in

Mohamed Beltagy, secrétaire des Frères musulmans : « le temps où Israël effrayait le Caire est révolu »

Tout plutôt qu’aller à Canossa ! Avec la nouvelle ère égyptienne qui s’ouvre, la politique étrangère ne devrait pas emprunter les mêmes méandres que sous le règne de l’autocrate Moubarak, et sans pour autant franchir le rubicon de la remise en cause du traité de paix avec Israël, la nouvelle posture des Frères musulmans, grands vainqueurs des urnes, n’aura pas attendu longtemps avant de faire entendre sa différence.

Un durcissement politique qui, sans être un coup de semonce, annonce néanmoins clairement la couleur de futures relations traitant d’égal à égal, la peur ayant même changé de camp : ''Le Premier ministre Netanyahou doit savoir que le temps où Israël effrayait le gouvernement du Caire, est révolu'', a lancé le secrétaire du parti de la Liberté et de la Justice des Frères musulmans, Mohamed Beltagy, qui a précisé que le nouveau régime égyptien ne se veut ni querelleur, ni agressif.

Alors que l’Egypte écrit une nouvelle page de son histoire avec l’accession de Mohamed Morsi à la présidence de la République, le redressement du pays, qui cristallise des attentes fébriles, passera aussi par la manière de relever la tête face à un ordre mondial devant lequel l'ancien raïs courbait l’échine, à la consternation de l’immense majorité de la population, toutes sensibilités confondues.

Mohamed Beltagy a, pour sa part, déjà pointé du doigt certaines irrégularités qui nécessiteraient d’être amendées au plus vite, notamment la libre circulation des Israéliens dans le Sinaï, sans visa. Selon lui, la situation actuelle n'est pas sans danger pour l'Egypte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Seif al-islam Kadhafi : les quatre membres de la Cour pénale internationale libérés par la Libye

Jean-Christophe Attias: “Aborder le fait religieux comme un fait de civilisation”