in

Une mère de djihadiste ne croit pas à la déradicalisation mais au désengagement

Témoignage exclusif, celui de Saliha Ben Ali, mère de Sabri parti rejoindre les rangs de Daesh en 2013, à l’âge de 19 ans. Elle s’exprime sur la façon d’aider les familles confrontées au problème de la radicalisation.

Publicité
Publicité
Publicité

7 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Bientôt … Les seuls commentateurs de ce site seront réduits aux commentaires royaux de “Leroy Merlin” ,” Chyenne12″ , “Patrick Bruel” et/où “Patrice Kass”.Le reste j’en ris cantonna aussi.

    Ça fait du bien de rire du risible au riz cantonnais sans aucune importance.Aucun credit lyonnais non plus.?????

  2. C’est une mère donc on comprend. Qu’elle comprenne à son tour que les parents de France refusent de jouer à la roulette russe avec la vie de leurs enfants.

  3. A ma connaissance, jusqu’ici, aucune technique de déradicalisation n’a fait ses preuves.
    Cela tient sans doute au fait que les jeunes concernés n’ont pas les moyens intellectuels d’analyser leur relation au monde. En règle générale, ils ont souvent raté leurs études avant de verser dans la délinquance. Leur statut de marginaux en fait des proies facile pour les recruteurs.
    C’est le même genre de problème que celui de l’emprise sectaire. A ce propos, il est exact que la victime de ce type de lavage de cerveau ne peut être sortie de l’ornière que par une personne en qui elle a confiance.
    Mais comment déléguer à des familles qui ont échoué dans l’éducation de leur enfant, au risque de voir le gamin renouer avec la violence? Partant du principe qu’un seul terroriste peut tuer 83 personnes, on comprend la prudence de la police, qui fait d’ailleurs tout pour dissuader les terroristes de revenir en Europe. En fait, on préfère qu’ils se fassent tuer sur place.
    A noter enfin le fait que, il y a quelques décennies, les djihadistes auraient été fusillés pour haute trahison. Comme quoi la démocratie a quand même quelques avantages, même pour ceux qui la vomissent.

    • @ Patrice, vous viendrait-il à l’idée que normalement les mots ont du sens? Donc définissez, la ra-di-ca-li-sa-tion et la dé-ra-di-ca-li-sa-tion c’est quoi?

      Qu’est-ce que vous en savez vous de chacun des parcours de ceux qui sont partis en Syrie ou d’autres lieux, êtes-vous si sûrs qu’ils aient tant que ça échoué dans la vie? Ce serait pas des lieux communs que vous balancez là? Qui vous a raconté ces sottises? Je dirais que c’est probablement vrai des derniers partis en Syrie mais pas des premiers. Partis rejoindre qui au départ, sachant qu’ils pouvaient ensuite se trouver pris dans un contexte différent et une trajectoire différente de celle prévue au départ?

      J’ai entendu Nabil Ennasri en 2012, à peu près au début de la militarisation de l’insurrection Syrienne dire en substance, que la Syrie n’a pas besoin d’hommes mais d’aide. Une année ou deux plus tard, si on m’avait interrogé moi sur ce qu’il convient de dire à un volontaire au départ, j’aurais su je crois que lui dire et ça aurait marché, ceci pratiquement au moment où il y eut cette ténébreuse circonstance de la prise de la grande ville de Mossoul, par 900 fantassins seulement face à 40 mille des forces Irakiennes laissant leurs armes. Et attention, je n’affirmes pas du tout que ce retrait corégraphié avec abandon volontaire de matériel était ordonné par Nouri El Maliki ni par l’Iran comme certains l’ont suggéré, non, pareille chose ne peut venir que d’une puissance capable de l’assumer, vous flairez ou vous ne flairez pas?

      Et puisque vous avez de bonnes idées, alors dites-nous comme on fait pour dé-ra-di-ca-li-ser ceux qui ont été recrutés à la synagogue de Paris par l’ambassadeur de l’entité Sioniste, c’est pareil ou c’est pas pareil? Et cuid des volontaires tout à fait Franchouillards de très longue souche qui partaient rejoindre les forces Katayebs de Falangistes au Liban dans les années 70, s’affichant comme tels dans les grands médias, faut-il leur appliquer le même lavage de cerveau? Richard Millet a-t-il fait un seul jour de prison? Erik Zemmour comment fait-il pour n’être pas perquisitionné ni soumis à résidence surveillé ou fiché S, c’est quoi qui me prouve moi que d’un, il ne tésaurise pas d’armes, que de deux il ‘entretient pas nuitamment un réseau pour le jour venu déclencher la guerre civile dont il rêve à voix haute?

      Répondez seulement quand vous serez droit et honnête, sinon effectivement, vous n’avez aucune chance de convaincre qui que ce soit, pas en citant votre canard ni le fou du roi. Moi, je crois que je saurais mais j’attends qu’on me pose la question d’abord.

      Croissant de lune.

  4. Je n’ai pas écouté la vidéo mais le titre je m’en suffirais, oui, la dé-ra-di-ca-li-sa-tion, ça n’existe pas vraiment, autre façon de nommer la rééducation psychologique. Oui, le désengagement, parce que tout ça résulte et largement des engagements armés, de ces guerres injustes présentées cosmétiquement sous la forme supposée anodine et l’étiquette d’opérations extérieures. En grande partie, puis en effet, la militarisation des mouvements initialement populaires, cette militarisation qui débouche ou bien sur une ingérance comme dans le cas Lybien et alors la cause des insurgées est axiomatiquement perdue, puisque pas de liberté par ingérance, ou bien sur une situation de grand cahos avec beaucoup d’intervenants qui rend la situation à peu près illisible comme c’est le cas en Syrie. Quelle crédulité et naïveté de ces jeunes gens? Du moment qu’ils savaient l’Arabie impliquée dans le soutien supposé aux insurrections militaires, ils devaient savoir, c’est axiomatique, que l’Arabie veut ou bien l’ingérance étrangère, ou bien la défaite des insurgés, ou encore le cahos mais l’aboutissement des insurrections ne peut pas être dans la tête des monarchies, bien que soutenant au début en apparence les insurgés, la victoire des peuples serait pour eux un affront direct voire le début de leur fin. La contre-révolution a commencé en même temps voire avant les dites révolutions.

    Croissant de lune.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

La fête du Mawlid de l’an 1440H débute la nuit du 19 au 20 novembre 2018

Arabie saoudite : quand l’Adhan contrarie les plans d’un chat à l’affût de ses proies…