in

Déclaration de l’opposition syrienne indépendante réunie à Genève

Près de trente-cinq formations politiques de l’opposition syrienne et une centaine de personnalités politiques européennes et arabes ont participé à cette conférence dont l’objet était la «Promotion d’un Etat laïc et démocratique en Syrie». Parmi les participants figuraient notamment Haytham Mannah (photo ci-dessous) chef de la coalition de l'opposition démocratique syrienne, le poète Adonis, un des grands poètes arabes vivant, Rim Turkmani, astrophysicienne syrienne, membre de la Royal Society (Royaume Uni), le chef de file de l'opposition antimonarchique jordanienne, Leith Choubeilat, l’avocat français William Bourdon et le journaliste anglais Jonathan Steele (The Guardian).

Soixante huit personnalités de l'opposition syrienne ont été empêchées de se rendre au Colloque de Genève, faute de visas. Selon les indiscrétions recueillies dans les milieux proches de la conférence, des pressions ont été exercées sur la Suisse, notamment de la part de la France, en vue d'interdire leur participation au colloque. La France avait organisé le même jour une contre conférence à Paris, dans une démarche visant à torpiller l'expression d'une opinion autonome de l'opposition démocratique syrienne, qui est apparue comme "un déni de la démocratie; preuve de l'intolérance de la France à toute pensée dissidente de la doxa officielle française"

René Naba

Ci-dessous  le communiqué final

Profondément convaincu de la nécessité de protéger la Syrie, son peuple et son intégrité territoriale, et de faire face aux risques de délitement de la cohésion nationale du fait d’un régime dictatorial corrompu dont le pouvoir s’étend sur des décennies, la conférence des forces actives et des personnalités patriotiques démocratiques visant à sauver la Syrie de la situation catastrophique dans laquelle elle se trouve:

-En vue de procéder à l’unification des forces de la société sur une base démocratique, pluraliste et égalitaire
-Afin de s’assurer le soutien des forces arabes et internationales aux revendications justifiées du peuple syrien de manière à garantir l’édification d’un Etat civil démocratique, partant de ces précédentes considérations :

1 – Considère l’accord de Genève comme une bonne base pour son exécution, avec en premier lieu, la cession simultanée de la violence

2- S’engage à oeuvrer, au moyen de négociations entre l’opposition et le pouvoir, un processus politique visant à mettre en oeuvre l’accord de Genève afin de dégager une déclaration constitutionnelle, qui sert de fondement juridique à la constitution d’un gouvernement doté de la plénitude des compétences le mettant en mesure de diriger la période transitoire et à organiser des élections législatives et présidentielles honnêtes sous supervision internationale

3-Réclamer la tenue d’une conférence Genève 2 qui prendrait en compte les exigences résultant des nouvelles réalités du terrain à charge que les résultats qui se dégageraient de cette réunion aient force obligatoire et leur mise en application soit placée sous la supervision du Conseil de sécurité, sous le chapitre VI de la Charte des Nations Unies.

4- Entreprendre immédiatement des opérations de secours. OEuvrer en vue d’un retour à la normale pour l’ensemble des Syriens, réfugiés et déplacés. Favoriser leur retour au pays en leur assurant le gite adéquat. Soigner les blessés et les indemniser les victimes. Restaurer les institutions éducatives et sanitaires et se lancer dans la reconstruction du pays.

5 – Prendre l’engagement de préserver l’unité de la Syrie, de son peuple et de son intégrité territoriale. Veiller à l’égalité complète entre tous les Syriens. Edifier un système représentatif des Droits de l’Homme et des peuples, les Libertés publiques, en conformité aux conventions internationales . Entrer dans la société de la modernité contemporaine, la société de la citoyenneté égalitaire.

6 –En vue de mettre en oeuvre ce qui a été convenu, les participants ont décidé de constituer deux comités:
-Un comité chargé de lancer le pôle démocratique civil en Syrie et de prendre contact avec les diverses composantes de l’opposition syrienne.
-Un comité chargé de nouer des contacts avec les instances internationales et la société civile internationale, afin de contribuer à la réalisation des objectifs de la Révolution syrienne au plan de la liberté, de la dignité et de la souveraineté pleine et entière de la Syrie
Genève 29 janvier 2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un Australien raconte sa conversion à l’islam avec humour

Diam’s : « L’Islam m’a appris l’humilité »