in

Ligue arabe : peut-on espérer un renouveau ?

Avec la Syrie, le Yémen et la Libye dans la tourmente, avec l’Iran qui défie les Arabes du Golfe pour la maîtrise de la région et avec l’Amérique qui remet en question son rôle de garant ultime de la stabilité, on aurait pu penser que le moment était venu pour la Ligue arabe de s’affirmer.

Au lieu de cela, l’organisme semble s’enfoncer de plus en plus dans l’insignifiance. Son idée de renouvellement, semble-t-il, consiste simplement à remplacer son Secrétaire général octogénaire par un septuagénaire.

Autrefois, elle promettait de lier les différents pays arabes et de forger un super-État, un peu comme Bismarck l’avait fait pour l’Allemagne ou le Risorgimento pour l’Italie. Fondée en 1945, au Caire, alors que l’Égypte était un phare anti-impérial, la Ligue arabe a contribué à la carrière de titans du 20e siècle, tels que Gamal Abdel Nasser et Mohammed V.

Publicité

De nombreux dirigeants de la Ligue arabe ont rallié les masses contre la domination coloniale britannique et française, et ont envoyé leurs armées par vagues successives contre Israël.

Nature de La Ligue arabe

La Ligue des États arabes, ou Ligue arabe, est une association volontaire de pays, dont les peuples sont principalement arabophones ou dont l’arabe est une langue officielle. Ses objectifs déclarés sont de renforcer les liens entre les États membres, de coordonner leurs politiques et de les orienter vers un bien commun.

Publicité

Elle compte 22 membres, dont la Palestine, que la Ligue considère comme un État indépendant.

L’idée de la Ligue arabe a été lancée en 1942 par les Britanniques, qui souhaitaient rallier les pays arabes contre les puissances de l’Axe. Cependant, la Ligue n’a pris son envol qu’en mars 1945, juste avant la fin de la Seconde Guerre mondiale. À l’époque, les questions qui dominaient l’ordre du jour de la ligue étaient la libération des pays arabes encore sous domination coloniale et l’interdiction pour la communauté juive de Palestine de créer un État juif.

L’organe suprême de la ligue est le Conseil, composé de représentants des États membres, généralement les ministres des affaires étrangères, leurs représentants ou leurs délégués permanents. Chaque État membre dispose d’une voix, quelle que soit sa taille. Le conseil se réunit deux fois par an, en mars et en septembre, et peut convoquer une session extraordinaire à la demande de deux membres.

Au quotidien, la ligue est gérée par le secrétariat général. Dirigé par un secrétaire général, il est l’organe administratif de la ligue et l’organe exécutif du conseil et des conseils ministériels spécialisés.

L’efficacité de la Ligue arabe a été gravement entravée par les divisions entre les États membres. Par exemple, pendant la guerre froide, certains membres étaient orientés vers l’Union soviétique tandis que d’autres se rangeaient dans le camp occidental. Il y a eu des rivalités pour le leadership, notamment entre l’Égypte et l’Irak. Puis il y a eu les hostilités entre les monarchies traditionnelles – comme l’Arabie saoudite, la Jordanie et le Maroc – et les nouvelles républiques, ou les États “révolutionnaires” comme l’Égypte de Gamal Abdel Nasser, la Syrie et l’Irak baasistes, et la Libye de Mouammar Kadhafi.

Publicité

La Ligue a été mise à rude épreuve par l’attaque menée par les États-Unis contre l’Irak de Saddam Hussein, certains soutenant la guerre, d’autres s’y opposant et d’autres encore restant sur la touche. Les décisions prises par la Ligue arabe n’étant contraignantes que pour les membres qui les ont votées, ces divisions ont en fait paralysé la Ligue dans la sphère de la “haute politique”. Ainsi, elle n’a pas réussi à coordonner les politiques étrangères, de défense ou économiques, ce qui a rendu complètement inefficaces les documents fondamentaux de la ligue tels que le traité de défense commune et de coopération économique et les organes clés tels que le conseil de défense commune.

