in

Algérie: Plan de relance pour une nouvelle économie (www.algerie-eco.com)

 

Le président de la République Abdelmadjid Tebboune a appelé à débarrasser le pays de l’économie de la rente et de libérer l’économie nationale de la dépendance vis-à-vis des hydrocarbures, en suggérant l’exportation de 5 milliards de dollars d’ici la fin 2021.

Dans une allocution prononcée mardi, à Alger, lors de la conférence nationale sur le plan de la relance économique, le chef de l’Etat a insisté sur la nécessité de libérer l’économie nationale des hydrocarbures, qui est de 98% actuellement, pour la faire passer à 80% d’ici la fin de l’année 2022.

Publicité
Publicité
Publicité

Le président de la République a indiqué que l’appui total de l’économie nationale sur l’économie de la rente et les recettes des hydrocarbures a tué l’intelligence et l’esprit d’initiative. De ce fait, il a considéré : « Nous devons tirer des leçons de nos anciennes erreurs et baisser la dépendance de l’économie nationale vis-à-vis des hydrocarbures durant la prochaine décennie». Cet objectif est réalisable car « il y a une volonté politique et une vision économique claire », a-t-il ajouté.

D’ailleurs, c’est l’objectif de cette rencontre, a souligné encore le chef de l’Etat qui a rappelé que « notre rente est entre les mains des étrangers et ce qui laisse notre pensée toujours braquée sur les prix du baril ».

En termes d’encouragement, Tebboune a indiqué qu’il y aura «des couloirs verts pour certains produits à l’export et l’Etat est prêt à leur céder une part importante de la devise qu’ils font rentrer et à les aider pour réaliser des extensions de leurs projets ».

Publicité
Publicité
Publicité

Félicitant les exportateurs qui ont réussi à pénétrer dans des marchés internationaux, à l’instar des USA, Tebboune a souhaité que d’autres exemples suivent, notamment dans le secteur des produits de beauté et de l’agroalimentaire.

4 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Il faut bien avouer que Le Hirak Algérien a su durer dans le temps, et ce, malgré de nombreuses obstacles, et sans verser dans la violence. Cette initiative avait pour but de faire bouger les choses dans ce pays figé depuis bien longtemps, mais l’objectif n ‘a pas été atteint car le mouvement n’a pas su tirer les leçons des printemps arabes :

    Une révolution ne fonctionne que si un projet a été construit en amont, une révolution n’aboutit seulement que si une nouvelle élite a été formé et prête à entreprendre l’action, une révolution enfin, se réalise que si des convictions, des idées et des rêves sont bien vivants parmi les foules.

    Le drame de l’Algérie est très profond, ce pays du Maghreb est celui qui a été les plus « déraciné »  pendant sa période coloniale et dirigé après son indépendance par un parti et des dirigeants n’ayant aucune expérience politique et sociale.

    Pour faire évoluer la situation que vit ce pays, il faut donc revoir la « base » et tant que l’on a pas compris cela, toutes les révolutions n’aboutirons a rien. Il ne s‘agit pas de construire l’Algérie de demain mais aussi de la reconstruire.

    Pour se reconstruire, l’Algérie, doit d’abord réparer sa mémoire et guérir son estime de soi qui ont été blessées, il demeure beaucoup de rancunes à l’égard de cette France, qui a fait tant de mal par le passé et de frustrations à cause de la modernité qu’elle incarne de nos jours. Cette rancune aujourd’hui ne se justifie plus et démobilise l’énergie que ce pays possède. Quant à cette admiration excessive qu’elle voue à la France, elle soustraie à ce peuple sa confiance en soi, et lui a fait oublier que tout est possible : l’Algérie est capable de faire mieux que de nombreux pays, mais cette nation n’y croit plus, l’exil est devenu la solution facile, ce que nous entendons dans la rue s’appelle l’énergie du désespoir.

