in

Caroline Fourest, célébrée à Paris, chahutée à Bruxelles

« Burqa, bla bla ! Burqa, bla bla ! »: le public venu écouter Caroline Fourest a pu apprécier ce refrain entonné par des citoyens en colère. A l’initiative de l’universitaire  Souhail Chichah -réputé localement pour son activisme radical en faveur des droits des Palestiniens, un groupe d’étudiants a perturbé un débat consacré à l’extrême droite.

https://www.youtube.com/watch?v=bMSM2aCDQpU

En fin de vidéo, l’essayiste semble brièvement faire référence à un article controversé, publié en novembre 2005 par le Wall Street Journal et intitulé « Le champ de bataille des islamistes ».Dans la lignée des néoconservateurs anglo-saxons, elle y prédisait que les « fondamentalistes allaient essayer de profiter du chaos » suscité par les révoltes des quartiers populaires.

Agit-prop

Interrogée sur place par un vidéaste du Centre Communautaire Laïc Juif de Belgique, Caroline Fourest, visiblement ébranlée par l’interruption du débat, a fait savoir son indignation à l’encontre de ces « militants d’extrême droite ».

http://youtu.be/T4o0lL18zmg

En 2007, l’essayiste avait déjà été chahutée à l’Université libre de Bruxelles en présence de Souhail Chichah. Un membre de l’audience avait tenté d’entarter Caroline Fourest. Revendiquant son acte, cette militante surnommée Zelig s’était inspirée d’une méthode qui a régulièrement fait son succès avec Bernard-Henri Lévy : « Devant une telle humiliation pour la pensée, ainsi qu’en proie à la colère pour ce que toutes ces légèretés ont comme pouvoir nocif, afin pour conclure de ne pas cautionner une carrière qui s’est entièrement construite sur la diffamation et afin de nous protéger de la médiocrité, nous avons préféré la légèreté inoffensive de la crème fouettée à celle rance des propos de Caroline Fourest ».

https://www.youtube.com/watch?v=ehCJ2pddbZE

Quant à BHL, l’homme sait réserver un accueil plus confortable à son amie Caroline Fourest, invitée triée sur le volet, fin 2010, pour la célébrationdes 20 ans de sa revue-la Règle du Jeu. Le 22 janvier, l’essayiste était au cœur d’un débat animé à St-Germain-des-Prés par Alexis Lacroix, membre enthousiaste de l’équipe de BHL. En présence de Dominique Sopo, président de Sos Racisme, et de Richard Prasquier, président du Crif, Caroline Fourest s’est efforcée de convaincre, sans le moindre contradicteur, un public déjà convaincu de la dangerosité du Front national.

https://www.dailymotion.com/video/xnxa0e_qui-fait-le-jeu-du-front-national_news

A Paris, nulle démonstration de force. En Belgique, les perturbations sont curieusement bien plus fréquentes à l’encontre de Caroline Fourest. Si certains, notamment sur les réseaux sociaux, jugent d’ores et déjà l’opération contre-productive, d’autres saluent au contraire le sabotage, jugé légitime en face d’un discours ressenti comme étant omniprésent et monopolistique. Tant que le débat intellectuel ou médiatique sur le fait religieux sera relayé sans un véritable pluralisme, la tentation du coup d’éclat, irrésistiblement, persistera.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les algériens inventent le plongeon dans la neige

“Je ne supporte plus les mosquées en France”