in

Coronavirus : Donald Trump suspend tous les voyages depuis l’Europe vers les Etats-Unis

Le principal risque d’expansion de l’épidémie de Covid-19 pour les Etats-Unis vient d’Europe, a estimé le Centres américain de détection et de prévention des maladies (CDC). Donald Trump a donc annoncé la mise en place de toute une batterie de mesures destinées à endiguer la propagation de ce qu’il a qualifié de “virus étranger”. La première de ces mesures concerne les voyages.”Premièrement, pour empêcher de nouveaux cas de pénétrer dans notre pays, je vais suspendre tous les voyages en provenance d’Europe vers les Etats-Unis pour les 30 prochains jours. Cette nouvelle règle entrera en vigueur vendredi à minuit. Ces restrictions pourront être ajustées au cas par cas. Des dérogations pourront être accordées aux Américains dont les tests se seront révélés négatifs“, a dit le président américain dans une allocution télévisée.

Publicité

10 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Salam, aucun moyen fiable ou presque de vérifier les chiffres avancés. Les tests de dépistage à grande échelle n’attestent pas de l’identité du virus en cause, il faudrait des tests performants qu’on ne peut pas réaliser à grande échelle. Déjà, il est difficile de tester et d’isoler une bactérie, je dis bien une bactérie pour mieux sélectionner l’antibiothérapie la plus adaptée dans les cas de surinfection broncho-pulmonaires alors il est encore plus difficile d’identifier un virus qui ne sera jamais le seul virus présent. Donc il n’y a que les tests de dépistages mais couplés à d’autres examens complémentaires et à l’examen clinique attentif qui donneront une identité à peu près fiable du virus pataugène en cause. Donc je doute des tests de dépistages si la maladie n’est pas encore évoluée, trop de risque d’artéfacts avec la grippe. On ne peut dire avec un peu de certitude d’un patient qu’il est atteint de l’épidémie que s’il est à un stade évolué et selon justement l’évolution semble-t-il suggestive de la maladie déclarée sur deux semaines, au moment de l’agravation qui semble être plutôt une rechute après légère amélioration trompeuse, à condition que le patient ne soit pas du nombre de ceux qui peuvent avoir des formes sévères de grippe. N’y a-t-il pas un biologiste, un virologue parmi nous qui nous éclaire?

    Pourquoi j’insiste, parce que l’enjeu économique est vital, premier, la crise économique est un effet de l’épidémie plus grave que l’épidémie elle-même et qui tuera certainement plus de monde. Je trouve que nous devrions exiger la plus grande rigueur possible dans les évaluations, l’Italie n’étant pas un bon exemple. Et même un patient répondant aux crytères que je formule peut être un vrai positif, un faux positif, un vrai ou un faux négatif.

    Or, si la léthalité de l’épidémie dont on parle est malaisée à préciser, en revanche, la léthalité de ses effets économiques étant les mesures contraignantes prises est quant à elle connaissable et mesurable et évaluable dans le monde. Je voudrais être sûr que les mesures anti-économiques démesurées ne se prennent pas à la légère.

    Croissant de lune.

  2. Toujours le même baratin, toujours la même soupe déversée dans nos gorges figées tel l’oisillon qui attend sa pitance.
    Aussitôt que le monde occidental vacille, que son son hégémonie est remise en cause faute de trouver les moyens nécessaires pour asseoir sa politique de domination, à tout le moins sur celle de la finance, une catastrophe arrive: après la crise des subprimes, voilà celle du coronavirus.

    Et que font nos vaillants gouvernants, ils ferment les frontières et nous confinent derrière leur grand courage pour repousser disent-ils, le vilain pestiféré…chez le voisin islamique(sic). Ouf papa veille, et à coté, il continue de mettre sur la gueule du voisin “terroriste” tout en vendant aux gentils clients, des armes “écologiques” !