Plus récemment, la Ligue a fait preuve d’une plus grande détermination depuis les soulèvements du “Printemps arabe” au début de 2011. Elle a soutenu l’action de l’ONU contre les forces de Mouammar Kadhafi en Libye. Elle a également suspendu la Syrie en raison de la répression des manifestations nationales, mais sa mission de surveillance à Damas s’est effondrée en raison des divisions entre les États membres qui soutiennent une résolution de l’ONU contre le gouvernement Assad et ceux qui hésitent à “internationaliser” une question arabe.

Lorsque les membres s’accordent sur une position commune, telle que le soutien aux Palestiniens sous occupation israélienne, cela ne va que rarement, voire jamais, au-delà de la publication de déclarations. La seule exception est peut-être le boycott économique d’Israël, qui a été presque total entre 1948 et 1993.

Cependant, la Ligue arabe a été un peu plus efficace à des niveaux inférieurs, comme l’élaboration de programmes scolaires, la préservation de manuscrits et la traduction de la terminologie technique moderne. Elle a contribué à la création d’une union régionale des télécommunications.

Incapacité à résoudre les problèmes

La Ligue arabe a souvent été critiquée pour son incapacité à résoudre les problèmes sur lesquels repose son existence. Au fil des ans, le cri de ralliement de l’organisme, à savoir “une seule nation arabe avec une mission éternelle“, a fait place à des réserves de plus en plus prononcées quant à la pertinence de l’institution.

En 2016, après avoir décidé de reporter le sommet annuel des dirigeants, le Maroc a annoncé qu’il renonçait à accueillir l’événement. Une déclaration du ministère marocain des affaires étrangères indiquait alors que le maintien de l’événement donnerait un faux sentiment d’unité aux États membres :

En l’absence de décisions importantes et d’initiatives concrètes à soumettre aux chefs d’État, ce sommet ne sera qu’une occasion supplémentaire d’approuver des résolutions ordinaires et de prononcer des discours qui donnent une fausse impression d’unité“.

Les dirigeants arabes ne peuvent se contenter, une fois de plus, d’analyser la situation amère des divergences et des divisions sans apporter de réponses décisives“.

Seuls sept des 22 dirigeants de la ligue ont assisté à la réunion qui s’est ensuite tenue en Mauritanie. Selon les critiques, l’édition de cette année, à l’instar de celles qui l’ont précédée, ne parviendra pas à combler le fossé politique qui a fini par caractériser l’histoire moderne de l’organisation, la crise actuelle du Golfe ajoutant une nouvelle couche de complexité.

L’échec arabe

Les Arabes ont quasiment échoué dans tous les projets idéologiques et politiques qu’ils ont entrepris au cours des 60 dernières années (à l’exception de quelques succès mineurs ici et là). Tout ce qu’ils ont considéré comme sacré, comme le nassérisme, le nationalisme arabe ou le baasisme, n’a apporté qu’une amère déception. Ils n’ont aucun sentiment de fierté pour leurs réalisations. Ce mélange toxique a produit un état d’esprit complètement pourri. Il touche l’ensemble du monde arabe, avec de légères différences liées au contexte historique et culturel spécifique de chaque pays. Cette atmosphère putride, couvre tous les segments de la société arabe – tant le grand public que l’élite.

En raison de cette atmosphère nauséabonde, les Arabes abandonnent tout simplement toute raison ou tout respect de soi lorsqu’ils sont confrontés à la possibilité d’un échec ou d’une défaite. Ils ne savent pas comment résister ou réagir aux défis posés à leur existence même, en particulier à la cause palestinienne. Ils sont devenus des spectateurs qui cherchent désespérément des étrangers pour prendre la tête de leur propre destiné.

