in

Maroc : Un ministre achète pour 33 735 dirhams de chocolat

Les deniers publics et leur dilapidation par des représentants de la nation peu scrupuleux qui, sitôt élus, ne regardent plus à la dépense et oublient de rendre des comptes, voilà un phénomène très largement répandu des deux côtés de la méditerranée, qui, ponctuellement, fait scandale, restant soit en travers de la gorge des électeurs trahis, les Français en savent quelque chose, soit sur l’estomac, en l’occurrence des Marocains.

Au royaume de l’Atlas, "l’affaire du chocolat" du ministre Abdelâdim El Guerrouj, délégué à l’Education nationale, provoque une crise d’indigestion aiguë, à l’aune de sa facture salée de 33 735 Dirhams qui aurait été réglée aux frais de la princesse pour du chocolat qui, manifestement, valait son pesant d’or…

Branle bas de combat au sein de l’équipe gouvernementale chapeautée par Abdelilah Benkirane, le mystérieux achat d’un de ses éminents représentants, qui n’a pu résister à la tentation de piocher dans les caisses de la monarchie pour s’en offrir le luxe, embarrasse au plus haut point et au plus haut niveau. Affaire d'Etat, ces chocolats au goût de plus en plus amer tombent au plus mauvais moment, alors que des consignes d’exemplarité avaient été imposées à chaque ministre, comme le précise le site 360 en citant le journal Al Akhbar.

Le sort du ministre dans la tourmente dépend aujourd’hui du bon vouloir de Abdelilah Benkirane, ce dernier ayant exigé qu’un rapport circonstancié fasse toute la lumière sur cette petite folie chocolatée portant le sceau d’El Guerrouj, alors ministre délégué à la Fonction publique, qui a puisé sa source miraculeuse de financement dans le budget qui lui était alloué, sur le dos des contribuables, qui ont le dos décidément très large, au Maroc comme ailleurs…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Roland Dumas sur l’affaire Dieudonné

Karim Achoui : “Vos votes m’encouragent”