnique".

Dans une Norvège qui fut ébranlée en son sein par le carnage commis, le 22 juillet 2011, par le terroriste néo-nazi à la blondeur nordique et à la noirceur islamophobe, le monstrueux Anders Breivik, mis hors d'état de nuire dans l’ombre de sa prison de Skien, et où une récente enquête d’opinion a fait ressortir que 77% des personnes interrogées considèrent que la contribution des immigrés est importante, cet « anneau de la paix » éminemment protecteur qui s’est constitué autour de la mosquée centrale d’Oslo a dégagé un extraordinaire halo d'humanité capable de venir à bout de l’hiver du cœur, ce mal contagieux, qui pour être glacial, s’étend bien au-delà du pays des fjords…

Par la rédaction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Net se mobilise pour une Québécoise voilée refoulée par une magistrate

Pascale Boistard, secrétaire d’Etat aux Droits des femmes est contre le port du voile à l’université