in

Ben Carson, ministre de Trump, fustigé pour sa comparaison entre les esclaves et les immigrés, en quête de l’American dream

Neurochirurgien à la retraite bombardé ministre du Logement grâce au fabuleux coup de pouce présidentiel, Ben Carson serait bien avisé de raser les murs après s’être couvert de honte en prononçant une phrase aussi stupéfiante que choquante, et totalement inaudible Outre-Atlantique. Et pour cause !

Pour sa première allocution dans son costume ministériel, manifestement trop grand pour lui, ce trublion du parti républicain, connu pour ses propos outranciers que ne renierait pas celui à qui il doit sa promotion mirifique, Donald Trump, a déclaré avec emphase au sujet de l’American dream : « C’est ça l’Amérique. Une terre de rêves et d’opportunités. Il y a d’autres immigrés qui sont venus ici dans la cale des négriers, ils travaillaient encore plus longtemps, plus dur, pour moins que ça. Mais ils rêvaient aussi qu’un jour, leurs fils, filles, petits-fils, petites-filles, arrière petits-fils ou arrière petites-filles pourraient trouver prospérité et bonheur sur cette terre ».

Les épithètes manquent pour décrire la sidération scandalisée qui s’est emparée du monde réel et virtuel de l’autre côté de l’Atlantique, Ben Carson essuyant un feu nourri de critiques de toutes parts, au point d’esquisser un retropédalage sur Facebook pitoyable et peu crédible de la part d’un expert en débordements langagiers et en analogies nauséabondes. N’avait-il pas asséné à propos du système de santé « Obamacare »  que c’était « la  pire chose qui soit arrivée à ce pays depuis l’esclavage. Et c’est, d’une certaine façon, de l’esclavage, car cela nous asservit tous à l’Etat » ?

Ces remarques sont « tragiques, choquantes et inacceptables », s’est émue la direction du centre Anne Frank, dédié à la mémoire de la jeune fille juive, morte en déportation, avant d’interpeller Ben Carson de manière cinglante : « Non, monsieur Carson, les esclaves n’ont pas immigré en Amérique. Ils ont été amenés ici violemment, contre leur volonté, et ont vécu ici privés de liberté ».

Sitôt promu sous les ors de Washington, sitôt disqualifié par sa prise de fonction fracassante, Ben Carson n’aura pas mis longtemps avant de révéler sa vraie nature et d’être frappé d’indignité.

Les tweets abasourdis et écoeurés de trois personnalités américaines :

“OK!! Ben Carson… Non mais c’est pas possible! Des immigrés? Dans la cale DES NÉGRIERS??!! NON MAIS QUEL *ABRUTI*!!*

“Ben Carson, s’il vous plaît, lisez ou regardez ‘Roots’. La majorité des immigrés viennent VOLONTAIREMENT, on ne peut pas vraiment dire la même chose des esclaves… Ils ont été volés”

Ce n’est pas possible. Les esclaves n’étaient pas et ne sont pas des immigrés. On est en 2017.

2 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Que dire de plus que Frantz FANON . Peau noire , nègre blanc.

    Le distingué neurochirurgien dans sa cervelle d’aliéné ne se considère plus descendant d’esclaves mais de touristes . Il ne parle pas pour ses frères mais pour ce qu’il aurait voulu que soient ses aïeux

    Des africains qui pour fuir les guerres tribales avaient économisé pour payer des passeurs Embarqués sur de grands voiliers ils traversèrent l’océan pour débarquer à New York De là , certains suivirent vers l’Ouest les vagues venues d’Europe en quête de terre à défricher .Les plus nombreux optèrent pour le Sud réputés pour sa production de coton et la facilité d’installation accordés aux nouveaux fermiers.

  2. Les nègres américains sont plus racistes et ignobles que leurs Seigneurs Trumpb et avant lui Buch: ils constituent depuis toujours les troupes de massacre du colonialisme européen et de l’impérialisme américain dans les pays islamiques. Au lieu d’aider leurs ancêtres de l’Afrique noire ils ont toujours été les outils d’application du terrorisme blanc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Franz Olivier Giesbert défend Israël et “pisse sur les réseaux sociaux”

Asselineau: l’énorme surprise de la Présidentielle