in

Tunisie : le parti Ennahdha alerte sur les risques de fraudes à la veille des élections

Libérée de son couple de tortionnaires, affranchie de ses bâillons oppressants, la Tunisie a réussi à briser ses chaînes pour se construire un nouvel avenir constitutionnel sous le signe d’une Assemblée renouvelée, la parole revenant aux urnes dimanche.

Après avoir vaillamment triomphé du régime de la Terreur, c’est vers les isoloirs que sont appelés les citoyens afin de choisir leurs 217 représentants qui redessineront le paysage politique du pays.

Caracolant en tête dans nombre de sondages qui le crédite de plus de 20% des suffrages, le parti Ennahda (“la renaissance”), légalisé après la révolution du Jasmin, revendique un million d’adhérents sur une population de quelque 11 millions d’habitants. A la veille d’un scrutin inédit et crucial, qui constitue un premier grand test électoral, le leader du mouvement Rached Ghannouchi n’a pas fait mystère de ses craintes quant à la perspective de résultats tronqués.

“Le peuple tunisien n’admettra pas que ses rêves s’évaporent et nous serons avec lui pour faire face à quiconque tenterait de porter atteinte au processus électoral et faire avorter les objectifs de la révolution ” a-t-il déclaré en conférence de presse, alertant sur des lendemains de vote qui déchanteraient sous le terrible poids de la fraude.

“Nous fondons de grands espoirs sur cette élection” a martelé cheikh Rached, qui s’est toutefois montré résolument confiant dans la capacité de son peuple à relever ce formidable défi démocratique dans la plus grande transparence et probité, alors que le monde entier a les yeux rivés sur l’exemple tunisien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Alger : les Chinois construiront la 3ème plus grande mosquée du monde

Retour du portrait de Ben Ali dans la banlieue nord de Tunis