in

Algérie : le chef de l’armée, G. Salah demande de déclarer le président Bouteflika inapte

Le Général-major Ahmed Gaïd Salah a demandé, ce mardi 26 mars, l’application de l’article 102 de la Constitution, qui prévoit l’état d’empêchement et la destitution du Président de la République (actuellement Abdelaziz Bouteflika) pour cause de maladie grave et durable et incapacité d’exercer ses fonctions rapporte le site ObservAlgérie.

Le général-major Gaïd Salah a tenu à souligner que malgré le pacifisme de la révolte populaire, elle peut être exploitée pour déstabiliser le pays. Il appelle à l’abnégation et au patriotisme des citoyens afin de privilégier les intérêts suprêmes de la nation. Ahmed Gaïd Salah appelle ainsi à l’application d’une solution dans le cadre constitutionnel.

Publicité
Publicité
Publicité

8 commentaires

Laissez un commentaire
  1. @Yaki93
    « L’alternance est en marche et le peuple ne lâchera rien jusqu’au départ de tous ces bons à rien et ce, même si le sang de nos frères doit couler »
    Je vous en prie après vous…
    Le jour où ce sang vous appartiendra, faites le couler à votre guise يا عدو الله ennemi de Dieu.
    Ah oui au fait, vous êtes indifféremment algérien ou musulman comme je suis le pape.

  2. Le Général-major Ahmed Gaïd Salah veut déclarer Boutef inapte à gouverner. C’est lui qui devrait se retirer et partir à la retraite avec toute sa clique de généraux incompétents.
    Je me demande comment l’Algérie se défendrait si à Dieu ne plaise elle entrait en conflit avec une puissance ennemie ? Tout l’état major algérien appartient au passé et il serait temps que de nouvelles élites tant dans la société civile que dans l’armée puissent émerger.
    Tous les corrompus qui ont profité du système pendant des décennies doivent à présent dégager. L’alternance est en marche et le peuple ne lâchera rien jusqu’au départ de tous ces bons à rien et ce, même si le sang de nos frères doit couler.

  3. Il est clair que si Bouteflika était en état d’être candidat il y a un mois et qu’il ne l’est plus maintenant, cela signifie que nous avons affaire à une mascarade médicale qui découvre encore plus le fond de la scène. Il est évident aussi que des groupes concurrents liés ou pas à des pouvoirs étrangers se combattent à Alger, ce qui empêche de trouver un candidat consensuel. Maintenant on parle du retour « consensuel » possible de Zeroual qui aurait posé ses conditions pour pouvoir gouverner assez longtemps et « mener à terme » les réformes des institutions …dans l’intérêt de qui ? Bref, les élites du système et de « leur » société civile ne vont pas lâcher le morceau. La question étant de savoir quelles décisions se prennent à Alger et quelles décisions se prennent sous la pression des cercles influents à Paris, à Washington, à Wall street ou ailleurs. Et comment le peuple pourrait s’organiser pour faire face à tous ces défis et reconstruire la grande Algérie non alignée et en développement qu’on a connu il y a bien longtemps.

  4. Il faut que ce soit le chef de l’armée qui rappelle qu’il existe un article de la constitution dont les conditions d’application étaient réunies depuis des années…

    Le droit constitutionnel algérien, c’est spécial…Assez surréaliste tout de même…

    Bon, enfin, ça bouge un peu du côté du régime : on roule Bouteflika vers la sortie… Attendons la suite.

  5. Avant ce mouvement national, cet homme disait toujours le programme de son altesse le président.
    Maintenant il dit l’article 102.

    C’est : Le roi est mort vive le roi.
    Peut être aussi : C’est facile de mentir aux gens qui veulent croire.

    Dieu merci, le mouvement n’est pas politisé.
    Cette année, on ne payera pas de vignette automobile.

  6. Pour ceux qui ne sont pas encore nés, il y a eu le même comportement après la mort de Boumediènne fut Bitat qui a prit les règnes, pareil après le coup perpétré aux islamistes dans les années90 fut Boudiaf bref insupportable! ou sont les 1000milliards des algériens de leurs infrastructures volés par des voyous que l’histoire les décrira comme des Moffsidine “destructeurs.

  7. L’armée n’est pas intervenu pour mettre fin à la mascarade de l’élection de boutesrika pour le 4éme et 5éme mandat … Les intérêts de la nation n’étaient-ils pas en danger ?

  8. Le Chef d’Etat major de l’Armée appelle à l’application de l’Article 102 que dit ledit ?
    L’article :
    « Art. 102.1 — Lorsque le Président de la République, pour cause de maladie grave et durable, se trouve dans l’impossibilité totale d’exercer ses fonctions, le Conseil constitutionnel se réunit de plein droit, et après avoir vérifié la réalité de cet empêchement par tous moyens appropriés, propose, à l’unanimité, au Parlement de déclarer l’état d’empêchement ».
    Premier hic, « unanimité » du conseil constitutionnel, comptons dessus et mangeons des pruneaux, sauf à supposer que l’Armée ait sa petite idée sur le meilleur moyen de « convaincre » les concernés d’être unanimes là-dessus.
    « Le Parlement siégeant en chambres réunies déclare l’état d’empêchement du Président de la République, à la majorité des deux tiers (2/3) de ses membres et charge de l’intérim du Chef de l’Etat, pour une période maximale de quarante-cinq (45) jours, le Président du Conseil de la Nation, qui exerce ses prérogatives dans le respect des dispositions de l’article 104 de la Constitution. »
    Les 2/3 c’était impossible il y a quelques jours à peine, aujourd’hui c’est jouable.
    « En cas de continuation de l’empêchement à l’expiration du délai de quarante-cinq (45) jours, il est procédé à une déclaration de vacance par démission de plein droit, selon la procédure visée aux alinéas ci-dessus et selon les dispositions des alinéas suivants du présent article. »
    Et puis quoi encore, Bensalah et le pays en entier devra se rouler les pouces et se regarder le nombril pendant 45 jours histoire de confirmer que l’empêchement n’est pas une vue de l’esprit…
    « En cas de démission ou de décès du Président de la République, le Conseil constitutionnel se réunit de plein droit et constate la vacance définitive de la Présidence de la République. »
    Sinon, 45 jours à chanter des mantras zen ohhmmmmm
    « Il communique immédiatement l’acte de déclaration de vacance définitive au Parlement qui se réunit de plein droit. »
    Retour au parlement à la noix
    « Quand l’état d’empêchement est déclaré par le parlement, il charge le président du conseil de la nation de la charge de chef de l’État intérimaire dont les attributions sont extrêmement verrouillées et non président de la république »
    Bensalah peut enfin commencer à bosser sans avoir aucun pouvoir ni aucune prérogative
    Le suicide serait interdit par notre religion, en-est on bien sûr ?… Même si j’ai de bonnes raisons ? Pfff z’êtes vraiment difficiles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Amiens : rassemblement en hommage aux 50 victimes de la barbarie islamophobe en Nouvelle-Zélande

Tunisie: des bénévoles replantent 20 000 arbres dans la forêt de Kesra détruite par un incendie