in

Plus de 80 mosquées vont bientôt voir le jour dans les universités turques

Parmi les chantiers turcs d’envergure conçus pour favoriser le ré-ancrage territorial de principes islamiques au cœur d’une société laïque, l’édification de mosquées dans plus de 80 universités disséminées aux quatre coins du pays portera l’empreinte du président Recep Tayyip Erdogan, à la fois grand bâtisseur et maître d’œuvre d’un vaste programme urbanistique redonnant toute sa place à la pratique religieuse.

Soucieuse de répondre aux doléances formulées par des centaines de milliers d’étudiants, souhaitant concilier études et prières dans une unité de lieu, la plus haute instance religieuse de Turquie, par la voix de son éminent directeur, Mehmet Gomez (voir sur la photo ci-dessus aux côtés d’Erdogan), a dévoilé publiquement les plans architecturaux qui vont matérialiser cette profonde aspiration commune à accomplir son devoir religieux sans encombres, chaque jour que Dieu fait.

Alors que les premiers coups de pelle ont été donnés il y a quelques mois de cela et que déjà 15 lieux de culte sont sortis du terre sur les campus universitaires, Mehmet Gomez a récemment confirmé, non sans fierté, que les délais seront tenus et le nombre total de mosquées atteint à l’horizon 2015.

"Les mosquées sont en cours de construction dans plus de 80 universités", a déclaré le responsable des Affaires religieuses, en précisant : "Quinze d'entre elles peuvent déjà accueillir des fidèles et au moins 50 autres ouvriront leurs portes dans un proche avenir. Il y a 20 millions de jeunes dans notre pays et nous aimerions sensibiliser chacun d'entre eux."

Rémunérés par le gouvernement, les imams qui officieront dans ces mosquées devront plus que jamais être des guides spirituels à l’écoute des "jeunes à problème", désorientés ou désenchantés par les vicissitudes de leur existence, afin de leur donner des orientations, et le cas échéant, les remettre sur le droit chemin.

"Dans ces mosquées, les jeunes ressentiront l'amour de Dieu dans leurs cœurs. Nous attachons une grande importance au choix d’implantation de ces mosquées, ce sera ainsi le seul moyen de remettre la religion au centre des villes, mais aussi de la vie et dans le cœur de notre peuple", a souligné Mehmet Gomez.

Depuis 2008, l’ère Erdogan aura été celle de l’assouplissement des restrictions sur le port du hijab à l’université, qui s’est ensuivi, en 2012, de la levée de l’interdiction, vieille de plusieurs décennies, du voile dans les écoles islamiques, et de son autorisation récente, en septembre 2014, dans les écoles secondaires, la construction de mosquées dans les enceintes académiques étant le point d’orgue de cette politique qui ne cherche plus à gommer la religion du paysage national.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tous les ingrédients sont réunis pour une 3ème Intifada

Elise Lucet et Kev Adams défendent les musulmans( vidéo)