Le mot qui traduit l’humeur du monde arabe actuellement est “Business”. On parle de l’augmentation du prix de l’essence, du boom économique qui explose dans tout le monde arabe, des réformes des lois économiques et de la libéralisation de l’économie. Des mots comme mondialisation et libre-échange sont à la mode aujourd’hui. Tout cela est bon et devrait être fait pour améliorer le niveau de vie des Arabes. Pourtant, tout le reste se perd dans cette euphorie économique. La solution aux problèmes du monde arabe réside-t-elle dans la création de quelques milliardaires ?

Le triste déclin d’une organisation autrefois audacieuse

Au cours de ses 75 ans d’histoire, la Ligue des États arabes (LEA), qui compte 22 membres, a décliné en tant qu’organisation – passant d’une organisation qui représente et pousse à une action arabe collective, ciblée et efficace à une simple façade d’institutions inefficaces qui reflètent la désunion qui prévaut dans le monde arabe.

À ses débuts, la Ligue arabe représentait une tentative des États arabes nouvellement indépendants de former une entente après la Seconde Guerre mondiale, une entente qui parlerait au nom des masses arabes émergeant de décennies de subjugation par des puissances étrangères.

Mais elle a rapidement été victime des idéologies des différentes élites des États arabes qui poursuivaient leurs intérêts et semaient la discorde. Cette désunion a limité la capacité de la Ligue à représenter les intérêts de plus de 400 millions d’Arabes aux niveaux régional et international. Elle les a également privés d’une participation effective aux décisions sur les questions mondiales qui les affectent, eux et leur avenir.

En tant que représentant organisationnel de 22 États arabes, la LEA préside aujourd’hui à une série de crises au sein de ses différents membres et entre eux ; cependant, elle semble totalement incapable de relever ces défis. En fait, les occasions où la Ligue arabe a réussi à résoudre une crise ont été rares. Elle fait actuellement preuve d’une incapacité totale à gérer les guerres civiles en cours – comme celles du Yémen, de la Syrie ou de la Libye – ou les conflits latents, comme la crise du Conseil de coopération du Golfe de 2017.

On ne peut pas compter sur elle pour représenter les souhaits de millions d’Arabes en matière de réformes politiques et économiques nécessaires et sérieuses dans leurs pays. Enfin, le bilan de la Ligue arabe indique qu’elle est incapable de persuader certains gouvernements arabes de mettre fin à leur normalisation avec Israël ou d’insister sur la mise en œuvre de l’Initiative de paix arabe qui a été lancée sous le nom de la Ligue des États arabes en 2002.

La faiblesse originelle de la Ligue arabe vient de sa charte, qui stipule que seuls les pays approuvant ses résolutions sont liés par celles-ci. Ce manque de conditionnalité concernant l’engagement dans une action commune a été au cœur de l’inefficacité de la Ligue.

Après l’échec des États arabes dans leur guerre contre Israël en 1948, les membres de la Ligue ont approuvé deux accords de défense commune et de coopération économique. Mais ceux-ci n’ont jamais été correctement mis en œuvre, ce qui a conduit à l’affaiblissement de l’action arabe commune au fil des ans.

L’ajout de nouveaux membres au cours des quatre décennies suivantes n’a pas changé cette réalité, bien que les 22 membres soient tous attachés à la charte de la Ligue et aux deux accords susmentionnés.

À plusieurs reprises, les Arabes ont pu se mettre d’accord sur la mise en place de mécanismes d’action commune, qui auraient pu rendre la Ligue semblable à l’Union européenne. Mais l’individualisme a toujours fait obstacle au collectivisme et à l’unité, ce qui a affaibli la Ligue arabe et remis en question son existence.

La Ligue arabe et le problème palestinien

La Ligue arabe a historiquement accordé à la Palestine un statut spécial pour participer à ses délibérations et a traité son droit à l’indépendance et au statut d’État comme une caractéristique constante de la structure, du modus operandi et de la plateforme politique de la Ligue. Cet engagement a vacillé de temps à autre, culminant avec le récent refus de l’organisation, le 9 septembre 2020, de condamner la décision des Émirats arabes unis (EAU) de normaliser les relations avec Israël, comme le proposait la délégation palestinienne.

