in

Charles Aznavour évoque avec émotion le sort des réfugiés : il faut “aider les gens”, exhorte-t-il

Alors que la petite musique grinçante et lancinante de la droitisation de la France appelle à dresser des murs de la honte à l’extérieur de nos frontières contre des réfugiés et leur islamité, Charles Aznavour, 91 ans, fait entendre une heureuse dissonance comme on aimerait en entendre plus souvent dans le pays des droits de l’Homme…

Au milieu du bruit nationaliste et de la fureur islamophobe, qu’il est agréable d’écouter cet immense chanteur, d’origine arménienne, égrener ses souvenirs d’exode et rappeler que la France s'est enrichie d'apports migratoires multiples pour mieux exhorter à tendre la main aux familles de migrants en pleine détresse.  

" Il faut aider les gens (…) Mes parents sont venus comme ça, les parents de mes amis sont venus comme ça et beaucoup d'autres parents sont venus comme ça, les Juifs et les Polonais, alors n'exagérons rien", a-t-il insisté, contrastant avec la récente saille verbale abjecte d’un autre Arménien, à droite toute et foncièrement islamophobe, qui se fait plus royaliste que le roi, en l’occurrence l’oligarque Sarkozy : Patrick Devedjian

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Une Saoudienne agressée violemment à Dublin craint désormais pour sa sécurité

Islande : la ville de Reykjavik boycotte Israël