in

Richard Prasquier porte plainte contre la LDJ

C’est le poids des mots et le choc de l’image qui ont fait sortir de ses gonds Richard Prasquier, le président du Crif, lequel contre-attaque aujourd’hui en portant plainte contre le groupuscule ultra-sioniste, connu comme le loup blanc pour son extrême dangerosité : la Ligue de Défense Juive (LDJ) ! Impensable !

Branle-bas de combat au sommet de l’influente association, Richard Prasquier ne décolère pas depuis que la LDJ a diffusé la photo de trop, celle de sa poignée de main avec Mahmoud Abbas, lors du séjour de ce dernier à Paris, en septembre 2010, avec en exergue une légende qui a fini de l’ulcérer : « Richard Prasquier, l’homme qui pardonne au tueur de Maalot (en référence à la prise d’otage sanglante en 1974 en Israël), Mahmoud Abbas (21 enfants et 3 adultes tués) ».

On observera que si l’inimaginable s’est produit à travers cette plainte en justice contre l’organisation, affligeante anomalie française, qui fait régner la terreur sur le territoire national alors même qu’elle est interdite, depuis 1994, aux Etats-Unis et en Israël (un comble !), où elle figure sur la liste noire des mouvements terroristes, il aura fallu que Richard Prasquier soit dans sa ligne de mire, et ce depuis un petit moment, pour que celui-ci soit extirpé de son hibernation complaisante…

Car l’omnipotent leader du Crif s’est bien gardé jusqu’ici d’exiger la dissolution de la LDJ, en dépit de toutes les provocations, menaces et exactions que le mouvement a accrochés à son palmarès. Une telle impunité suffit pourtant, à elle seule, à faire se retourner dans leurs tombes tous les grands humanistes disparus de la patrie des Droits de l’Homme !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les imams marocains ne sont plus les bienvenus dans la ville de Mellila

Le nouveau patron des services secrets parle arabe, connaît le Coran et adore Sarkozy