in

Shakira s’attire les foudres des ultras du puritanisme en Iran

Il est des émois provoqués par certaines stars internationales qui sont parfaitement sous contrôle, et d’autres qui leur échappent totalement et dont elles se seraient bien passées, enfin peut-on le supposer…

Habituée aux ovations et aux cris admiratifs, l’idole planétaire Shakira a dû avoir les oreilles qui sifflent sous l’effet du buzz qui l’a conspuée la semaine dernière, affolant ses inconditionnels mais aussi le Net.

Selon The Guardian, la chanteuse, venue encourager son footballeur de mari, l’international espagnol Gérard Piqué, lors de la rencontre Espagne-Italie qui se déroulait au Brésil dans le cadre de la Coupe des Confédérations, était loin d’imaginer que son apparition dans les tribunes allait s’attirer les foudres à des milliers de kilomètres de là, de la part de radicaux iraniens qui ne lui ont pas pardonné ses bras nus.

Shakira, dont la plastique, comme toutes les autres vedettes, est un fonds de commerce qui ne doit pas passer inaperçu, aurait certainement préféré se soustraire aux regards scrutateurs et intransigeants des ultras du puritanisme iranien, qui n’ont pas hésité à éreinter la star occidentale adulée par des milliers de fans à travers le monde, et ce même en Iran.

Autre scène, mêmes griefs, même si leur tonalité est nettement plus politique, en mars dernier, Michelle Obama n’a pas été épargnée par la critique iranienne focalisée sur ses épaules dénudées au cours de son incursion très remarquée dans la cérémonie des Oscars.

La First lady s’était en effet livrée à un audacieux mélange des genres : couvrir de fleurs le film anti-iranien « Argo », grand vainqueur de la soirée, dans une robe à paillettes très hollywoodienne, donnant ainsi l’illusion que tout cela n’était que du cinéma… Ne serait-ce pas cela la véritable indécence ?

Si l’agence semi-officielle iranienne Fars a jugé bon de rhabiller légèrement Michelle Obama en recouvrant chastement ses épaules que l’Iran n’aurait pas su voir, la mission de porte-voix de Washington remplie par cette dernière, qui a révélé publiquement les complicités entre l’industrie du septième art et le sommet de l’Etat, était de nature à choquer toutes les âmes sensibles de par le monde et aurait largement mérité d’être habillée pour l’hiver. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Des prisonniers de Guantanamo exigent l’arrêt de leur gavage pendant le Ramadan

Estrosi tire à boulets rouges sur l’islam et les Roms