in

Arabie saoudite : pardonner les condamnés à mort, ce business très lucratif

L’Arabie saoudite compte parmi les pays où le nombre d’exécutions est le plus élevé au monde. Mais certains condamnés voient leur vie épargnée quand la famille de la victime décide d’accorder son pardon… en échange d’une somme conséquente. Cette pratique, la diya, donne aujourd’hui lieu à un business sans scrupule.

10 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Le prix du sang fait partie de l’Islam, de la Sunna du Messager d’Allah (صلى الله عليه وسلم). Donner le choix aux familles de pardonner ou d’exécuter le meurtrier a été légiféré par Allah (سبحانه وتعالى) Lui-même.

    Il est interdit au musulman de critiquer un précepte de l’Islam même en riant car il rend la personne mécréante : «Dis : “Est-ce d’Allah, de Ses versets et de Son messager que vous vous moquiez ? ”. Ne vous excusez pas : vous avez bel et bien renié la foi après avoir cru» (At-Tawbah : 65-66). – Vouloir légiférer à la place d’Allah (سبحانه وتعالى), c’est Lui donner un égale. Enfin, prétendre connaître l’intention des gens, c’est affirmer connaître l’invisible (Al Ghayb); ce qui est aussi un motif d’apostasie. – Au lieu de vous acharner sur l’Arabie, vous feriez mieux de vous intéresser à l’Iran où la transsexualité, les mariages temporaires (prostitution masquée) et surtout le culte de Ali, Fâtima et ses enfants remplace le monothéisme pure, chère à Allah (سبحانه وتعالى). – Sinon il y a aussi la France, le pays où on exécute des bébés pour avoir comme seul “tord” d’être trisomique.

  2. Bien sûr, les pauvres et les travailleurs immigrés eux n’auront pas cette possibilité de diya. Opprimé/e/s, exploité/e/s ou violé/e/s de leur vivant, ils ou elles ont osé lever la main contre leur tortionnaire …ils/elles auront la tête tranchée ! Il en va de même avec les savants chiites, eux n’ont aucune chance d’échapper au sabre. Il en va de même avec les Yéménites de l’Asir annexé qui ne veulent plus des Saoud. Pour eux aussi pas de pardon non plus. Les Saoud sont des pitres sanguinaires mis au pouvoir par les Anglais car ils n’ont jamais rien compris à l’islam ! L’islam est venu d’abord pour les pauvres, les opprimés, les esclaves, ceux qui n’avaient pas les moyens de payer la diya ! Cela les Saoud l’ont tu en manipulant la Sunna. Le pardon doit être proportionnel à ce que le condamné peut offrir et pas réservé à ceux qui peuvent offrir beaucoup. Le but de l’islam est le pardon, pas la punition. Bism’illah AR RAHMAN AR RAHIM ! Dieu pardonnera selon la même mesure que ceux qui ont su ou pas su pardonner. Si l’Arabie saoudite avait un pouvoir moins violent, les sujets saoudiens seraient moins violents. Le poisson pourrit par la tête !

  3. on ne remet pas en cause une regle divine et prophetique mais les individus de maniere subjective peuvent etre remis en cause on est 6 milliards sur la terre donc , il y aura toujours des opprimes, des gens qui abusent du pouvoir , des riches , des pauvres.

    Mais la Diha est une regle islamique connut depuis des siecles, et meme pratiquee par d’autres religions.
    Remettre en cause une religion ou une communautee par rapport a des comportements isoles, cela n’aucune signfication .
    L’Islam est parfait dans tout son ensmble c’est la religion qu’Allah a choisi pour l’humanite que tu le veuille ou non.
    Les pays qui suivent les regles d’Allah et de son prohpete ont le moins de crimes , d’insecurite , prostitution, ect…

  4. Si les médiateurs n’intervenaient pas en se prenant une commission sur la diya, alors oui j’approuve le prix du sang que représente la diya. Dans ce cas aussi cela doit se régler entre famille, tribu, clans sans intermédiaires pour éviter toutes dérives. Il s’agit là d’avoir du bon sens. Dieu n’a pas permis cela pour s’enrichir mais pour réparer. Alors certes la famille de la victime est indemnisé mais les médiateurs en profitent. Et comme pour le marchand d’arme, il faut des guerres, comme pour l’industrie pharmaceutique, il faut des maladies…

  5. Les dirigeants saoudiens sont des escrocs et ne sont pas des musulmans.
    Le pire est que des millions de musulmans vont enrichir une bande de salopards en allant à la Mecque!
    La meilleure solution est de donner l’argent du pélerinage et le donner aux nécessiteux autour de vous. En effet, ils en ont plus besoin que ces princes enturbannés qui prennent les gens pour des cons!
    Cette manière de faire est un milliard de fois plus efficace!

  6. Comme il a été dit maintes fois ici même, la [diya] fait partie de la sounnah. Le noble Quran conseille plusieurs fois le pardon au-dessus de la condamnation. Mais il s’agit ici du -vrai- pardon, celui qui est inconditionnel, absolu, et qui justement pardonne l’impardonnable tel le meurtre d’un innocent. Ce pur pardon engage deux individualités ou familles, pas des institutions, et si ce pardon suspend en quelque sorte le jugement, il ne met pas fin à la dette. C’est là que la [diya] entre en scène, pour donner toute sa valeur concrète au pardon.

    Aujourd’hui il apparaît que cette option tirée des principes de l’islam a été corrompue, notamment par sa dimension systématique et sa finalité quasi marchande (des millions pour une vie). Cela est contraire à l’esprit; deux des conséquences directes en sont d’exacerber la fracture sociale (les pauvres devront être exécutés) et d’ouvrir la porte à la récidive.

    Néanmoins doit-on accuser toute une société parce que certains ont détourné un principe islamique? Gardons-nous des généralisations nauséabondes qui en disent plus sur ceux qui pointent du doigt que sur ce que l’on pense dénoncer…

  7. Lorsque vous commencez vos propos par “L’Arabie saoudite compte parmi les pays où le nombre d’exécutions est le plus élevé au monde…” soyez digne de donner des informations justes en qualité de représentant dont vous vous êtes proclamé “oumma”…
    chine 1032 exécutions
    iran 567 exécutions
    arabie saoudite 154 exécutions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La persécution des premiers convertis à l’islam

La Grande Mosquée de Birmingham a convié les habitants à prendre le thé contre la haine de l’extrême droite