    Lisez l’excellent article de Bruno Guigue : “Covid 19, la faillite d’un système”, les chinois ont beaucoup à nous apprendre, du moins je le crois.

    https://www.legrandsoir.info/covid-19-la-faillite-d-un-systeme.html

  3. Salam à tous, au risque de surprendre certains, moi je m’étonne des réactions politiques excessives et inapropriées à mon avis, à la vraie dangerosité de l’épidémie, sa léthalité n’est pas telle qu’elle justifie des mesures exorbitantes qui sont prises un peu partout. Y a-t-il meilleur connaisseur, un médecin versé dans ces choses, un biologiste pour me convaincre du bienfondé des mesures? Le ralentissement brutal des économies non du fait de l’épidémie mais du fait des réactions déplacées aura des effets presque certainement supérieurs à ceux de l’épidémie elle-même, je voudrais bien me tromper, je veux bien changer d’avis si on m’apporte des éléments probants dans ce sens.

    Je crains qu’on mette à profit l’occasion de l’épidémie pour lui atribuer donc une crise économique qui était inévitable et dans les tuyaux, arrêt ou ralentissement de nombreuses entreprises qui se dirigent vers la faillite ou qui y sont plongées, chute vertigineuse des places boursières et bien obligé, dévaluation monétaires là où il reste de la marge pour dévaluer, afin de soutenir quelque chose des secteurs qu’on veut sauvegarder, dévaluation signifiant bien obligé inflation à venir, ainsi tout le monde paye pour sauver les plus puissants. Ainsi, les plus grands responsables du resset seront-ils abrités derrière l’épidémie au lieu d’être enfin nommés.

    Des surréactions, des déclarations alarmistes de gouvernants qui renchérissent les uns sur les autres me suggère un minimum de planification de cette décroissance voulue qu’on ne pouvait avouer telle mais qu’on impute à une épidémie moyennement léthale. Je ne crois pas à tout ça, je ne crois pas non plus à la guerre biologique en tant que telle mais à une opération biologique dont le but est en définitive une guerre économique entre nations et surtout entre classes qui affranchit certains de leurs responsabilités, ceux qui en recueilleront les dépouilles. Il y aurait déjà un projet de vaccin fiable à ce qu’ont allégué des sommités médicales d’un pays hélas du Moyen-Orient, ce qui suggère sa connaissance préalable voire plus, car il est définitivement impossible de produire un vaccin avant un an de délai et encore, le meilleur candidat serait la Chine suivie ou à égalité avec la France et l’institut Louis Pasteur, partout implanté au monde pour son excellence. Mais je répète que je n’accuse pas l’état Sioniste de guerre biologique, mais de provoquer avec des complices une situation favorable à de grands changements économiques en masquant et protégeant les plus grands responsables économiques d’une chute qui se serait produit de toute façon, il fallait un cygne noir, l’épidémie inquiétante mais moyenne est le cygne noir qui disculpe tout le monde. Moi je ne marche pas, et je n’ai que faire qu’on me qualifie de complottiste, je n’y crois pas. Opération de grande purge économique nuisibles aux plus pauvres mais qui sauvegarde la face des criminels économiques.

    Maintenant je demande encore l’avis de médecins s’il s’en trouve sur ce forum, je crois me souvenir que le correspondant Plippe était médecin. Croyez bien que je voudrais me tromper, je voudrais que tout ça soit purement accidentel, je n’y crois pas pour l’instant, faites-moi changer d’avis.

    Croissant de lune.

  4. Il était une fois dans le pacifique

    Des origines de Corona virus

    Ça se passait en plein océan pacifique en ce mois d’octobre/ novembre 2019, il y a trois mois. Un bateau de pêche chinois fait halte non loin d’une petite île déserte non pas pour admirer le paysage mais pour y envoyer un petit équipage chasser les chauves souris, des petites bêtes maudites qui servent de mets très recherché que dégustent les chinois comme des friandises. Dans l’île il y a aussi des arbres fruitiers de toutes sortes, mais le choix de l’équipage se porte avant tout sur les oiseaux hybrides mi volatiles mi rongeurs que sont les chauves souris. Car rien ne remplace une soupe chaude avec les ailes et les cuisses de cette étrange créature nocturne qui déteste la lumière.

