in

Un rapport accablant révèle l’utilisation par Israël de civils palestiniens comme boucliers humains

Avec le mensonge et la victimisation pour seconde nature, Israël s’évertue à leurrer le monde dans le vaste jeu de dupes de l’échiquier international, et parmi ses nombreuses impostures et contrevérités, l’utilisation  de civils comme boucliers humains imputée à son ennemi juré, le Hamas, est un grossier subterfuge qui masque la terrifiante réalité d’une pratique militaire israélienne.

Si la duplicité et le cynisme de Netanyahou n’ont pas de limites, ce dernier risque fort toutefois de perdre de sa superbe à l’épreuve du rapport accablant de l’Observatoire Euro-Mid pour les droits de l’Homme qui, témoignages de Gazaouis à l’appui, révèle cette vérité qui est d’autant plus terrible qu’elle est inaudible dans un Occident devenu autiste à force d’être à la botte de la « seule démocratie du Proche-Orient ».

Oui, Israël commet bel et bien l’innommable sans état d’âme, en accusant le Hamas de tous les maux et en violant, une fois de plus, le droit international, comme l’indique Ramy Abdu, président de l'Observatoire Euro-Mid basé à Genève et dans la bande de Gaza, fort de son rapport étayé qui brise le mythe de l’Etat hébreu, parangon de vertu démocratique.

"Le gouvernement israélien a tenté de défendre son assassinat aveugle de civils – dont plus de 400 enfants – en prétendant que les combattants de la résistance se cachent parmi la population, alors qu'en réalité, il n'y a pas de place dans la bande de Gaza qui soit à l'abri des bombes et des bombardements", a déclaré ce dernier, renchérissant. "Au lieu de cela, ce que nous avons documenté est que les forces israéliennes ont littéralement utilisé des civils palestiniens comme boucliers comme ils ont tué leurs voisins."

L'une de ces victimes, Ramadan Muhammad Qadeeh, natif de Khuza'a dans le sud de la bande de Gaza, a fait le récit de la journée cauchemardesque du 25 juillet dans une interview vidéo, lorsqu’ Israël a largué ses bombes sur son village avec une intensité dévastatrice, laissant derrière elles un paysage de désolation et entraînant l’exode de 14 000 personnes en état de sidération.

Ce témoin rescapé de l’horreur absolue a décrit l’irruption brutale des forces israéliennes dans sa maison, assassinant de sang froid, sous ses yeux épouvantés, son père de 65 ans, Muhammad Qadeeh, lequel tentait de s’interposer pour protéger les siens en répétant qu’ils étaient des civils, une fois en hébreu et en arabe. C'est une balle en plein coeur, le foudroyant mortellement, que ce patriarche à la tête d'une belle et grande famille unie a reçue en guise de seule réponse.

"Ensuite, ils nous ont ordonné de nous déshabiller et nous ont attaché les mains. Ils nous ont emmenés à l'une des chambres et nous ont utilisés comme boucliers", a raconté Qadeeh, ajoutant bouleversé : "J'étais à une fenêtre et trois enfants de ma famille à l'autre. Les soldats ont alors commencé à tirer autour de nous.Les membres de la famille ont été transférés dans des pièces différentes et devant les fenêtres. Les balles volaient autour d'eux pendant plus de huit heures, sans nourriture et sans boisson.C'était effrayant, je ne sais pas comment nous avons survécu".

«Le droit international humanitaire interdit l'utilisation de civils comme boucliers humains», insiste Ramy Abdou. "Les forces de combats doivent faire tous les efforts pour protéger les civils qui ne sont pas impliqués dans le meurtre et s'assurer qu'ils sont tenus à l'écart du danger. Israël doit être tenu de rendre des comptes sur ses graves exactions par les organismes chargés de faire respecter le droit international », a martelé le président d'Euro-Mid, en escomptant bien ne pas prêcher éternellement dans le désert…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Muni d’une roquette en papier, un palestinien âgé défie avec courage des soldats israéliens (vidéo)

Un muezzin Palestinien effectue l’appel à la prière sur les ruines d’une mosquée (photo)