in

Une délégation d’élus sud-africains renonce à se rendre en Israël

Dans le vaste jeu de dupes mondial qui tente de nous faire prendre des vessies expansionnistes pour des lanternes démocratiques, certains séjours sur la terre promise équivalent à cautionner l’imposture ultra-sioniste et à faire briller son étoile au firmament du colonialisme et de l’épuration ethnique.

L’Afrique du Sud, à qui on ne la fait pas en matière d’apartheid, ne se contente pas de hausser le ton contre Israël, ses plus hautes autorités ont même œuvré pour que le voyage que devait entreprendre une délégation de maires et de conseillers municipaux de la province de KwaZulu-Natal avorte.

"Etant donné la politique israélienne à l’encontre des Palestiniens, nous déconseillons aux Sud-Africains de se rendre en Israël", a fermement déclaré le ministre adjoint d’Afrique du Sud aux relations internationales et à la coopération, Ebrahim Ebrahim, selon le journal le Mail et Guardian.

Répondant à l’invitation de SA-Israël Forum, ce groupe d’élus a été fortement dissuadé de faire le jeu de l’Etat Hébreu qui s’emploie, à travers ces petites escales stratégiques, à lisser son image, et en cela fut éclairé par le mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) sud-africain, qui  a alerté l'opinion sur les vraies activités de ces hôtes israéliens, à l'hospitalité très intéressée, à savoir fournir du matériel de construction pour le mur de l’annexion, ainsi que des équipements pour les check-points dans les territoires palestiniens occupés.

"Il est temps que ces voyages organisés par Israël pour redorer le blason de l’apartheid soient dénoncés", s'est félicité Ronnie Kasrils, ancien ministre sud-africain et l’un des fondateurs de l’ANC, ajoutant : "Il est temps que cesse le ballet des voyages dans lesquels le lobby israélien entraîne universitaires, sportifs, journalistes, fonctionnaires municipaux et hommes d’affaires sud-africains, dans le but de les lier à l’apartheid israélien".

Cette annulation, qui a fait l'unanimité en Afrique du Sud, a notamment réjoui Mbuyiseni Ndlozi,  membre du conseil d’administration de BDS Afrique du Sud. : "Ceci est un camouflet cinglant pour le lobby israélien et particulièrement pour SA-ISRAËL Forum, qui était derrière l’organisation de ce voyage", a commenté ce dernier.

Ce coup de théâtre des maires sud-africains survient quelques mois après que leur gouvernement ait décidé d'exiger que soient étiquetées les marchandises en provenance d'implantations israéliennes illégales dans la Cisjordanie occupée. Un premier pas décisif vers l'interdiction de ces produits, en somme.

A l'unisson de l'ex-ministre Ronnie Kasrils, la confédération des syndicats sud-africains COSATU, qui approuve pleinement l’appel au boycott d’Israël et qui était intervenue pour convaincre les élus de la province de KwaZulu Natal de ne pas donner suite à l’invitation de SA-Israël Forum, a salué cette décision. Un de ses responsables, qui n'a pas caché sa satisfaction, s'est d'ailleurs exclamé : "Il est grand temps que SA-ISRAËL Forum et ses voyages en Israël visant à contrecarrer le boycott soient dénoncés au grand jour".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’Arabie Saoudite construit une cité industrielle réservée aux femmes

L’ingérence est le moteur de la descente aux enfers de la Syrie