in

A. Caron prend Fourest en flagrant délit de mensonge

Dans un article paru sur Mediapart,  Aymeric Caron a démontré comment Caroline Fourest a encore menti au cours de l’émission  “On est pas couché” enregistrée lundi dernier et  qui sera diffusée samedi soir 2 mai sur France 2.

” Car c’est ici que va se dérouler sur le plateau d’On n’est pas couché un étonnant moment : Caroline Fourest rétorque avec aplomb qu’elle n’a pas été condamnée. Etonnement. L’affaire aurait-elle connu un rebondissement qui aurait échappé à tous ? Je lui demande alors si elle a gagné le procès en appel. Elle me répond que oui. Et quelques instants plus tard, excédée, elle tentera de détourner l’attention en choisissant la voie de l’invective en me traitant de « con ». Estomaqué, je choisis alors de cesser l’interview : à mes yeux, l’insulte coupe court à toute tentative de dialogue. Dans une interview donnée le lendemain à la presse écrite, Caroline Fourest ira plus loin encore en réitérant ses injures et en affirmant, notamment, que ma méthode consiste à « faire les poubelles d’internet et en faire état sur un plateau » écrit le journaliste A. Caron.

Or,  comme le rappelle   justement Aymeric Caron dans cet article, Fourest a bien été condamnée.   L’avocat de Rabia Maître  Hosni Maati,  l’avait annoncé dans un message publié sur Facebook le 23 octobre 2014:    “C’est avec le plus grand des plaisirs que je vous annonce que Caroline Fourest a été condamnée pour diffamation dans le dossier l’opposant à la jeune Rabia agressée parce que musulmane à Argenteuil ! La bataille fut longue, la plaidoirie épique, la collaboration avec mon confrère  Christine Aubert-Maguéro efficace !

Selon le jugement du Tribunal  de grande instance de Paris rendu le 22 octobre,”Caroline FOUREST devra verser à Rabia BENTOT la somme de 6 000 euros,   dont 3 000 euros à titre de dommages-intérêts en réparation du préjudice moral causé par les propos diffamants figurant dans la chronique intitulée « Faut-il être féministe pour dénoncer l’agression de femmes voilées?», diffusée le 25 juin 2013 sur la station de radio France Culture.”  Dans cette  chronique Fourest avait en effet fait planer la suspicion sur l’agression dont avait  été victime la jeune Rabia ( voir témoignage  ci-dessous  sur OummaTV).

Les propos incriminés  reproduits ci-dessous. Chronique de Fourest sur France Culture diffusée le 25 juin 2013

” (…) Mais commençons par les faits : les deux agressions en question pour lesquelles nous disposons de récits contradictoires, ce qui explique aussi la difficulté à se mobiliser… » ; une autre agression qui remonte au 20 mai dernier, cette fois c’est une jeune femme d’à peine 17 ans qui auraient été insultée, traitée de sale arabe et de sale musulmane par deux hommes, deux autres crânes rasés ayant porté des coups et arraché son voile. Cette fois aussi la jeune femme n’a pas déposé plainte tout de suite, il a fallu attendre que son père, en voyage à l’étranger, ne revienne accompagnée de militants du « CRI » bien décidés à médiatiser l’agression, notamment sur le site communautariste « Oumma.com » où le père, pourtant absent au moment des faits, passe son temps à couper la parole à sa fille, pour donner sa version. Et là aussi c’est une version qui n’a pas arrêté de changer, dont la police d’ailleurs doute. Elle n’exclut pas un règlement de compte familial, une opération punitive destinée à faire payer à la jeune femme son style de vie, jugé trop libre, ce qui changerait évidemment tout » (….) c’est que si ces agressions sont avérées et non bédonnées, et non bidonnées (…)

Voici le témoignage  de  Rabia et de son père Abdelkrim diffusé  sur OummaTV   le  6 juin 2013  et    que Fourest a remis en cause.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La laïcité devient-elle une machine à exclure les musulmans ? (Arte)

Défilé FN: Bruno Gollnish frappe des journalistes de Canal+ (vidéo)