in ,

Pour Tareq Oubrou, le voile est devenu un “objet de séduction porté avec des vêtements moulants ou transparents”

Dans une tribune publié dans le quotidien Le  Monde, le recteur de la mosquée de Bordeaux, Tareq Oubrou  affirme au sujet du hijab  que  de "l'ostentation islamique", le "voile islamique" est passé à "l'ostentation esthétique" ; d'un objet de pudeur à un objet de séduction. Une tendance. Des filles qui portent le foulard avec un pantalon serré, ou des vêtements moulants ou transparents, laissent à penser que le sens initial du foulard se perd peu à peu. Il est devenu une tendance un "objet culturel". Aujourd'hui, on organise des défilés de mode du hidjab (voile laissant le visage apparent). Rien à voir avoir avec la pudeur. On a l'impression de voyager dans un conte des Mille et Une Nuits."

Toujours sur le port du voile, Tareq Oubrou  estime que  les textes fondateurs de l'islam :  Coran et Sunna ont une position ambiguë :  "couvrir les cheveux, pour la musulmane, relève d'une "prescription équivoque et mineure". Autrement dit, elle repose sur un ou deux passages coraniques amphibologiques et sur des hadiths (communication orale) du Prophète, dont l'authenticité n'est pas certaine."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

USA : une américano-saoudienne accusée d’avoir braqué cinq agences bancaires

La définition du “beur” selon Christine boutin