in

Seïf al-Islam a-t-il eu les doigts coupés par les troupes du CNT ?

Arme de destruction massive de la transparence, l’inévitable guerre de la communication disperse son nuage de fumée à chaque offensive occidentale, le foisonnement des images et des théories officielles ajoutant à la confusion générale savamment distillée.La Libye n’échappe pas à cette guerre de l’opacité, redoutablement impénétrable qui, même quand les armes ont cessé de parler, n’en finit plus de s’épaissir.

Le dauphin du trône libyen, Seïf al-Islam a-t-il eu les doigts coupés par les troupes du CNT en signe de la plus moyenâgeuse vengeance contre celui qui pointait des doigts menaçants vers les rebelles à chacune de ses interventions télévisuelles ? Cette vérité, difficilement avouable, est véhiculée par la chaîne Al-Arabiya et vient contredire l’autre vérité, plus audible à une heure de grande écoute, qui, vidéo à l’appui, accrédite la thèse de la blessure lors d’un raid de l’Otan.

“Au moment où nous quittions Bani Walid, nous avons été la cible d’un raid de l’alliance croisée (Otan). Vingt-six de nos jeunes sont tombés en martyrs et les autres ont été gravement blessés”, explique Seif al-Islam les doigts bandés, arrêté dans la nuit de vendredi à samedi dans le Sud libyen.

“J’ai été blessé dans ce raid qui nous a visés près de Wadi Zemzem”, au sud de Bani Walid, ajoute le méconnaissable héritier du Guide libyen dans cette vidéo diffusée par le centre médiatique de la ville de Zenten, où il est actuellement détenu.

Coiffé d’un turban marron et portant des lunettes, le plus en vue des fils du défunt colonel aurait indiqué que l’état de sa main nécessitait une intervention chirurgicale, tout en demandant aux ex-rebelles devenus ses geôliers de le tuer. Et là encore, différentes versions font rage : “Contrairement ce qui a été dit dans certains médias, il ne nous pas proposé de l’argent, il nous a demandé de lui tirer une balle dans la tête et qu’on l’amène (mort) à Zenten”, a martelé Al-Ajmi al-Atiri, le chef de la brigade de Zenten qui a arrêté l’un des derniers du clan Kadhafi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’économie solidaire Musulmane : le nouveau commerce triangulaire

BHL s’est engagé en Libye au nom de “sa fidélité au sionisme et à Israël”