in

Manifestations pro-palestiniennes : comment certaines universités ont conclu des accords avec les étudiants

Photo : Sciences Po Paris rejoint le mouvement des campus en solidarité avec Gaza © Quds News Network

De nombreux manifestants sur les campus ont démonté les campements de solidarité avec Gaza, après que les universités ont accepté d’envisager de se désinvestir d’Israël.

Les campus universitaires du monde entier ont explosé ces dernières semaines, lors de manifestations d’étudiants et d’enseignants pro-palestiniens contre les représailles sanglantes d’Israël à Gaza, qui a fait plus de 34 000 morts.

Université après université, les manifestants exigent que leurs établissements rompent tout lien financier et académique direct ou indirect avec Israël, y compris en se désinvestissant des entreprises ayant des liens avec Israël.

Les manifestations ont donné lieu à des réactions diverses de la part des universités. Lundi, l’université de Columbia a annulé sa principale cérémonie de remise des diplômes. De nombreuses universités ont fait appel à la police et à d’autres forces de l’ordre sur les campus. Rien qu’aux États-Unis, plus de 2 000 étudiants ont été arrêtés. Les manifestations et la répression sur les campus se sont également étendues à d’autres parties du monde, du Canada à l’Australie, en passant par de nombreux pays européens. Lundi, des étudiants d’Oxford et de Cambridge, au Royaume-Uni, ont également installé des campements.

Pourtant, alors que la tension continue de monter sur plusieurs campus, les étudiants et les administrateurs de certaines universités ont réussi à négocier des accords qui ont accédé à certaines des demandes des manifestants.

Comment ces universités ont-elles géré les manifestations et quels accords les étudiants et les administrateurs ont-ils conclus dans ces cas-là ?

Quels sont les compromis auxquels les universités et les manifestants sont parvenus ?

Dans l’ensemble, les accords qui ont permis d’apaiser les tensions s’articulent autour de quelques thèmes communs :

 Certaines universités ont accepté de se désinvestir des entreprises ayant des liens avec Israël, tandis que d’autres ont déclaré qu’elles examineraient les demandes et les soumettraient aux organismes chargés de superviser leurs investissements. Dans certains cas, les universités ont accepté de divulguer leurs investissements, sans s’engager à désinvestir.

 D’autres universités, dont certaines ont également cédé du terrain sur les demandes de désinvestissement, ont accepté d’investir dans la création de nouveaux centres ou d’embaucher de nouveaux professeurs afin de mieux faire connaître la Palestine.

 En échange, les étudiants de ces campus ont accepté de mettre fin à leurs campements.

 Dans certains cas, les universités ont choisi de ne prendre aucune mesure pour disperser les campements et de les laisser se poursuivre. C’est le cas de l’université Wesleyan, dans le Connecticut, et de l’université de Californie, à Berkeley.

Quelles sont les universités qui ont accédé aux demandes spécifiques des étudiants ?

L’université Northwestern, située dans l’Illinois, a conclu un accord avec ses étudiants protestataires le 29 avril pour démonter la plupart des tentes. Elle leur a toutefois permis de poursuivre leur protestation – mais pas sous la forme d’un campement – jusqu’au 1er juin. L’université a promis de fournir aux étudiants des moyens de s’engager auprès du comité d’investissement du conseil d’administration, notamment en rétablissant un comité consultatif sur la responsabilité en matière d’investissement à l’automne.

Ce comité consultatif pourrait examiner les propositions de désinvestissement des membres de l’université. L’institut a accepté de divulguer ses investissements par l’intermédiaire de ses fonds de dotation aux « parties prenantes internes », qui comprennent les étudiants actuels, le corps enseignant, le personnel et les administrateurs. Northwestern a également accepté de prendre en charge les études de cinq étudiants palestiniens de premier cycle.

L’université Brown, dans le Rhode Island, a accepté le 30 avril que la Corporation, la plus haute instance dirigeante de Brown, vote sur le désinvestissement des entreprises affiliées à Israël lors d’une réunion en octobre. En contrepartie, les étudiants ont libéré les campements installés depuis le 24 avril.

Le 30 avril également, les étudiants et les administrateurs de l’Evergreen State College, dans l’État de Washington, ont conclu un pacte. Les étudiants ont levé un campement d’une semaine. L’université a mis en place des groupes de travail chargés d’évaluer, entre autres, les politiques d’investissement et la possibilité d’un désinvestissement, et de vérifier si les politiques de l’établissement en matière de subventions aident les gouvernements engagés dans des occupations illégales à l’étranger.

Le 1er mai, l’université du Minnesota a annoncé un compromis en vertu duquel elle s’engageait à fournir aux manifestants des informations sur les entreprises publiques dans lesquelles elle avait investi. Toutefois, l’université a précisé que les accords de non-divulgation l’empêchaient de divulguer des informations sur les entreprises privées dans lesquelles elle avait investi. Elle a ajouté que l’administration avait recommandé au service de police de l’université d’éviter d’arrêter les étudiants protestataires.

