in

Retour sur le prix Ya bon awards 2012 remis à Fourest

Sur la scène irrésistiblement caustique des Y’a Bon Awards, les récompenses pleuvent, mais les lauréats, d’ordinaire si avides de reconnaissance, brillent par leur absence ! A l’initiative de l’association Les Indivisibles, la cérémonie parodique des césars a décerné, pour la quatrième année consécutive, les palmes du racisme ordinaire. Y’a pas eu photo pour Y’a Boniser, unanimement et copieusement, l’étoile montante de l’éditocratie parisienne : Caroline Fourest !

Déjà couronnée reine des “serial-menteuses” par Pascal Boniface, Caroline Fourest, qui menace d’attaquer en justice Les indivisibles pour injure et diffamation, méritait bien sa banane dorée des “Experts Chronikers” après avoir déliré sur, tenez-vous bien : “des associations qui demandent des gymnases pour organiser des tournois de basket réservés aux femmes, voilées, pour en plus lever des fonds pour le Hamas”…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comment Hollande est devenu le candidat du système

Julien Dray a fêté son anniversaire avec DSK