in

Un ministre indien exhorte les musulmans à ne plus consommer de bœuf

 « Les musulmans peuvent vivre dans ce pays, mais ne pourront plus consommer du bœuf par respect envers les croyances hindoues », a déclaré Manohar Lal Khattar au journal The Indian Express le 16 octobre dernier.

Ce commentaire tombe en pleine campagne d'élections régionales, trois semaines après qu'une centaine de personnes a lynché Mohammad Akhlaq, un musulman de cinquante ans, écoutant la rumeur selon laquelle il aurait consommé de la viande bovine, pratique interdite dans maintes régions en Inde. Sa fille Sajia a ensuite clarifié à ce même quotidien que sa famille avait du mouton dans le réfrigérateur.

Manohar Lal Khattar est le ministre en chef de l'État d'Haryana. Il est membre du parti nationaliste indien, comme Narendra Modi, Premier ministre d'Inde. Manohar Lal Khattar a également lancé « qu'il n'est écrit nulle part que les musulmans et les chrétiens doivent consommer du bœuf. »

Ces derniers représentent les deux minorités religieuses les plus importantes du pays, avec 14 % de musulmans et 2,3 % de chrétiens. L'Inde est aussi le premier exportateur mondial de viande bovine, selon l'Institut de l'élevage français : « Avec 304 millions de têtes, le cheptel indien représente 30 % du cheptel mondial, très loin devant le Brésil et ses 185 millions de têtes. » Mais dans ce cas, un faible consommateur avec 20 % de la population.

Les propos de Manohar Lal Khattar risquent d'envenimer davantage l'altercation entre les communautés religieuses, dont celle des hindous est la première en Inde avec 80 %. Dans l’hindouisme, la vache est un animal sacré, symbole de la vie et de la divinité Krishna.

Le parti nationaliste indien tache depuis des années à sanctionner lourdement la consommation de la viande bovine. En mars, l'État du Maharashtra en établit la possession et la vente passibles d'une peine carcérale de cinq ans ou d'une amende de 10.000 roupies (150 euros).
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La reporter hongroise, auteur de croche-pieds contre les réfugiés, poursuit en justice sa victime Oussama Abdul Mohsen

La célèbre chanteuse Ahlam envisage une carrière de “prédicateur islamique” après avoir quitté la scène