in

Londres : les excuses d’une journaliste de télévision après avoir menti lors de la Journée nationale “Visit my Mosque”

Quand Cathy Newman, une célèbre journaliste anglaise de Channel 4, a profité, le 1er février, de la grande opération inédite #VisitmyMosque, initiée par le Conseil musulman britannique, pour réaliser un reportage en immersion dans la mosquée londonienne de Finsbury, le moins que l’on puisse dire est qu’elle a oublié de laisser ses préjugés sur le seuil de la porte, et pire encore, qu’elle les a ravivés sur Twitter en créant une bourrasque médiatique dans le royaume.

Dans cette histoire ahurissante, où la vérité a fini par triompher de la calomnie, c’est la présentatrice vedette qui a été emportée par le tourbillon de son mensonge, après avoir accusé à tort l’un des fidèles de la mosquée de Streatham, où elle s’était égarée et qui ne participait pas à la Journée portes ouvertes, de l’avoir éconduite sans ménagement, en d’autres termes d’une expulsion à caractère sexiste, comme seuls les musulmans sont capables, c’est bien connu…

Prenant ses fantasmes islamophobes pour la réalité, Cathy Newman a aussitôt joué les victimes offusquées sur Twitter, là où le récit de sa mésaventure inventée de toutes pièces allait faire des ravages dans l’opinion. « J'étais habillée comme il faut, la tête couverte et les pieds nus, mais un homme m'a mise à la porte. J'ai dit que j'étais là pour la journée 'Visite ma mosquée', mais cela n'a rien changé », a-t-elle brodé sans état d’âme, se gardant bien de s’en tenir aux faits et rien qu’aux faits, comme tout journaliste digne de ce nom devrait être enclin à le faire.

Il faut dire que les faits sont bien moins croustillants que ses divagations irresponsables, et il y a fort à parier que si elle avait expliqué que son interlocuteur musulman, après lui avoir indiqué qu’elle s’était trompée de mosquée, lui a montré de loin la direction vers la bonne mosquée voisine, le buzz n’aurait pas été au rendez-vous

Trahie par les caméras de vidéosurveillance (voir vidéo ci-dessous),  qui ont fait la preuve en images de son incroyable imposture, Cathy Newman, la fausse victime d’un rejet machiste imaginaire, a été piteusement démasquée, n’ayant d’autre alternative que de se plier à l'exercice obligé des excuses – elle a invoqué un « malentendu », une excuse minable à l’aune de son mensonge -, mais un peu trop tardivement, car le mal était déjà irréparable.

Dans l’œil du cyclone bien malgré elle, la mosquée Streatham a été inondée de mails haineux et de menaces de mort téléphoniques, la presse anglaise ayant amplifié de manière désastreuse le délire d’une consoeur, sans vérifier la véracité de ses allégations. Même si la morale de l’histoire est sauve, puisque Cathy Newman a été prise en flagrant délit d’assertions fallacieuses, il restera, hélas, toujours quelque chose de sa calomnie dans une société où les stéréotypes islamophobes sont d’autant plus tenaces qu’ils sont constamment réactivés par les médias.

Cathy Newman ( au centre de l'image) a ensuite visité le Centre Islamique Hyderi, dont la directrice Esmat Jeraj, ( à côté d'elle sur la photo), s'est dit extrêmement "déçue"' par son mensonge qui a alimenté l'islamophobie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dax: Refoulée du camping car elle portait un foulard

Une vidéo choc met en scène des enfants s’excusant pour des actes terroristes commis par des êtres qui leur ressemblent