Yehuda Shaul, juif orthoxe et ex-officier de Tsahal, brise la loi du silence dans un livre événement

Oser briser la loi du silence quand, tout autour de soi, la propagande officielle bâillonne l’expression de

jeudi 23 décembre 2010

Oser briser la loi du silence quand, tout autour de soi, la propagande officielle bâillonne l’expression de la vérité, éveiller les consciences les plus engourdies, qu’elles soient israélienne ou d’ailleurs, en s’en prenant au mythe démocratique par excellence, Israël, cela tient de l’héroïsme, a fortiori lorsque l’on est juif orthodoxe comme l’est Yehuda Shaul, et ancien officier de Tsahal.

S’insurgeant contre l’impérialisme aveugle de son pays, Yehuda Shaul a choisi de combattre une démocratie qui n’en a que le nom par la puissance des mots, à travers une véritable bombe livresque « Breaking the silence » (parution en janvier), qui révèle l’indicible : une imposture guerrière, aux tragiques déviances, qui a imposé sa stratégie d’occupation des Territoires sous le fallacieux prétexte de la menace terroriste.

Dans une interview exclusive accordée à Paris Match, Yehuda Shaul mise sur la force des nombreux témoignages, dont la véracité est indiscutable, pour discréditer aux yeux des israéliens, et du reste du monde, des coups d’éclats dévastateurs qui assiègent, martyrisent, et déciment sans état d’âme.

Les victimes d’hier sont bel et bien devenues les bourreaux d’aujourd’hui, passés maître dans l’art de semer la terreur afin de paralyser et d’asphyxier la société palestinienne, de manière « irrationnelle, imprévisible, créant un sentiment d’insécurité qui casse la routine » ainsi que le décrit Yehuda Shaul.

Dénonçant un machiavélisme qui, sous couvert de noms de code administratifs, dissimule ses terribles exactions, allant « du sadisme à l’anarchie, en bafouant les plus élémentaires droits de la personne, jusqu’aux assassinats d’individus innocents dont on suppute qu’ils pourraient être des terroristes. Et je ne parle pas des arrestations arbitraires et des harcèlements en tout genre », Yehuda Shaul clame haut et fort que l’occupation des Territoires n’est pas justifiée, « car elle recouvre une série d’interdictions et d’entraves inadmissibles. Nous souhaitons en discuter maintenant. Ni au sein de l’armée ni au sein de la société civile ou politique on ne veut affronter la vérité. Et cette vérité, c’est que nous avons créé un monstre : l’occupation ».

Impunité des colons israéliens qui sont le bras armé de Tsahal dans les territoires, brutalisant les palestiniens et élevant leurs progénitures dans la haine de l’alien arabe, avec la bienveillante bénédiction des autorités, une opinion israélienne soit entièrement acquise à Nétanyahu, soit complètement atone par lassitude, des soldats et officiers sortis des rangs de l’armée qui tentent d’exorciser leurs méfaits en prenant la parole au grand jour, Yehuda Shaul brise en mille morceaux l’image d’Etat providence du Proche-Orient pour que, derrière le mirage, transparaisse enfin sa vraie nature, empreinte d’un absolutisme redoutable qui met la communauté internationale à sa botte.

Publicité

commentaires