in

10 ultras de l’extrême droite arrêtés pour un projet d’attentat contre des mosquées et des politiques

C’est un vaste coup de filet dans la mouvance des ultras de l’extrême droite en ordre de bataille qui a été opéré hier, mardi 17 octobre, donnant lieu à l’interpellation de dix personnes, âgées de 17 à 25 ans, suspectées de fomenter un attentat contre des mosquées et des hommes politiques français, dont le cerveau présumé est sous les verrous depuis le 28 juin dernier.
Ces personnes, neuf hommes (dont trois mineurs) et une femme, ont été placées en garde à vue, sous le chef d’inculpation « association de malfaiteurs terroriste ». Tous « étaient en lien » avec Logan Alexandre Nisin, 21 ans, un ancien militant de l’Action Française Provence dont les nervis, fanatisés à l’extrême, ont fait trembler le pavé autour de Marseille et d’Aix-en-Provence avant la période estivale, avides d’en découdre. La femme interpellée n’est autre que la propre mère de Nisin.
Parmi leurs nombreuses cibles, les mosquées, les migrants et certains hommes politiques, tels Jean-Luc Mélenchon et Christophe Castener, porte-parole du gouvernement, étaient dans leur ligne de mire, selon une source proche du dossier, tout en précisant que les contours de l’attentat en préparation n’avaient vraisemblablement pas eu le temps d’être clairement définis.
Il menaçait de s’en prendre à des migrants et des jihadistes sur les réseaux sociaux, Logan Alexandre Nisin, ce Vauclusien qui voue un culte au monstre de sang-froid Anders Behring Breivik – le terroriste néo-nazi norvégien condamné à 21 ans de prison pour avoir commis un terrible massacre de masse à Oslo et Utoya en juillet 2011- a été mis hors d’état de nuire après avoir exprimé sur internet sa volonté de passer à l’action contre les « blacks », « racailles », « jihadistes » et « migrants ».

Anders Breivik faisant le salut nazi lors de son procès

D’après Le Monde, son projet baptisé « OAS », le sigle de l’Organisation de l’armée secrète responsable d’une campagne sanglante contre l’indépendance de l’Algérie au début des années 1960, visait à « enclencher la « remigration » de la France. Plusieurs armes avaient été retrouvées à son domicile.
 

Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

La Somalie frappée en plein cœur par un attentat sanglant

Une chroniqueuse britannique critiquée pour son tweet anti-musulmans dans le sillage du scandale Weinstein