in

Sarkozy appelle l’UMP à voter contre la reconnaissance de la Palestine

Le contraire eût été étonnant de la part de l’ancien oligarque très proche du CRIF et aligné inconditionnellement sur l’Axe atlantique, qui avait fait de BHL, le petit télégraphiste de Netanyahou, son ministre des Affaires étrangères bis pour semer le chaos en Libye, Nicolas Sarkozy s’est prononcé, mardi soir, contre la proposition de résolution socialiste sur la reconnaissance d'un Etat palestinien, et a appelé l’UMP, en pleine guerre des chefs, à se ranger à son opinion sous haute influence.

"Je demande à mes amis de voter contre", a déclaré celui qui rêve de prendre les rênes de la droite divisée et éclaboussée par les scandales à répétition, pour mieux s’accaparer tous les pouvoirs et se projeter, sans ombre au tableau, en 2017.

"Je me battrai pour que les Palestiniens aient leur Etat. Mais une reconnaissance unilatérale quelques jours après un attentat meurtrier et alors qu'il n'y a aucun processus de paix. Non !", a-t-il martelé, en dénonçant l'attaque contre une synagogue qui a fait cinq victimes Israéliennes la semaine dernière, mais en occultant l'horreur du génocide perpétré par Israël qui a tué, devant les caméras du monde entier et en toute impunité, plus de 2 000 Gazaouis, dont plus de 500 enfants, au cours d'un été sans merci.

"Je n'accepterai jamais que l'on remette en cause la sécurité d'Israël. C'est le combat de ma vie", a-t-il enfoncé le clou, lançant un cri du cœur qui ne laisse aucun doute sur ses véritables intentions et sur le camp, en l’occurrence de la barbarie, qui a et aura toujours sa préférence.

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’extrême droite autrichienne traque les “islamistes” dans les jardins d’enfants

Du marasme et du mérite en France