in

Romeisa, la poupée sans visage conçue par et pour des musulmans ultra-conservateurs

Passer d’un extrême à l’autre peut parfois donner le vertige dans nos sociétés occidentales où le jusqu’au-boutisme et le dogmatisme frappent de tous côtés, et pas seulement du côté où le suffixe en « isme » ne rime qu’avec islamisme et plus rarement avec féminisme…

Or, pendant que les féministes "bien de chez nous" s’époumonent, à l’approche de Noël, contre les jouets stéréotypés, genrés ou encore sexués, en empoignant notamment les poupées comme l’épouvantail de leur frénésie collective contre la soumission au diktat masculin, à l’autre bout de la chaîne et de l’autre côté de la Manche, une poupée sans visage vient d’émerger sur le marché britannique, sous l’impulsion de sa créatrice très conservatrice, Rishwana Bune, une ancienne professeure d’une école islamique dans le comté du Lancashire.

Il est certain que le processus d’identification ne sera pas aisé pour les petites filles qui tiendront dans leurs bras, berceront, et câlineront leur poupée commercialisée par la marque Deeni Doll, étiquetée "islamique" et baptisée Romeisa, en hommage à l’une des premières femmes à s’être convertie à l’islam, mais c’est à ce prix, sans concession aucune, que le rigorisme religieux concède à mettre un peu de magie dans le monde merveilleux et pur de l’enfance.

Pour Fawaz Gerges, un universitaire musulman de renom, spécialiste des sociétés musulmanes au sein de la London School of Economics, cette poupée déshumanisée et désincarnée symbolise surtout la "bêtise et la folie" des hommes. "Les musulmans font partie intégrante de la communauté internationale, ils sont en prise directe avec le 21ème siècle, mais une minorité d’entre eux reste désespérément figée dans l’archaïsme et des temps immémoriaux", a-t-il déploré, en prédisant un succès très confidentiel à Romeisa.

La petite poupée revêtue d’un hijab qui a pris forme, après avoir germé dans l’esprit de sa conceptrice, en se conformant scrupuleusement aux desiderata d’un certain nombre de parents désireux d’offrir à leurs enfants un jouet respectant 'les règles islamiques' les plus strictes, sera produite en petites quantités en Chine et vendue au prix de 31 euros.

  

Jocelyne Cesari, spécialiste de l'islam contemporain à Harvard, décèle là l’interprétation salafiste ou wahhabite de l'islam, qui ne prend sa source dans aucune tradition ancienne. "Dans la tradition islamique, la représentation de la figure humaine a donné lieu à des interprétations très diverses, et en fait, il n'y a pas de condamnation unanime, sauf pour les sunnites à propos de la représentation de la figure du Prophète Mohamed et de tous les prophètes", a-t-elle précisé au journal The Independent.

Aux antipodes de Romeisa, les adorables poupées Fulla et Aamina sont dotées d’un joli minois qui charme les petites filles au premier coup d’œil. La première, enveloppée soit dans son abaya, soit dans d’autres tenues avec son hijab sur la tête, suscite un engouement qui ne se dément pas au Moyen-Orient, tandis que la deuxième, dont la particularité est de réciter des prières en arabe, fait durablement la joie des petits et des grands.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Une jeune musulmane canadienne pleinement heureuse depuis qu’elle porte le hijab

De quoi les Emiriens sont-ils le nom?