Publicité
Publicité
Publicité

Toutefois, l’université a déclaré qu’elle n’interdirait pas aux employeurs de participer aux salons de l’emploi, car elle n’est pas « favorable à la restriction des possibilités de carrière des étudiants ». Les étudiants avaient demandé que les entreprises ayant des liens avec Israël ne soient pas invitées.

Les étudiants protestataires de l’université Rutgers, dans le New Jersey, sont parvenus à un accord avec l’administration le 2 mai. L’université a accepté de créer un centre culturel arabe et d’embaucher du personnel et des enseignants connaissant les communautés palestiniennes, tout en mentionnant la Palestine, les Palestiniens et Gaza dans ses futures communications.

Elle a également accepté de collaborer avec les étudiants, le corps enseignant et le personnel pour aider 10 étudiants palestiniens déplacés à terminer leurs études à Rutgers. L’université a promis qu’aucun étudiant, membre du personnel ou du corps enseignant impliqué dans le campement ne ferait l’objet de représailles. La demande de désinvestissement des étudiants est également à l’étude.

L’université britannique Goldsmiths est parvenue à un accord le 3 mai après que des étudiants ont installé des campements dans la bibliothèque de l’établissement. Goldsmiths a accepté une nouvelle politique d’investissement éthique. Le groupe d’étudiants protestataires aura l’occasion de présenter ses « preuves de la complicité de Goldsmiths avec Israël » au comité financier de l’institut. Goldsmiths a également accepté de donner à l’un des amphithéâtres du département des médias le nom de Shireen Abu Akleh, une journaliste d’Al Jazeera tuée par les forces israéliennes alors qu’elle était en mission en Cisjordanie.

L’institut procédera également à un examen de la définition de l’antisémitisme de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA), que ses détracteurs ont qualifiée de si large qu’elle exclut de fait la plupart des critiques à l’égard d’Israël.

L’Université de Californie, Riverside (UCR) a publié une déclaration le 3 mai indiquant qu’un accord avait été conclu pour mettre fin pacifiquement aux campements. L’université a annoncé qu’elle publierait en ligne plusieurs informations sur ses investissements.

L’école de commerce de l’UCR a également interrompu plusieurs programmes internationaux, y compris en Israël. Les étudiants souhaitent également que l’université interdise la vente sur le campus de Sabra Hummus, une marque de houmous emballé appartenant à PepsiCo et au groupe Strauss, basé en Israël. L’université a déclaré qu’elle examinerait cette demande.

L’université Thompson Rivers (UTR), en Colombie-Britannique, a également conclu un accord le samedi 4 mai, à l’issue de négociations, ce qui en fait le premier institut canadien à avoir conclu un accord. Le groupe d’étudiants de l’UTR, appelé l’Université populaire de Gaza, n’avait pas de campements et a commencé à faire pression en faveur du désinvestissement par le biais d’un courriel envoyé à l’administration le 30 avril, a écrit un étudiant protestataire de l’UTR dans une déclaration à Al Jazeera.

L’administration de l’UTR a accepté de divulguer ses investissements dans les 30 jours suivant le dépôt par les étudiants d’une demande de liberté d’information. Un étudiant de l’UTR a déclaré à Al Jazeera qu’il avait déjà déposé la demande. Une fois que l’UTR aura révélé ses investissements, les étudiants rédigeront une proposition de désinvestissement.

Toutefois, l’UTR a refusé de condamner publiquement les « actes de génocide à Gaza » et d’exiger qu’il y soit mis fin, ce qui était l’une des revendications des étudiants. « Nous continuerons à dialoguer avec l’institution sur cette question », indique un communiqué de presse de l’Université populaire de Gaza à l’UTR.

Que se passe-t-il sur les autres campus ?

Columbia a annoncé lundi qu’il y aurait de petites cérémonies au niveau de l’école au cours de cette semaine et de la suivante, au lieu d’une grande cérémonie de remise des diplômes.

Lundi également, des étudiants protestataires pro-palestiniens du Massachusetts Institute of Technology (MIT) ont résisté à l’échéance fixée par l’université pour évacuer le campement. Le président de l’institut a adressé une lettre d’avertissement aux étudiants, dans laquelle il affirmait qu’ils seraient suspendus s’ils ne se dispersaient pas volontairement. Les autorités de Harvard ont envoyé une lettre similaire aux étudiants lundi, déclarant que les étudiants qui continueraient le campement « seraient renvoyés de leur école pour un congé involontaire ».

Al Jazeera

Traduction : AFPS

Publicité
Publicité
Publicité

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Le Prophète et la féminité

Ces juifs orthodoxes américains qui sont antisionistes et fiers de l’être