Le clivage politique qui en a résulté, associé aux rumeurs selon lesquelles d’autres pays arabes suivraient les traces d’Abou Dhabi, a conduit l’État de Palestine à renoncer à sa présidence du cycle de réunions de la LEA, dans un geste de protestation symbolique qui ne va pas jusqu’au retrait total de son adhésion à la Ligue. Cette décision a été suivie par le Qatar, le Koweït, la Libye, le Liban et les Comores.

Franchement, ce n’est pas la première fois que la Ligue arabe ne respecte pas ses propres engagements à long terme envers la Palestine. Cependant, la décision de plusieurs États membres, avec en tête les Émirats arabes unis et le Bahreïn, le Soudan et le Maroc de poursuivre ouvertement la normalisation et l’alliance stratégique avec Israël place les Palestiniens face à un défi existentiel, même si ces États ont affirmé à plusieurs reprises qu’ils restaient fermes dans leur soutien à l’État palestinien malgré leur accord avec Israël.

Les États arabes et l’Autorité palestinienne ont toutefois convenu d’inclure dans une déclaration finale un texte mettant l’accent sur l’initiative de paix arabe, la solution des deux États et le principe “terre contre paix”. Mais le refus de dénoncer clairement l’accord de normalisation témoigne d’un net changement dans la politique arabe à l’égard de la Palestine et dans les priorités géopolitiques des États arabes. En fait, plusieurs pays ont soutenu l’accord, et selon certaines sources, certains ministres arabes des affaires étrangères ont même tenté d’inclure des dispositions qui le légitiment.

Cette démarche est en contradiction directe avec l’initiative de paix arabe, qui a été approuvée par la Ligue arabe en 2002, 2007 et 2017. Cette initiative dirigée par l’Arabie saoudite conditionne la normalisation des relations entre le monde arabe et Israël au retrait israélien des territoires palestiniens occupés, à un “règlement juste” pour les réfugiés palestiniens sur la base de la résolution 194 de l’ONU, et à la création d’un État palestinien avec Jérusalem-Est pour capitale.

La Ligue arabe a essentiellement sanctionné l’abandon de ces exigences en échange d’une suspension temporaire de l’annexion de jure, sachant pertinemment que l’annexion de facto se poursuit. L’AP a accusé les EAU de violer les termes de l’initiative de paix arabe.

Dans l’ensemble, l’incapacité à condamner l’accord réside dans les programmes politiques et économiques individuels de chaque pays et dans leur dépendance à l’égard des EAU, de l’Arabie saoudite et des États-Unis. Néanmoins, il sert à conforter Israël et les États-Unis dans leur exclusion totale et leur négligence des Palestiniens et de leurs droits, ouvre la voie à de futurs accords de normalisation, renforce la marginalisation des Palestiniens par les États arabes et conduira probablement à la dissolution de l’Initiative de paix arabe.

Un exemple concret est le fait que l’État de Palestine a décidé de renoncer à son droit à la présidence de la Ligue arabe en opposition à ces récents développements, et que cet acte n’a pas semblé faire de différence.

La Libye

L’une des décisions les plus importantes de la Ligue des États arabes concernant la Libye a été prise au printemps 2011, lorsqu’elle a fourni une couverture arabe à la résolution 1973 du Conseil de sécurité des Nations unies qui autorisait l’intervention militaire de l’OTAN contre les forces de Mouammar Kadhafi.

En mars de cette année-là et à la suite de discussions controversées au sein de la Ligue (la Syrie et l’Algérie s’y opposaient vivement), Amr Moussa, alors secrétaire général, a demandé aux Nations unies d’imposer une zone d’exclusion aérienne au-dessus de la Libye. La décision de la Ligue arabe avait été précédée quelques jours plus tôt par une décision du Conseil de coopération du Golfe – à l’époque le groupe d’États le plus cohérent et le plus important – qui a incité la Ligue à agir.

