in

USA : le fils d’un imam mortellement touché dans une fusillade

Cité phare du New Jersey, le blason de la ville de Newark n’en finit pas d’être terni par un taux record d’homicides qui, en culminant à 111 assassinats en 2013, en a fait l’année la plus meurtrière depuis 1990 et la capitale du crime de la région. 

Un statut peu enviable, qu’une fusillade mortelle a légitimé de manière effroyable mardi dernier, en tuant le fils aîné d’un imam très respecté, ainsi qu’une femme, et blessant trois autres personnes.

La bannière étoilée est en berne à Newark, tout comme le sont les cœurs des administrés, du premier magistrat de la cité au citoyen ordinaire, l’ensemble de la collectivité étant sous le choc d’un véritable carnage qui n’a laissé aucune chance à Akbar Muhammad, 30 ans, fils de l'imam Abdul Akbar Muhammad, lequel officiait au sein de la mosquée locale Masjid Imam Ali K, visé par une rafale de tirs alors qu’il se trouvait au volant de sa voiture, aux abords du jardin public de la ville.

"Je n'ai pas de mots. Je n'ai pas vraiment de mots", a commenté laconiquement le conseiller municipal Ronald Jr. Riz, visiblement étranglé par l’émotion, alors que les premiers témoins du drame révélaient avoir entendu jusqu’à 15 coups de feu, preuve d’une rage de tuer manifeste qui ne souhaitait laisser aucun survivant…

Pendant que les autorités de Newark échafaudent toutes les hypothèses quant au mobile du crime, en se focalisant notamment sur celle qui semble se confirmer jour après jour, celle de l’assassinat « ciblé », l’heure est à l’hommage posthume rendu à un jeune homme apprécié de tous, qui, comble du tragique, faisait face à un deuil cruel, celui de ses parents, quand il a été lui-même criblé de balles.

Les témoignages de proches et d’amis se succèdent pour brosser le même portrait élogieux de Muhammad Akbar, un imam très prometteur qui marchait sur les pas de son père en suscitant estime et sympathie autour de lui. "C’était un jeune homme formidable, très populaire, qui tentait de surmonter le décès de ses parents avec courage et dignité", a déclaré, ému, Amin Nathari, un militant de la première heure de la communauté musulmane de Newark et ami de longue date du défunt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La famille Pineault-Caron raconte ses voyages en “musulmanie”

Karim Achoui élu Personnalité de l’Année 2013