Un des agresseurs de Saïd Bourarach était membre du groupe :"Sioniste et fier de l’être "

Un article paru dans le dernier numéro de Bakchich Hebdo révèle que l’un des agresseurs juifs du vigile m

mardi 11 mai 2010

Un des agresseurs de Saïd Bourarach était membre du groupe :"Sioniste et fier de l’être "

Un article paru dans le dernier numéro de Bakchich Hebdo révèle que l’un des agresseurs juifs du vigile marocain était membre sur Facebook du groupe, "sioniste et fier de l’être". Dans un entretien accordé à Oumma.com, Nicolas Beau, directeur de Bakchich Hebdo affirme que cette révélation constitue "un élément très important sur la piste d’une agression raciste qui s’est terminée tragiquement par la mort violente du jeune marocain".

Le dernier numéro de Bakchich Hebdo révèle une information importante. Un des agresseurs juifs de Saïd Bourarach était en effet un membre du groupe Facebook « Sioniste et fier de l’être »

Nous enquêtions sur l’agression de Said Bouarach depuis trois semaines. C’est ainsi que nous avons découvert le profil d’un des agresseurs juifs du vigile marocain sur Facebook, avant que ce dernier ne l’efface. Et ce profil, que nous publions dans notre hebdomadaire, Bakchich Info, en vente dans tous les kiosques, montre son appartenance à un groupe sioniste peu connu, "sioniste et fier de l’être". Ceci constitue un élément très important sur la piste d’une agression raciste qui s’est terminée tragiquement par la mort violente du jeune marocain

Vous donnez également dans ce numéro plusieurs éléments qui mettent à mal la thèse de l’homicide involontaire du parquet de Bobigny ? Peut-on parler d’un enterrement judiciaire implicite ?

Il est étrange en effet que la Procureure de Bobigny, une protégée soit dit en passant de Rachida Dati, ait écarté d’emblée la piste d’une attaque raciste. Cette magistrat aurait du attendre les premiers éléments de l’enquête. D’où il ressort que le vigile marocain, retrouvé mort dans le canal de l’Ourcq, avait été frappé avant de se noyer. Les résultats de l’autopsie le prouvent. De plus, l’enquête de personnalité menée par la Police judiciaire, évoqués dans Libération, montrent également le profil idéologique et militant des quatre juifs qui ont agressé le jeune marocain.

Comment expliquez- vous le silence médiatique autour du meurtre de Saïd Bourarach ?

Un article paru dans le dernier numéro de Bakchich Hebdo révèle que Le silence médiatique est moins assourdissant depuis la publication samedi dans l’hebdo de Bakchich et lundi dans Libération d’enquêtes fouillées sur les circonstances de ce qui apparaît comme pouvant être un crime raciste. Il est certain que la victime aurait été juive et les agresseurs arabes, la presse se serait fait beaucoup plus l’écho de ce drame

L’hebdomadaire Bakchich Hebdo s’inscrit notamment dans la tradition d’un journalisme d’investigation. A l’ère de l’homogénéisation de l’ information et de la mainmise de certains milieux industriels et financiers sur les médias, comment cette presse indépendante peut-elle encore survivre ?

Bakchich avec son site et son Bakchich Hebdo en vente le samedi pour 1,5 euro ne peut vivre que si de nombreux lecteurs s’abonnent ou achètent l’hebdo en kiosque. La publicité sur le site nous rapporte moins de 5000 euros par mois, ce qui ne peut pas faire vivre notre équipe de douze personnes, payées entre 1500 et 3000 euros par mois. Aujourd’hui, nous avons 12000 lecteurs de l’hebdo et 1000 abonnés. Il nous en faut le double d’ici trois mois. Il faut que ceux qui aiment l’information indépendante nous fassent connaitre.

Propos recueillis par la rédaction

Pour soutenir Bakchich Hebdo, vous pouvez vous abonner en cliquant ici

JPEG - 16.5 ko
Couverture du dernier numéro de Bakchich Hebdo

Publicité

commentaires