L’objectif était d’empêcher Kadhafi de déployer ses forces armées contre des manifestants pacifiques qui réclamaient un changement politique. La communauté internationale, menée par les États-Unis et les pays européens, avait besoin de la couverture politique de la Ligue arabe pour intervenir dans un pays arabe dont le dirigeant menaçait en fait de génocide son propre peuple.

Une fois la résolution 1973 approuvée, le Qatar et les Émirats arabes unis ont envoyé leurs propres avions de guerre pour participer, aux côtés des membres de l’OTAN, à l’application de la zone d’exclusion aérienne. Au cours du mois de février précédent, la Ligue arabe avait suspendu l’adhésion du gouvernement libyen et reconnu le Conseil national de transition (CNT) rebelle comme représentant du peuple libyen.

Mais ce premier moment de concorde sur la Libye s’est rapidement dissipé après que Kadhafi a été tué par les rebelles en octobre 2011. Les calculs politiques au sein du CCG et de la LEA ont commencé à changer alors que des changements d’accompagnement se produisaient sur le terrain en Libye et en Égypte voisine – qui a également vu l’effondrement du régime Moubarak pro-CCG – facilitant ainsi la montée de l’islam politique au Caire.

Alors que le Qatar a cherché à aider les forces et les milices islamistes à Tripoli, les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite ont commencé à chercher des alliés libyens laïques au sein du CNT. Cela s’est accompagné de leurs efforts pour aider à monter un défi contre les Frères musulmans égyptiens qui, en 2012, ont remporté les élections parlementaires et présidentielles. Finalement, ces efforts ont conduit au coup d’État de juillet 2013 qui a porté au pouvoir le général Abdel-Fattah el-Sisi. Peu après, en 2014, Abou Dhabi et Riyad ont commencé à soutenir un ancien officier des forces armées libyennes, Khalifa Haftar, qui reste un acteur important de la crise politique libyenne.

La division au sein de la Ligue a affecté sa cohésion et sa capacité à aider la transition politique de la Libye, qui, selon elle, doit se faire par des négociations et de manière pacifique. La LEA a soutenu l’accord politique libyen parrainé par l’ONU, signé à Skhirat, au Maroc, en 2015, qui a donné naissance à l’actuel gouvernement d’entente nationale (GNA) à Tripoli, que le général Haftar a tenté de renverser avec l’aide des EAU et de l’Égypte.

En juin 2020, l’Égypte a demandé une réunion des ministres des affaires étrangères de la Ligue, qui ont ensuite condamné l’ingérence étrangère dans les affaires libyennes, en particulier celle de la Turquie (qui soutient le GNA). Fait important, la réunion s’est tenue sans consulter le GNA, qui l’a boycottée. Aucune mention n’a été faite de l’ingérence directe des EAU et de l’Égypte – en plus de celle de la Russie et de la France – en faveur du général Haftar. En substance, les divisions au sein de la Ligue ont été au cœur de son incapacité à aider un pays membre comme la Libye à atteindre la stabilité politique que son peuple mérite si désespérément.

La Syrie

Quelques mois après l’éruption des manifestations contre le régime syrien en mars 2011, la Ligue arabe a envoyé une mission d’observation en Syrie pour enquêter sur les rapports faisant état de violences généralisées contre les civils. La mission était dirigée par l’ancien chef des services de renseignement soudanais, le général Mohammed Ahmed Mustafa al-Dabi, qui a semblé blanchir les atrocités commises par le régime en niant des violations manifestes des droits de l’homme. Le rapport final de cette mission a été largement critiqué.

En novembre 2011, sous la pression principalement des pays du Golfe, la LEA a suspendu l’adhésion de la Syrie à ses institutions et imposé des sanctions politiques et économiques au régime syrien. Les États arabes ont été invités à retirer leurs ambassadeurs de Damas. Le Liban et le Yémen ont voté contre cette décision, tandis que l’Irak s’est abstenu.

