in

Un lycée du Connecticut soutient sa jeune basketteuse yéménite voilée

Elle a foulé le sol de la bannière étoilée il y a tout juste onze mois, la jeune Buthaina Alahwas, 16 ans, a laissé loin derrière elle son Yémen natal, non sans une immense tristesse, pour s’adonner à son sport de prédilection.

La basketteuse très prometteuse, qui a marqué ses premiers paniers à l’âge de 11 ans, a su saisir la balle au rebond pour se donner toutes les chances de progresser, sous les cieux du Connecticut et sous la supervision de coaches qui lui permettront de se surpasser.

Buthaina Alahwas ne se distingue pas seulement par ses remarquables aptitudes sportives, mais également par son choix vestimentaire qui en a fait la première joueuse voilée de son école. Une singularité qui aurait pu être rédhibitoire, sans le formidable soutien de la direction de son établissement scolaire et du corps enseignant, grâce auxquels elle s’est merveilleusement fondue dans le paysage pour donner le meilleur d’elle-même sur le terrain.

Issue d’une famille très pieuse, la jeune fille, consciente de sa différence, reste profondément persuadée que le port du hijab ne sera jamais un obstacle à la pratique du basket, même à haut niveau. Une conviction intime confortée par son excellente intégration dans le lycée Gilbert où chacun, entraîneurs, enseignants, élèves comme coéquipières, a su rapidement dépasser l’apparence extérieure pour ne s’attacher qu’à l'essentiel : sa personnalité.

Revêtue d'un hijab confectionné dans un textile léger, parfaitement adapté à la pratique sportive, après que son coach Gerry Hicks, dont ce fut la seule et unique condition, ait recherché un voile similaire à celui conçu pour l’équipe olympique d’Arabie saoudite, la jeune fille peut pleinement se consacrer à ses performances, d’autant plus qu’un dernier écueil a été contourné : elle a obtenu la précieuse autorisation pour jouer voilée dans toutes les compétitions de basket interscolaires du Connecticut.

A l’âge de tous les possibles, Buthaina Alahwas rêve de passer du statut de talent en herbe à celui d’étoile montante du basket-ball féminin, tout en exauçant un autre de ses souhaits les plus chers. Elle qui  espère marcher, un jour, sur les traces de son idole, la basketteuse voilée du Massachussetts Bilqis Abdul-Qaadin, aimerait servir d’exemple à toutes les jeunes filles musulmanes et favoriser l’éclosion d'une myriade d'étoiles au firmament du sport.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Véronique Genest en lice pour la députation des Français de l’étranger

Le Hezbollah et sa nouvelle méthode de combat