    C’est avec un grappin de petites bêtes noires qu’ils reviennent sur le bateau qui prend alors le large, ah la bonne pêche tombée du ciel.
    Le chef de l’équipage convoque le cuisinier et lui demande de préparer un dîner royal qui leur fait oublier la routine des plats habituels de poissons et crustacés. Monsieur cuisine s’exécute et se met à l’œuvre, un dîner délicieux est servi c’est aussi une façon de dire à dieu à l’océan pacifique ses tempêtes et son no man’s land. Demain l’équipage mettra le cap sur les côtes chinoises qu’il atteindre dans deux à trois semaines si tout va bien. Les cales du bateau sont remplies de poissons congelés, la provision en chauves souris est étoffée que les marins auront l’occasion de se servir la bonne soupe au moins un jour sur deux.

    Une fois arrivé à son port d’attache dans le sud de la Chine le bateau vide sa cargaison de poissons et se vide de son équipage. Chaque marin rendre chez lui dans sa ville ou village pressé de raconter son aventure à sa famille.

    Le chef cuisine, appelons le Ching Chau, rentre quant à lui où ? A Wuhan sa ville natale là ou habite sa famille dans un ensemble immobilier du centre ville non loin du marché aux animaux vivants : chiens, chats, porcs, serpents, insectes volants et ranpants, reptiles et vers de terre. En effet les chinois mangent toutes créatures terrestres à part les êtres humains. C’est un style de vie doublé d’habitudes culinaires étranges. Chaque peuple a ses us et coutumes et préférences nourricières, les arabes la viande de chameaux, les européens la viande du porcs, les turkmènes la viande du cheval. Les chinois eux mangent tout. Est –ce pour cette raison qu’ils sont les plus nombreux sur terre ? Je n’en sais rien.

    Le lendemain de son arrivée chez lui, Ching Chau se rend tout naturellement au dit marché pour faire ses courses et rencontrer les nombreux amis qu’il compte parmi les habitués de ce marché qui ne désempli pas du matin au soir. Il va croiser une bonne douzaine d’entre eux qu’il salut chaleureusement, embrassades, accolades, rires, la joie de se retrouver entre bons amis.

    Mais ce n’est pas tout. Car ce que Ching Chau ignore et l’équipage du bateau avec lui c’est qu’ils ont apporté avec eux, de cette île déserte du pacifique où ont fait escale ce maudit virus de corona, sans le savoir. Oui les chauves-souris capturés sur l’île étaient porteurs de virus à l’état inerte, c’est-à-dire inoffensif. C’est connu, c’est vérifié, le précédent virus cousine de corona appelé Sars était aussi porté par ces oiseaux des ténèbres.

    C’est ainsi que commença l’histoire de Corona virus ou Covid 19 qui fait des ravages dans un monde où les hommes sûrs d’eux même, arrogants et dominents croyaient tout savoir, tout dompter et maîtriser jusqu’à leur destin à par la mort contre laquelle ils fourbissent leur arme fatale : la manipulation génétique dans l’espoir que cela leur permettrait de passer au stade de la vie éternelle sur terre. Erreur

    Et puis voilà qu’une bête hybride maudite et invisible le jour porteur d’un être infiniment petit, microscopique qui se transforme en guerrier redoutable qui sème la terreur au quatre coins du monde.
    Au lieu d’aller chercher l’infiniment grand dans l’univers à des années lumières, les hommes feraient mieux de chercher l’infiniment petit dans leur propre corps et sur terre car c’est delà que vient leur malheur.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Coronavirus : la Grande Mosquée de Birmingham applique scrupuleusement les règles d’hygiène

Egypte, pays le plus touché en Afrique par le coronavirus