La Ligue arabe, en coopération avec les Nations unies, a alors choisi l’ancien secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan, comme médiateur en Syrie. Sa mission n’a duré que six mois. Il a été remplacé par Lakhdar Brahimi, qui n’a été considéré comme un émissaire de l’ONU que parce que le gouvernement syrien a refusé de l’accepter comme représentant de la Ligue arabe. Sa mission a duré moins de deux ans et a été aussi infructueuse que celle d’Annan. On peut supposer que depuis 2012, après l’échec de la mission d’Annan, la Ligue arabe a été largement absente de Syrie en raison du rôle dominant de la Russie dans le pays et de la quasi-absence des États-Unis.

En 2018, lorsque le président Donald Trump a annoncé que les pays de la région devraient assumer le coût de la lutte contre l’État islamique, il a été question de la participation des forces arabes au maintien de la paix dans l’est de la Syrie. À l’époque, l’Arabie saoudite a exprimé sa volonté d’envoyer des troupes en Syrie, mais uniquement sous un parapluie international.

Le principal obstacle à cette entreprise était le mauvais exemple donné par les forces arabes de maintien de la paix qui avaient été envoyées au Liban en 1976 pour surveiller la sécurité dans ce pays. Comme on le sait, cette force était composée principalement de troupes syriennes qui sont restées jusqu’en 2005, date à laquelle elles se sont retirées sous la pression américaine et internationale à la suite de l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri.

Certes, le rôle de la Ligue arabe dans le conflit syrien a été pratiquement inefficace. Cette situation a été exacerbée par la division et la discorde au sein du CCG depuis 2017. En fait, la Ligue s’est retrouvée paralysée après la nomination de l’ancien ministre égyptien des Affaires étrangères Ahmed Aboul Gheit au poste de secrétaire général. Beaucoup considèrent désormais l’organisation comme un appendice du ministère égyptien des Affaires étrangères, qui œuvre à la réalisation des intérêts égyptiens dans le monde arabe et dans la région.

Le Yémen

Dans les années 1960, l’Arabie saoudite et l’Égypte (sous Gamal Abdul-Nasser) se sont disputé l’influence de la Ligue des États arabes et de l’Organisation de la coopération islamique (OCI), offrant ainsi un contrepoids à la possibilité qu’un camp domine les organisations. Dans les années 80, une querelle personnelle entre le prince héritier (devenu roi) Abdallah et le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi a permis de rétablir un semblant d’équilibre parmi les membres de la Ligue arabe.

Aujourd’hui, avec l’Égyptien Abdel-Fattah el-Sisi lourdement endetté auprès de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis, Kadhafi mort et la Libye en lambeaux, la LEA est devenue une organisation unipolaire dominée par l’Arabie saoudite et massivement soutenue par les Émirats arabes unis. En 2015, les rois Fahd et Abdallah ayant disparu de la scène, l’ascension du jeune Mohammed bin Salman au poste de prince héritier s’est traduite par un leadership saoudien agressivement affirmé. Par conséquent, et sans presque aucune opposition, la Ligue arabe a soutenu le point de vue saoudien sur le Yémen et a simultanément accepté la création d’une armée arabe – une force qui est restée ad hoc en fonction des circonstances actuelles et des inclinations du leadership saoudien.

Lorsque l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont décidé de repousser les Houthis de Sanaa, ils ont formé la coalition arabe, un recours à la force qui n’a rencontré aucune opposition au sein de la Ligue et qui, au départ, incluait la participation de l’Égypte, de la Jordanie et du Maroc – tous des États dotés d’organisations militaires importantes et efficaces. Ces trois pays se sont ensuite retirés de la coalition, du moins en ce qui concerne l’envoi de troupes terrestres, mais ils ont continué à soutenir l’effort de guerre verbalement et lui ont prêté une certaine assistance aérienne.

