in

“Wonder Woman” interdit au Liban en raison de l’actrice Gal Gadot, ex-soldate de l’armée israélienne

La machine hollywoodienne à fabriquer des superproductions et à formater les esprits n’aime guère les petits grains de sable qui enrayent sa belle mécanique, surtout quand ses puissants studios font, comme par magie, d’une ancienne soldate de l’armée israélienne d’occupation la nouvelle « Wonder Woman » du septième art…

Dotée du superpouvoir d’avoir troqué son treillis militaire contre un habit de lumière qui n’éblouit que l’usine à rêves américaine, Gal Gadot, le bon petit soldat de l’ultra-sionisme israélien dont le zèle dans la défense d’une politique de colonisation, cruelle et illégale, n’a d’égal que sa détestation du Hamas, n’est pas la bienvenue dans les salles obscures du Liban.

En effet, le ministère libanais de l’Intérieur vient d’interdire officiellement la projection, sur le territoire national, du film « Wonder Woman », au motif qu’une actrice israélienne et ex-recrue de l’armée qui est loin d’être « la plus morale du monde » prête ses traits à une héroïne connue pour déjouer les complots maléfiques et défendre la veuve et l’orphelin.

Le Liban est officiellement en guerre avec Israël, et son ministère de l’Économie et du Commerce boycotte toute transaction commerciale avec l’Etat hébreu.

Gal Gadot, ou le visage de l’Apartheid israélien, ne sera pas projetée sur grand écran au pays du cèdre, et l’on ne peut que se réjouir que cette pasionaria ultra-sioniste ait été enfin démasquée.

Il est bon de rappeler les propos enflammés que tenait en 2014, alors que Gaza était à feu et à sang, celle qui, drapée dans son costume étoilé de Wonder Woman, aspire aujourd’hui à conquérir le monde : « J’envoie mon amour et mes prières à mes compatriotes israéliens. Surtout pour tous les garçons et les filles qui risquent leur vie en protégeant mon pays contre les actes horribles menés par le Hamas, dont les militants se cachent comme des lâches derrière des femmes et des enfants … Nous devons vaincre !!! », clamait-elle alors.

C’est un cri de guerre tonitruant que poussait Gal Gadot depuis les coulisses peu reluisantes d’Hollywood qui n’avaient déjà d’yeux que pour elle, là où la mobilisation en faveur d’Israël s’organisait activement dans le cadre de dîners de gala, en présence d’une pléiade de stars qui s’y précipitaient ventre à terre.

 

4 commentaires

Laissez un commentaire
  1. C’est bien de dire les pays qui boycottent ce film Liban mais c’est encore plus révélateur de nommer les pays qui vont le diffuser Algérie Tunisie Emirats arabes unis Egypte …merci de nous donner la liste complète et exacte !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avec les compliments du CAC 40, de l’OTAN et de la Françafrique

Le cri de détresse de la mère Nasser Zefzafi