in

Une chef de cuisine saoudienne crée un dessert glacé pour MBS, en visite officielle à Paris

Si les femmes chefs de cuisine se font encore trop rares derrière les fourneaux des grands restaurants, là où paradoxalement la gent masculine règne en maître, les femmes saoudiennes, qui ont réussi à s’imposer dans cet univers professionnel très masculin, se comptent carrément sur les doigts d’une main…

Elle est l’exception qui confirme la règle, Mayada Badr, l’étoile montante de l’art culinaire dans une Europe où elle a fait ses classes et dont elle régale les palais, a eu l’insigne honneur d’être choisie pour confectionner un savoureux dessert à Mohammed Ben Salmane, le nouvel homme fort de Riyad, lors de son escale princière à Paris.

Incarnation de la jeune femme saoudienne moderne, talentueuse et couronnée de succès en dehors des frontières de son pays, elle était le maître pâtissier idéal pour satisfaire la gourmandise de son influent prince héritier, mais aussi pour prouver au grand réformateur qu’il est que sa génération peut tout entreprendre et y exceller.

« Les femmes saoudiennes peuvent tout faire », a clamé Mayada Badr avec un large sourire devant la caméra d’Al Arabiya, avant de dévoiler les secrets de son onctueux gâteau glacé.

« J’ai décidé de combiner les techniques culinaires françaises avec les saveurs saoudiennes, afin de créer un dessert parisien délicieusement agrémenté de tahini halawa, d’eau de rose et de couches de ganache aromatisée au café », a-t-elle détaillé, en précisant non sans fierté que le dessert glacé qu’elle a préparé avec soin était une spécialité des Arabes. « J’ai choisi ce dessert, car les Arabes furent des précurseurs en matière de crème glacée dans le monde, et c’était ma manière de rendre hommage à leur savoir-faire », a-t-elle souligné.

Alors que son ascension irrésistible au sein de l’une des plus prestigieuses enseignes de la restauration force l’admiration de tous, savoir ce qu’elle ressent en tant que femme saoudienne en pleine réussite loin de chez elle, qui plus est en Europe et dans un monde d’hommes en toque blanche, taraudait son interlocuteur d’Al Arabya, et pas seulement lui…

« Je travaille avec bonheur pour l’une des plus grandes entreprises de restauration en Europe. Je me suis toujours sentie la bienvenue ici.  Les gens avec qui je travaille apprécient le fait que je sois capable de mélanger les ingrédients de mon pays avec ceux de la cuisine française. Ils sont tous ravis d’élargir leur propre horizon culinaire à mon contact », a-t-elle déclaré avec enthousiasme.

Mayada Badr, ou l’art de marier les saveurs occidentales et orientales dans les assiettes, et plus délectable encore, de faire reculer les préjugés sexistes et progresser les droits des femmes saoudiennes derrière ses fourneaux.

Son intervention à partir de 1’13

5 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Rationnellement quel intérêt de cet article?..Si ce n’est d’évoquer l’obésité de ce jeune richissime gâté despote trentenaire et suggérer à ce dernier de maigrir et faire du sport avant qu’un triple pontage coronarien le laisse 3 pieds sous-terre …pour rejoindre l’autre rive comme tout le monde !!!

    MBS mange beaucoup,boit beaucoup et surtooouuuut MERDE BEAUCOUP (dans tous les sens du terme).

  2. Franchement quel est l’intérêt de cet article? Une saoudienne qui sait faire une glace!!!! C’est ça ? En attendant des bébés, femmes et vieillards meurent en Syrie Irak Lybie Palestine….

  3. Bravo Madame! Une réjouissance spéciale en l’honneur d’un criminel de guerre qui pactise avec l’entité sioniste et qui massacre le peuple yéménite. Oui, vous pouvez être fière de vous, Madame!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fils d’un Marocain et d’une mère d’origine indonésienne, Jesse Klaver, l’homme politique qui monte aux Pays-Bas

Le docteur Christophe Oberlin témoigne à Gaza