Sept ans après le début d’une guerre apparemment sans fin, la Ligue arabe n’a toujours pas affirmé son indépendance en suggérant – sans parler de diriger – un effort de médiation pour mettre fin à la guerre au Yémen. Les récentes déclarations de la Ligue des États arabes et de l’OCI n’ont fait que reprendre le point de vue saoudien, accusant l’Iran d’être responsable de la violence persistante et les Houthis de poursuivre leurs attaques, comme lors des récentes avancées des Houthis à Marib.

Lors d’une récente rencontre entre le secrétaire général de la Ligue arabe, M. Aboul-Gheit, et le premier ministre yéménite, M. Maeen Abdulmalik Saeed, le premier a évoqué la nécessité d’un règlement politique au Yémen. En effet, les actions de la Ligue arabe ne se sont pas résumées à une liste de possibilités d’aide humanitaire au Yémen, avec des appels occasionnels encourageant les dons à cette fin.

La tragédie au Yémen, déclarée par les Nations unies comme étant la pire catastrophe humanitaire au monde, est une mise en accusation cinglante de la Ligue arabe, une organisation dont l’objectif était de débattre et d’atténuer les crises dans la région et d’offrir une assistance dans la résolution des conflits.

Échecs successifs

L’ampleur de l’échec de la Ligue arabe est sans précédent dans l’histoire des ligues internationales. Elle n’a pas réussi à empêcher la création de l’État d’Israël, malgré la menace génocidaire de son secrétaire général selon laquelle un tel geste entraînerait “une guerre d’extermination et un massacre capital dont on parlera comme du massacre des Mongols et des Croisades” ; elle n’a pas non plus traité de manière constructive, avec compassion, ni même particulièrement astucieuse, les réfugiés palestiniens dans ses États membres.

En septembre 1970, la Ligue arabe n’a pas réussi à trouver une solution à la confrontation féroce entre la Jordanie et l’OLP, ou Septembre noir comme on l’appelle communément, qui a fait des milliers de morts et conduit à l’expulsion de l’OLP vers le Liban et d’autres pays voisins.

En 1990, la Ligue n’a pas réussi à résoudre le conflit irako-koweïtien sur le pétrole et n’a rien eu de constructif à faire ou à dire, que ce soit avant ou après l’invasion irakienne et l’occupation brutale du Koweït. Bien qu’elle interdise à ses membres de recourir à la force les uns contre les autres, ses États membres l’ont fait à de nombreuses reprises. L’Égypte a envahi le Yémen dans les années 1960. La Syrie a occupé le Liban entre 1976 et 2005. L’Irak, comme mentionné, a envahi le Koweït en 1990.

La Ligue arabe n’a jamais réussi à relever les défis urgents qui se sont posés au cours des décennies dans le monde arabe, notamment l’escalade de l’insurrection chiite iranienne au Moyen-Orient. La Ligue a joué un rôle limité dans la lutte contre le terrorisme et le radicalisme dans la région ou dans l’avancement du processus d’intégration entre ses membres.

Elle n’a jamais eu non plus beaucoup à apporter sur le problème des violations rampantes des droits de l’homme fondamentaux dans l’ensemble du monde arabe. Elle n’a rien eu de constructif à proposer sur la manière de gérer les mouvements dramatiques d’un grand nombre de réfugiés ces dernières années et reste largement silencieuse sur les guerres brutalement destructrices qui se déroulent actuellement en Syrie, en Libye et au Yémen.

Les sommets de la Ligue arabe ont tendance à se terminer par de grandes déclarations, sans décisions et sans plans d’action. La longue série de crises internes dans les États membres comprend la détresse économique, la pollution, l’agitation sociale, le non-respect des droits de l’homme, le terrorisme et de nombreuses guerres civiles qui ont entraîné des souffrances humaines indicibles et des bouleversements. La Ligue, qui ne fournit rien pour aider ces États à résoudre ou même à faire face à ces problèmes, a perdu tout statut d’acteur régional actif et influent auquel elle aurait pu prétendre.