    Pour se reconstruire, l’Algérie doit aussi se réconcilier avec son identité et son histoire, en interrompant ce tiraillement dont elle souffre depuis 50 ans. La pression sociale est palpable, les citoyens s’ interpellent et se demandent mutuellement d’oublier ou de choisir entre la culture berbère, ou l’identité Arabo-musulmane ou l’ héritage Français. Pour guérir, cette nation doit accepter d’assumer toutes ces composantes de son histoire, sans les opposer, et mème son passé gréco-romain ne doit pas être oublié, si l’Algérie renie cette époque, ce passé est pourtant gravé dans son marbre….

    Pour se reconstruire, l’Algérie doit rebâtir, ses instituons, un système de santé, social et éducatif, un système judiciaire qui ressemble en ce moment au intermittent du spectacle, 6 mois de comparution immédiate pour remettre de l’ordre, et ensuite 6 mois d’absence….plutôt que de continuer à creuser pour trouver du pétrole, l’Algérie doit diversifier ces secteurs d’activités : soutenir et développer l’agriculture, l’artisanat, l’industrie, les services, la recherche et l’innovation, créer une fiscalité modérée. Tout cela pour obtenir un développement raisonnée ainsi qu’une autonomie.

    Pour se reconstruire, l’Algérie et le monde Musulman aussi doivent renouer avec le sens de la civilisation, être civilisé c’est avoir compris et intégré l’intérêt collectif qui nous entoure ainsi que ces règles, être civilisé c’est aussi être ouvert à d’autres idées, être curieux, créatif, avoir d’autres manières de voir le monde…. C‘était cela la civilisation Arabo-musulmane.

    Reconstruire l’Algérie enfin, c’est de redéfinir sa place dans le temps et dans l’espace, c est donc de reconnaître et de se rapprocher de ses pays voisins, les états du Maghreb, d’Afrique et d’Europe aussi. C’est de développer une maturité afin d ‘avoir une politique environnementale, internationale, sociale et économique qui soit cohérente avec ses pays voisins afin d‘assurer l’avenir de ces citoyens ainsi que tout l’ environnement animal et végétal,

    alors reconstruisons la ….

    • D’accord sur l’essentiel mais vous oubliez une part d’héritage essentiel de l’Algérie qui est l’héritage ottoman Dans un souci de s’ouvrir et s’agrandir l’Algérie devrait créer un Maghreb uni avec la Tunisie et la partie ouest de la Libye avec le soutien de la Turquie En effet ces 4 pays ont des vues communes sur de nombreux sujets méditerranéens et pourrait équilibrer une politique européenne trop proche d’Israel et créer l’amorce d’un grand Maghreb avec plus tard l’entrée du Maroc et de la Mauritanie !

      • fraid, je n oublie pas les ottomans puisque j ai mentionné “l heritage arabo musulman” mais étant aussi algérien je n ai pas l impression que les turcs ont apporté grand chose a l algerie hormis 2 ou 3 mosquées qui subsistent de leur époque. istambul c est intéressé à ces cotes seulement pour attaquer l Europe, je discute aussi avec un albanais mais m a fait part du même sentiment : les turcs , en réalité n ont pas apporté grand chose au pays qu ils ont conquis, hormis l islam. Les francais au moins on laissé bâtiment, villes et routes, une langue, des lois et quelques idées..malgré la colonisation.

        mais en terme d alliance je pense qu il faut se concentrer sur ces pays voisins proches en priorité, peu importe leur origine, car créer des alliances lointaines n ai pas fécond à mon sens, un exemple concret , la Palestine, tout ces voisins ont crées des alliances lointaines ( russie, europe, iran, usa,), mais personne pour la soutenir et ce pays se retrouve finalement seul.

  2. Reconstruire l’Algérie..

    Il faut bien avouer que Le Hirak Algérien a su durer dans le temps, et ce, malgré de nombreuses obstacles, et sans verser dans la violence. Cette initiative avait pour but de faire bouger les choses dans ce pays figé depuis bien longtemps, mais l’objectif n ‘a pas été atteint car le mouvement n’a pas su tirer les leçons des printemps arabes :

    Une révolution ne fonctionne que si un projet a été construit en amont, une révolution n’aboutit seulement que si une nouvelle élite a été formé et prête à entreprendre l’action, une révolution enfin, se réalise que si des convictions, des idées et des rêves sont bien vivants parmi les foules.

