La capture de Saddam Hussein ne changera rien à la situation en Irak

L’annonce de la capture de Saddam Hussein par l’administrateur civil américain Paul Bremer, a aussitôt

par

dimanche 14 décembre 2003

La capture de Saddam Hussein ne changera rien à la situation en Irak

L’annonce de la capture de Saddam Hussein par l’administrateur civil américain Paul Bremer, a aussitôt été exploitée par les officines de la propagande américaine. L’objectif est de démontrer que tout va désormais aller mieux en Irak. Incapables d’assurer la stabilité de ce pays, les américains tentent de présenter l’arrestation de Saddam Hussein comme le principal cerveau de la résistance. Le regard hagard de Saddam Hussein témoigne plus de la situation d’un homme traqué que de celle d’un résistant en activité.

Mais peu importe, devant les revers quotidiens essuyés en Irak, la capture de Saddam constitue une véritable aubaine pour les néo-conservateurs au pouvoir à la Maison Blanche.

Car l’arrestation du dictateur irakien aura surtout des répercussions au niveau de la politique intérieure américaine. Le Président Georges W. Bush peut en effet se prévaloir d’un argument majeur pour sa réélection. Une réélection renforcée également par la faiblesse du parti démocrate, et une amélioration des indicateurs économiques.

En revanche, au niveau de l’Irak, tout reste à faire. Les difficultés quotidiennes des irakiens augmentent chaque jour davantage, et la résistance à l’invasion américaine devient de plus en plus organisée.

Une résistance plurielle, particulièrement difficile à identifier, et dont les actions ne sont pas coordonnées. Certains évoquent l’implication de groupes liés au réseau Al-Qaida et Ansar Al-Islam. On assiste aussi à l’émergence du Front national de libération de l’Irak (FNLI), rejoint dans son combat par le groupe Al-Ghaylania., mais aussi par d’anciens partisans du parti Baas. Une résistance plurielle qui bénéficie du soutien des chiites irakiens dirigés par le jeune imam Moqtada Al-Sadr.

Bref, les américains sont loin d’être sortis du cercle vicieux dans lequel il sont entrés.

D’ailleurs l’administrateur Paul Bremer a déclaré le vendredi 5 décembre que : « Dans l’avenir immédiat, d’ici à la fin du mois de juin 2004, il y aura une augmentation des attaques, car ceux qui sont contre nous ont réalisé qu’il y aura une forte impulsion concernant la reconstruction politique et économique de ce pays ».

Publicité

Auteur : Samir Meziani

commentaires