Pour couronner le tout, la Ligue arabe a connu une crise budgétaire au cours des dernières années. Selon son secrétaire général, Ahmad Aboul Gheit, le budget de la Ligue est d’environ 60 millions de dollars, ce qui, selon lui, n’est rien comparé au PNB du monde arabe. M. Gheit a prévenu que la crise financière de l’organisation s’aggravait depuis plusieurs années et a déclaré que certaines de ses activités pourraient s’arrêter complètement si les États membres ne respectent pas leurs obligations en matière de contribution. “Certains pays qui devraient contribuer pour une grande part au budget n’ont pas versé un seul dollar“, a-t-il déclaré.

Les résolutions de la Ligue arabe sont préfabriquées, dépassées, déconnectées, ce qui maintient la Ligue dans un état de paralysie. Les faiblesses de la Ligue reflètent les faiblesses et les déficiences des États arabes qui dépendent de mécènes extérieurs pour leur soutien militaire, financier et diplomatique. Ce vide a ouvert la voie au “croissant chiite” soutenu par l’Iran, qui a prospéré et représente aujourd’hui une menace sérieuse pour les intérêts, les routes commerciales et la sécurité des États de la région.

Conclusion : besoin de renouveau

Les antécédents anciens et infructueux de la Ligue arabe et les défis actuels auxquels son action est confrontée ne signifient pas nécessairement que cette organisation est totalement irrécupérable. Mais pour changer ce qui est devenu un statu quo de plus en plus inacceptable, il faudra tenir compte de quatre considérations importantes.

Premièrement, la Ligue arabe ferait bien de reconnaître et de répondre aux appels de la rue arabe à une plus grande ouverture politique dans l’ordre politique arabe, à un plus grand respect des droits civils et humains dans la société arabe et à une plus grande acceptation du développement démocratique. Ce n’est qu’alors que la ligue deviendra une organisation capable de jouer un rôle dans le futur monde arabe qui dépendra de la jeunesse pour son développement et son progrès.

Deuxièmement, l’éthique organisationnelle de la Ligue arabe ressemble à celle qui prévaut dans les institutions des États arabes individuels, qui sont généralement réactives et guidées par les événements au lieu de suivre une conception stratégique qui anticipe et traite les défis et les menaces. Il convient également de mettre l’accent sur l’indépendance organisationnelle de la Ligue par rapport aux États arabes et sur son agilité politique pour pouvoir résoudre les différends intra-arabes.

Troisièmement, et de manière concomitante, il incombe aux États arabes de permettre une certaine transparence dans leur prise de décision sur les questions qui affectent l’action collective arabe et les relations interarabes. Il est également souhaitable de permettre à la Ligue arabe, lorsqu’elle aura développé les capacités de son secrétariat, d’examiner si les actions de certains États sont préjudiciables à d’autres États.

Quatrièmement, il est peut-être temps que le monde arabe établisse enfin sa force militaire permanente pour défendre l’intégrité territoriale des États vulnérables, participer aux opérations de paix et de stabilité lorsque cela est nécessaire (comme en Syrie, en Libye et au Yémen), et fournir des troupes et du matériel pour lutter contre les organisations terroristes.

La charte de la Ligue arabe prévoit déjà un Conseil de défense conjoint, et il est peut-être grand temps qu’une force arabe collective devienne une réalité, au lieu de rester possible uniquement en principe.

Vous pouvez suivre le Professeur Mohamed Chtatou sur Twitter : @Ayurinu

Publicité

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Les épreuves de la vie selon Omar Ibn al-Khattab, compagnon du prophète Muhammad ( SAWS)

Angleterre : des jeunes filles musulmanes glanent des fonds pour des défibrillateurs cardiaques