    Le drame de l’Algérie est très profond, ce pays du Maghreb est celui qui a été les plus « déraciné »  pendant sa période coloniale et dirigé après son indépendance par un parti et des dirigeants n’ayant aucune expérience politique et sociale.

    Pour faire évoluer la situation que vit ce pays, il faut donc revoir la « base » et tant que l’on a pas compris cela, toutes les révolutions n’aboutirons a rien. Il ne s‘agit pas de construire l’Algérie de demain mais aussi de la reconstruire.

    Pour se reconstruire, l’Algérie, doit d’abord réparer sa mémoire et guérir son estime de soi qui ont été blessées, il demeure beaucoup de rancunes à l’égard de cette France, qui a fait tant de mal par le passé et de frustrations à cause de la modernité qu’elle incarne de nos jours. Cette rancune aujourd’hui ne se justifie plus et démobilise l’énergie que ce pays possède. Quant à cette admiration excessive qu’elle voue à la France, elle soustraie à ce peuple sa confiance en soi, et lui a fait oublier que tout est possible : l’Algérie est capable de faire mieux que de nombreux pays, mais cette nation n’y croit plus, l’exil est devenu la solution facile, ce que nous entendons dans la rue s’appelle l’énergie du désespoir.

    Pour se reconstruire, l’Algérie doit aussi se réconcilier avec son identité et son histoire, en interrompant ce tiraillement dont elle souffre depuis 50 ans. La pression sociale est palpable, les citoyens s’ interpellent et se demandent mutuellement d’oublier ou de choisir entre la culture berbère, ou l’identité Arabo-musulmane ou l’ héritage Français. Pour guérir, cette nation doit accepter d’assumer toutes ces composantes de son histoire, sans les opposer, et mème son passé gréco-romain ne doit pas être oublié, si l’Algérie renie cette époque, ce passé est pourtant gravé dans son marbre….

    Pour se reconstruire, l’Algérie doit rebâtir, ses instituons, un système de santé, social et éducatif, un système judiciaire qui ressemble en ce moment au intermittent du spectacle, 6 mois de comparution immédiate pour remettre de l’ordre, et ensuite 6 mois d’absence….plutôt que de continuer à creuser pour trouver du pétrole, l’Algérie doit diversifier ces secteurs d’activités : soutenir et développer l’agriculture, l’artisanat, l’industrie, les services, la recherche et l’innovation, créer une fiscalité modérée. Tout cela pour obtenir un développement raisonnée ainsi qu’une autonomie.

    Pour se reconstruire, l’Algérie et le monde Musulman aussi doivent renouer avec le sens de la civilisation, être civilisé c’est avoir compris et intégré l’intérêt collectif qui nous entoure ainsi que ces règles, être civilisé c’est aussi être ouvert à d’autres idées, être curieux, créatif, avoir d’autres manières de voir le monde…. C‘était cela la civilisation Arabo-musulmane.

    Reconstruire l’Algérie enfin, c’est de redéfinir sa place dans le temps et dans l’espace, c est donc de reconnaître et de se rapprocher de ses pays voisins, les états du Maghreb, d’Afrique et d’Europe aussi. C’est de développer une maturité afin d ‘avoir une politique environnementale, internationale, sociale et économique qui soit cohérente avec ses pays voisins afin d‘assurer l’avenir de ces citoyens ainsi que tout l’ environnement animal et végétal,

    alors reconstruisons la ….

Laisser un commentaire

Chargement…

0

L’histoire de la traite transatlantique des esclaves africains retracée dans l’ADN de dizaines de milliers d’Américains (www.francetvinfo.fr)

Cholet: la mosquée Arrahma referme ses portes pour cause de coronavirus (www.ouest-france.fr)