in

Arabie saoudite : vers une réduction des condamnations à mort dans certains cas ?

MBS, le prince réformateur du royaume saoudien que l’on ne présente plus, se doublerait-il d’un opposant à la peine de mort ?

Alors que le temps de l’abolition du châtiment suprême n’est pas encore venu en Arabie saoudite, le glaive de la justice s’étant abattu sur 48 personnes depuis le début de l’année 2018 (la moitié pour des crimes non violents liés à la drogue, selon Human Rigths Watch), Mohammed ben Salmane a confié au Time Magazine, le 5 avril dernier, réfléchir à un plan visant à limiter le nombre d’exécutions et à commuer les condamnations à la peine capitale en prison à vie, dans certains cas, à l’exception des meurtres.

« Il est déjà assez déplorable que l’Arabie Saoudite exécute tant de personnes, mais beaucoup d’entre elles n’ont pas commis de crime violent », s’est récemment insurgée Sarah Leah Whitson , directrice de Human Rights Watch au Moyen-Orient.

« Tout le plan visant à limiter les exécutions relatives au trafic de stupéfiants devrait inclure des améliorations à apporter au système judiciaire saoudien, qui ignore les procès équitables », a-t-elle souligné, en faisant notamment référence à la peine de mort infligée pour trafic de drogue, en décembre 2014, à un Jordanien, Waleed al-Saqqar. En l’espace d’un seul jour, le sort de ce dernier fut scellé et, pire encore, toujours selon les dires de Human Rigths Watch, citant une source proche du dossier, son procès rondement mené n’aurait duré que cinq petites minutes.

Publicité

Depuis 2014, l’Arabie saoudite n’a pas eu la main légère en matière de condamnations à la peine capitale. Les verdicts sans appel des juges saoudiens se sont succédé à un rythme soutenu, ordonnant pas moins de 600 exécutions, dont plus de 200 pour des affaires de drogue.

Des affaires judiciaires passées au crible de l’ONG Human Rights Watch, il ressort que les autorités saoudiennes ne sont guère enclines à informer les suspects des accusations portées contre eux et  leur permettent rarement d’avoir accès aux preuves qui les accablent, même pendant leur procès.

Publicité
Publicité

8 commentaires

Laissez un commentaire
  1. On attend la même chose de leur double : les USA. Et surtout moins de guerres et de tortures de la part des USA, c’est beaucoup plus urgent.

    • @Malik – L’application de la peine de mort aux USA n’est pas vraiment le sujet de ce fil, mais allons-y pour pour le hors sujet…
      Il faut savoir que lA.S. et les USA (le Grand Satan, lol 🙂 ) font partie du club des 84,
      Chez les membres de ce club dont j’ai la flemme d’établir la liste, la peine de mort est dans la constitution, c.a.d. possible a n’importe quel moment, bien que non appliquée pour certains.
      Tout ca pour dire que l’A.S. et les USA (le Grand Satan)sont loin, tres loin, meme, d’etre les seuls a condamner a mort.
      Beaucoup d’autres états ne sont pas plus vertueux.
      Meme chose pour les guerres et tortures.
      Voili-voilou. Il fallait que ce soit dit pour completer le hors sujet.
      Bon 1er mai.

  2. Il faudrait surtout que les Saoud cessent d’exécuter des masses de Yéménites ou de Syriens par leurs mercenaires interposés …Quant à la valeur des jugements prononcés par leurs juges, elle est depuis bien longtemps sujette à caution car une femme a bien plus de chance d’être condamnée qu’un homme et un pauvre encore plus qu’un riche …même si, dans une certaine mesure (sic!) MBS a “amélioré” les choses puisqu’il s’est mis à réprimer les princes et les membres de sa famille jusque là intouchables …mais pour une mauvaise raison, leur piquer le fric qu’ils ont amassé tout aussi illégalement que celui de MBS lui-même dans sa société de l’usure camouflée.

  3. une condamnation à mort est un crime contre l’humanité que l’Etat commet contre un citoyen qui n’a pas la même mentalité que les dirigeants d’un pays. religieusement, on dit que c’est dieu qui occasionne tout ( la fatalité ou le destin). si l’autorité ordonne à ce qu’on exécute un prisonnier, cet Etat ne croit pas à la puissance de Dieu. Dieu sait tout, il voit tout et il fait tout.
    si l’Arabie Saoudite exécutait les prisonniers ce qu’elle ne croyait pas en Dieu. elle ne laissait Dieu de jouer son rôle de juge suprême. les lois du coran sont faites par les érudits arabes; aucun Dieu ne dit à sa créature de tuer son semblable dans les sourates 3 versets 89 et 90; sourate 5 verset 51.
    je remercie l’Arabie Saoudite d’avoir pensé à la réduction de peine capitale, je sait qu’elle commence à comprendre que seul Dieu a raison de créer et de tuer. peut-être tôt ou tard elle va bannir complètement cette pratique satanique qui existe encore dans certains pays au monde. merci oumma

  4. Ha ha ha ? vous voulez dire plutôt une augmentation de condamnation à mort!!!..
    Ça fait combien de personnes disparaissent des familles entières et des personnes qui ne ressort plus de prison depuis X ce temps, les atrocités de la torture ,MBS veut juste montrer la façade d’une belle peinture à la démocratie occidental .
    Ce sera que pire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Fondements théoriques d’un calendrier musulman basé sur le calcul astronomique

Réflexion autour de la « personnalité de l’invisible »