in

Boycott Israël : l’Algérie menacée de suspension par le Comité International Olympique

L’histoire du sport et de l’Olympisme est pleine de collisions frontales entre le dépassement de soi et la politique. Aujourd’hui, boycotter des athlètes israéliens en signe de protestation, c’est un défi téméraire qui pourrait coûter cher en l’occurrence à l’Algérie, et à sa fine fleur de sportifs de haut niveau.

Sous le coup d’une possible suspension de toutes les compétitions sportives internationales à compter des prochains Jeux Olympiques de Londres en 2012, l’Algérie est véritablement devenue la bête noire du Comité International Olympique (CIO), qui brandit la menace du carton rouge si ses compétiteurs persistent à « inventer des excuses » pour boycotter leurs adversaires de la Terre promise.

La coupe est manifestement pleine du côté du CIO, surtout depuis le forfait retentissant de la judokate algérienne Meriem Moussa, lors de la Coupe du monde de judo féminin à Rome en octobre dernier, cette dernière refusant de fouler le tatami face à l’israélienne Shahar Levi.

Loin d’être la première désaffection sportive du genre, cette décision, prise par les responsables de la Fédération algérienne de judo, s’inscrirait dans la droite ligne de la non‑relation officielle entre l’Algérie et Israël. Comme Alger ne reconnaît pas l’État d’Israël, l’instruction aurait été transmise aux sportifs algériens de boycotter les sportifs israéliens dans les rencontres internationales.

Affaire à suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Beckham futur consultant d Al Jazeera ?

François Hollande commémore le cinquantenaire de la tragédie du 17 octobre 1961