in

Rami Malek, héros de “Mr Robot”, premier acteur d’origine égyptienne à remporter l’Emmy Awards du meilleur rôle masculin

Héros peu ordinaire de la série "Mr.Robot" qui fait les heures « geekissimes », voire élitistes, de la chaîne USA Network depuis juin 2015, Elliot Anderson, un jeune informaticien new-yorkais atteint d’une forme rare d’anxiété sociale, derrière lequel se cache un expert du piratage informatique doublé d’un cyber-justicier entré en guerre contre les lobbies financiers, les politiques et la corruption de grande ampleur, a les traits de Rami Malek, 35 ans, un acteur américano-égyptien très prometteur dont la carrière a été boostée par ce rôle en or.

Une seule saison aura suffi pour que sa mine presque fantomatique et ses apparitions tourmentées crèvent le petit écran et en fassent « l’aliéné » préféré des téléspectateurs américains, selon la définition qu’il donne lui-même de son rôle, avant de faire l’unanimité parmi les professionnels d’Hollywood. Ces derniers viennent de lui décerner, dimanche, le prestigieux Emmy Awards du meilleur rôle masculin. Un bonheur n’arrivant jamais seul, cette insigne récompense enrichit son beau palmarès qui compte déjà un Golden Globe.

Son trophée dans la main, Rami Malek, qui avait précédemment campé un personnage de vampire dans la série « Twilight », puis s’était métamorphosé en pharaon dans le film « La Nuit au musée », a pu savourer l’instant magique de sa consécration qui l’a fait entrer par la grande porte dans l’histoire de la télévision américaine.

Outre le fait qu’il a damé le pion à des stars incontestées, tel Kevin Spacey (House of cards), il est en effet le premier acteur d’origine égyptienne et le premier non blanc à se voir attribuer, depuis 18 ans, la plus belle des palmes de la part de l’Academy of Television Arts and Sciences.

Grâce au hacker dépressif et engagé de "Mr. Robot", Rami Malek, la nouvelle coqueluche d’Hollywood, connaît ses heures de gloire de l’autre côté de l’Atlantique, et bientôt peut-être en France, sur France 2, où son personnage d’anti-héros très singulier s’est invité hier soir, pour la première fois, dans les foyers.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Juppé : “Assez d’amalgames, assez de frénésie” sur l’islam et l’intégration

Nadia Murad, ancienne esclave de Daesch nommée ambassadrice de l’ONU