in

Alain Delon félicite Nadine Morano et appelle à “respecter le FN”

Exit Jean Roucas, le bouffon qui ne fait plus rire, et place à Alain Delon, le monstre sacré monstrueusement narcissique ! Le nouvel ambassadeur du FN, peu préoccupé par sa carrière qu’il a derrière lui, a pour une fois parlé à la première personne du singulier pour saluer la France nationaliste, xénophobe et islamophobe de la dynastie lepéniste, et féliciter doublement Nadine Morano, à la fois pour « sa France de race blanche » et son attitude stoïque dans la tempête.

Si certains en doutaient encore, l’acteur a dissipé le moindre doute, à l’approche de ses 80 ans, sur ses opinions politiques à droite toute dans une interview sans fard, ni langue de bois, accordée à TV Magazine.

"Juste une question: 'Le Kenya est un pays de quelle race?'. Les gens sont noirs. C'est une polémique ridicule, grotesque, qui n'a aucun sens. Elle a des c… de tenir comme elle tient et de dire: 'Je vous emmerde tous, je dis ce que je pense et je continuerai à le dire'. Chapeau! », a lâché l’admirateur de l’eurodéputée en révélant le fond de sa pensée « Moranesque » au ras des paquerettes, avant d’appeler à « respecter le Front national », tout en revendiquant fièrement sa proximité relationnelle et idéologique avec le patriarche et fondateur de l’extrême droite française, Jean-Marie Le Pen.

"Le Front national représente quand même six millions de personnes. C'est six millions de cons? On a le droit de ne pas aimer, mais on doit le respecter", s’est-il emporté. "J'ai simplement dit que je trouvais ça normal que les gens se rapprochent de ce parti parce qu'ils en ont marre. Marre de tout! Et c'est pour ça qu'ils sont prêts à aller n'importe où. Je le confirme: les gens ne savent plus où ils en sont, alors pourquoi pas le Front national…", a-t-il enfoncé le clou en montrant la voie à suivre, celle qui va conduire la patrie des droits de l’Homme droit dans le mur sous l’oriflamme de la préférence nationale.

Alain Delon, l'ex-président mégalo du concours Miss France, aurait-t-il trouvé un nouveau rôle taillé sur mesure pour lui dans une France en pleine crise et à la mémoire courte qui est en train de se jeter allègrement dans la gueule du loup ? Force est de constater qu’il marche sur les pas de l’autre icône du septième art, l’octogénaire Brigitte Bardot, plus connue désormais en sa qualité de fervente militante frontiste et pasionaria anti-islam, anti-halal et anti-abattage rituel, jusqu’à la déraison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Une étudiante musulmane de Yale consacrée « meilleure poétesse du monde »

Insultée, menacée et dénoncée calomnieusement à la police par son agresseur, une femme est arrêtée chez Ikéa.