in

L’Arabie Saoudite construit une cité industrielle réservée aux femmes

Au royaume Wahhabite où l’on ne badine pas avec le rigorisme religieux, plus rien ne semble s’opposer à ce que la gent féminine pulvérise les plafonds de verre, aussi longtemps que cette parité bien méritée n’est pas synonyme de mixité avec le sexe fort.

Comment élargir les horizons professionnels des Saoudiennes, et leur permettre de s’épanouir en valorisant leurs compétences, tout en se conformant strictement à la charia ? Equation cornélienne, s’il en est, mais pas pour l’Arabie Saoudite qui a sorti du chapeau la solution idoine, que d’aucuns jugeront radicalement pharaonique : construire une ville industrielle exclusivement réservée aux femmes, qui pourront ainsi, à l’abri des regards, contribuer à l’effort de la nation. C’est peu dire que l’absolutisme saoudien a les moyens de son ultra-conservatisme…

On ignore encore si les proches alliés occidentaux de la monarchie applaudiront à ce concept révolutionnaire qui incite la femme à se réaliser pleinement, mais derrière les murs d’une ville conçue sur mesure pour mieux s’insérer dans la société. Un paradoxe saisissant, de nature à bousculer les schémas de pensée traditionnels de nos contrées, à moins que ce modèle d'égalité ne donne des idées à certains, compte tenu des disparités qui subsistent entre les hommes et les femmes dans nos sphères professionnelles, bafouant une parité officiellement proclamée, à coups de quotas allègrement contournés…

En pleine phase de matérialisation, cette cité phare d’un genre nouveau, prélude à quatre autres villes identiques, devrait déployer, à l’horizon 2013, ses usines textiles, pharmaceutiques et agro-alimentaires, dans l'est du pays, avec des femmes, et uniquement des femmes, aux manettes.

5.000 postes devraient être créés dans des locaux adaptés aux exigences de la loi islamique. Le complexe abritera un centre de formation spécialisé pour favoriser l'entrée de femmes dans les usines. Derrière ce projet unique,  il n’y a donc rien de surprenant à ce que l'on trouve de grandes inspiratrices, notamment en la personne d’une femme d'affaires saoudienne qui a expliqué à la presse que cette réalisation vise essentiellement «à réduire le chômage parmi les jeunes femmes diplômées». 

C'est en effet en Arabie Saoudite que l'écart entre l’emploi des femmes et des hommes bat tous les records, avec un impressionnant décalage de 23%. Cela étant, les frémissements d’une libéralisation se font sentir, à travers notamment la promesse faite à ses concitoyennes par le roi Abdallah ben Abdelaziz Al Saoud d'obtenir le droit de vote lors des élections locales de 2015, et très récemment la possibilité de travailler dans des boutiques de cosmétiques et de lingerie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le dimanche 19 Août 2012 serait  le jour de l’Aïd El Fitr, selon le CFCM

Une délégation d’élus sud-africains renonce à se rendre en Israël