in

Un Saoudien prénomme sa petite fille Ivanka, comme la fille de Donald Trump…

Alors que l’Arabie saoudite aura l’insigne privilège, avec Israël (ô surprise !), d’être la première terre foulée par Donald Trump pour sa première escapade officielle, ce « véritable ami des musulmans » selon l’élogieux prince héritier Mohammed bin Salman, un Saoudien, heureux papa d’une petite fille et n’éprouvant aucune rancune envers le grand propagandiste américain de l’islamophobie, a décidé de relever le défi lancé par des amis : prénommer son bébé Ivanka, comme la fille du magnat de l’immobilier new-yorkais devenu roi.

Ivanka Al Anzi a vu le jour le 26 avril, au sein de la maternité de la localité d’Arar, son père comblé de joie, Salem Amer Salem Al Ayashi Al Anzi, s’empressant d’enregistrer son prénom, rare et insolite, au royaume où l’on ne plaisante pas avec le choix des noms donnés à ses enfants, au risque qu’ils soient marqués au fer rouge du blasphème et frappés d’interdiction.

La photo du nourrisson et une copie de son certificat de naissance ont été largement diffusées sur les réseaux sociaux saoudiens qui se sont scindés en deux camps irréductibles : les pro et anti-Ivanka.

Les premiers ont mis en avant le droit des parents de choisir librement le prénom de leur progéniture, ce à quoi les deuxièmes leur ont opposé la désapprobation publique que risque d’encourir la petite fille en grandissant, tandis qu’au même moment, sa naissance était célébrée en fanfare et dans la liesse par les proches de l’audacieux papa, comme le veut la coutume.

L’histoire ne dit pas si le choix de ce prénom si atypique a été davantage motivé par l’envie de braver les autorités saoudiennes que par l’admiration portée à l’homme fort de Washington.

Toujours est-il que l’on peut se hasarder à croire en la relative mansuétude de la dynastie des Saoud à l’égard de ce papa iconoclaste, tant les relations avec l’Amérique de Trump sont idylliques, ainsi que l’a prouvé le décret anti-immigration, foncièrement anti-musulmans et anticonstitutionnel, qui a pris soin d’épargner les ressortissants du royaume de l’or noir.

12 commentaires

Laissez un commentaire
  1. “le décret anti-immigration, foncièrement anti-musulmans” ?

    Peut-on visiter “librement” l’inénarrable Arabie Saoudite, quand on n’est pas musulman?

    Allez la censure…

  2. ( Un Saoudien prénomme sa petite fille Ivanka, comme la fille de Donald Trump…)

    -L’Arabie Saoudite, de même que les Saoudiens,

    -N’ont jamais été un Model Islamique a Suivre, Loin de là,

    -Ils ne Représentent qu’eux même, c’est tout !

    • A. Djabali

      Vous ne pouvez pas insulter tous les Saoudiens parce qu’un imbécile a décidé de donner un prénom non-musulman à sa fille. C’est un peu comme ces Français qui donnent à leurs enfants ces prénoms “trash” à leurs enfants, genre Kevin, Jessica, Steve, Britney, etc.

    • maamar

      Pour autant que ce vous dîtes soit vrai, cet individu n’a pas choisi le prénom “Ivanka” pour son étymologie hébraïque… un peu de bonne foi s’il vous plaît.

  3. ces arabes sont fous!!!!
    et pendant ce temps dans certain consulat, on refuse des prénoms berbères…
    je suis musulman berbère ai je le droit de ne pas être arabe?
    comme le sont les musulmans maliens,pakistanais, indonésiens etc……

    • Ali
      D’abord vous devriez être fier de porter un beau prénom qui fait honneur à l’islam. Ensuite ne faites pas de racisme à l’envers en recyclant la propagande coloniale qui consistait à créer des divisions au Maghreb. Quasi tous les Maghrébins ont du sang berbère: il n’y a personne qui soit supérieur à qui que ce soit. Dans l’idéal c’est l’islam qui passe avant toute revendication ethnique ou nationale, mais nous musulmans nous sommes gravement égarés…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les 10 dates les plus importantes de la vie du Prophète (SAWS)

Que pourra faire le président de la République une fois élu?