in

Pour le Cheikh Salah Al Luhaydan, la conduite d’une voiture par les femmes pourrait affecter leurs ovaires

Face aux contestations de plus en plus nombreuses qui visent à lever cette impossibilité pour les femmes de conduire en Arabie Saoudite, en raison  du refus de  l’Etat de délivrer un permis de conduire, certains dignitaires religieux ont recours à de biens curieux arguments pour justifier également cette interdiction. Parmi eux, le Cheikh Salah Al Luhaydan, qui a affirmé récemment que la conduite d'une voiture par les femmes pourrait affecter leurs ovaires et donner naissance à des enfants avec des troubles mentaux. Sans avancer, le moindre argument scientifique, le Cheikh Salah Al Luhaydan appartient à ces  Oulamas du royaume qui sont fermement opposés à voir une femme au volant, n'hésitant pas à avertir qu'une telle évolution inciterait également les saoudiens à se tourner vers l'homosexualité et la pornographie.

Rappelons qu'un groupe de militants saoudiens a lancé depuis  un mois   une  pétition sur le net  intitulée  « Le 26 octobre jour de  conduite » qui a déjà  recueilli  des milliers de signatures.  Cet  appel  qui exhorte les femmes à prendre le volant  le 26 octobre,  dénonce également  le traitement infantilisant de la monarchie  saoudienne à l’égard des femmes : "L'Etat n'est pas un père ou une mère et les citoyens ne sont pas des enfants."

En 2011,  une saoudienne Manal al-Sharif s’était  filmée entrain de conduire avant de poster  sa vidéo sur Youtube et Facebook (voir ci-dessous).  Une conduite qui lui a valu une arrestation immédiate et quelques jours de détention. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le livre noir de l’occupation israélienne

Le Pen met en cause le “lobby musulman” dans la crise du porc en Bretagne