in

Un dignitaire religieux koweïtien exhorte les musulmans à ne pas communiquer via les émoticônes

Dans l’univers numérique constellé de petits symboles visuels divers et variés, aucune émoticône ou émoji, qu’ils soient fixes ou animés, d’humeur moqueuse, joyeuse ou chagrine, voilés ou non voilés, barbus ou imberbes, ne trouve grâce aux yeux d’un dignitaire religieux koweïtien, et c’est un doux euphémisme…

Khaled Al Kharaz n’en démord pas : ces petites icônes, dotées d’une large palette d’émotions et reflétant la diversité de notre vaste monde, celui du XXIe siècle où les frontières géographiques ont été abolies par Internet, sont à proscrire rigoureusement par tout musulman qui se respecte.

Une interdiction qui a dû susciter l’incompréhension de Rayouf Alhumedhi, la jeune créatrice saoudienne d’une émoticône revêtue d’un hijab, désireuse de promouvoir la “diversité et la tolérance” dans un cyberespace qui est trop souvent l’exutoire de toutes les rancoeurs et ressentiments haineux.

Alors pourquoi diable une telle injonction ? Tout simplement parce que les émojis n’existaient pas à l’époque du Prophète et que, par conséquent, ils contreviennent aux préceptes coraniques. Une logique à géométrie variable, car Twitter, sur lequel ce dignitaire religieux se répand régulièrement, n’appartenait pas non plus à cette époque lointaine.

C’est peu dire que la sommation de Khaled Al Kharaz, qui n’est manifestement pas à un paradoxe près, a produit son petit effet dans l’agora virtuelle koweïtienne, mais pas celui qu’il espérait… En effet, l’ironie mordante l’a emporté sur l’obéissance docile, nombre d’internautes tournant en dérision son avertissement jugé déconnecté de la réalité, pour mieux le renvoyer à ses propres contradictions, lui-même étant hyperconnecté.

Les réactions des twittos koweïtiens ont rivalisé de drôlerie et de causticité, et c’est tout naturellement en images, à travers des émoticônes choisies avec soin, qu’ils ont répondu à Khaled Al Kharaz. La plus éloquente d’entre elles est sans conteste celle où une émoticône lui fait « chut », lui rappelant opportunément que, parfois, le silence est d’or…

3 commentaires

Laissez un commentaire
  1. C’est curieux comme religion,les imans les gardiens de l’interpretation d’allah!! comme quoi tout le monde connait les secrets d’allah……pourtout la connaissance n’est pas islamique!!!

  2. De quoi je me mêle ! Qu’il conseille à ses collègues saoudiens de ne pas émettre de fatwas autorisant les jeux de hasard ! C’est moins hasardeux comme interprétation des textes coraniques !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Islam et défense de l’environnement

Le Festival d’Avignon : miroir grossissant de la Fracture Sociale