in

Singapour : Le Parti de la solidarité nationale veut autoriser le port du voile dans la sphère professionnelle

Située entre l’Indonésie et la Malaisie, on ne connaît de Singapour que ses performances économiques spectaculaires qui, depuis son indépendance, ont damé le pion à bien des pays, limitrophes ou lointains, et beaucoup moins la remarquable paix religieuse qui y règne dont certaines nations dites éclairées seraient bien avisées de s’inspirer…

On ne compte plus les tableaux d’honneur décrochés par la cité-Etat d’Asie de l’Est, dont le modèle de société tend, une fois n’est pas coutume, à choyer l’islam plus qu’à le vilipender. Dans ce contexte notablement favorable à la troisième religion monothéiste, mais la première toutes catégories à subir un dénigrement sans répit et sans frontières, le Parti de la solidarité nationale (PSN) a pesé de tout son poids dans le grand débat public en cours pour plaider en faveur du port du hijab dans le secteur médical, notamment pour les infirmières musulmanes, mais également au-delà de cette sphère particulière, en appelant à l’autoriser dans tous les lieux de travail et dans le temple scolaire.

La secrétaire générale du parti, Jeannette Chong-Aruldoss, a ainsi proposé au gouvernement de commander une enquête afin de mesurer la perception des autres communautés de foi à l’égard des femmes voilées et de leur visibilité dans les professions de la fonction publique. "Il est particulièrement important d'avoir des preuves empiriques à l'appui pour légitimer toute décision sur cette question, car elle a un impact économique pour les familles Malay-musulmans", a souligné cette dernière, convaincue que la tolérance et l’équité de traitement l’emporteront dans une société qui a déjà fait ses preuves en la matière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plusieurs cas de paludisme en Algérie

Madame la France, ma mère et moi