in

Avec le Covid-19, les Libanais s’enfoncent dans la pauvreté

Bien avant la paralysie du pays imposée par la lutte contre la pandémie de Covid-19, le Liban était dans une situation économique critique. Fin 2019, 45% des Libanais vivaient dans la pauvreté, selon la Banque mondiale. Depuis la crise sanitaire, de nombreuses personnes, qui faisaient pourtant partie de la classe moyenne, redoublent de difficultés pour se nourrir ou pour parvenir à payer leur loyer. Reportage à Tripoli, au nord du pays, et à Beyrouth, la capitale, de nos correspondants au Liban.

Commentaires

Laissez un commentaire
  1. Bien sûr. A tous ceux qui imaginaient que le C19 était une punition divine contre les mécréants maintenant ils vont peut être comprendre à quel point les économies moyen orientales et africaines ne sont pas grand chose sans l’Occident. Elles vont s’effondrer sans son aide et on verra aussi que la migration est quasiment exclusivement économique. Car à la grande différence des autres pays, occidentaux ou extrême orientaux, elles n’ont pas su developer suffisamment de résilience. Leur dirigeants corrompus se sont goinfrés sur le dos de leur peuple en se reposant sur leurs lauriers grâce aux richesses de leur sous sol. Leurs peuples ont proliféré, se sont déchirés dans des conflits tribaux incessants, en puisant dans des cultures dénuées de tout pragmatisme, en s’enfonçant dans l’obscurantisme. Et la plupart des migrants qui nous rejoignent exportent leur misère économique et culturelle, en tout cas ceux qui refusent de s’assimiler.

      • En Occident, on a compris que les économies occidentales n’étaient rien sans l’Asie et son dynamisme. Les structures des pays arabes clients du capitalisme occidental sont en train de s’effondrer aussi. En fait, le Liban est une île économique isolée depuis que la guerre en Syrie l’a coupé de son arrière pays économique en Syrie et plus loin vers tout le monde arabe. Alors quand les pétromonarques et les Américains ont voulu punir le Liban en bloquant le pays et en spéculant sur sa monnaie l’année dernière parce que ce pays continuait à abriter la résistance à Israël, cette ile économique s’est effondrée. Le Liban paie pour son courage, comme Gaza, comme la Syrie, comme l’Iran, comme l’Irak, comme le Yemen, comme la Libye. Le règne de la famine et du blocus économique vise les uns après les autres tous les Etats indépendants. Et ensuite on leur enverra la punition par la guerre civile et les seigneurs de la guerre stipendiés par des puissances étrangères.

        • Détrompez vous. L’Asie aussi va morfler si les économies occidentales ralentissent. C’est déjà le cas avec l’arrêt de la production par exemple dans le textile en Inde. Et si jamais l’Occident relocalise ses industries ca sera bien pire et ce, pour tout le monde. Quant à la Chine, elle risque bien de s’asseoir un moment sur ses nouvelles routes de la soie.

      • REEDOUANE : C’est vrai, que la théorie du complot, est plus élaborée, et souvent imparable, pour les esprits tordus, qui refusent de regarder la réalité en face !

        • @cheyenne12:
          Pareil que Z, quel argument simpliste que d’accuser les gens qui ne sont pas d’accord avec vous de complotisme.
          Je vous conseille de faire un passeport et voyager ailleurs que dans les clubs de vacances, et après on pourra en reparler tous les deux…

          • REEDOUANE : Ne retournes pas les choses, c’est toi, qui réfutes automatiquement, les arguments qui te démontrent que tu fais fausse route, de simplistes . Je voudrais quand même te faire remarquer, que les choses les plus simple, sont en générale, les plus abouties, essais, pour la réflexion, c’est pareil, quand tu regardes, la théorie de la relativité, c’est tout bête, mais il fallait une réflexion, toute simple, pour la découvrir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

0
Le jeûne du mois de Ramadan

La déclaration de l’Assemblée des Juristes Musulmans d’Amérique au sujet de la prière de l’Aïd

La décision du Conseil d’État du 18 mai 2020 ne signifie pas une reprise normale et immédiate des cérémonies religieuses