in

Les victimes de Bagdad ont un visage grâce à l’hommage posthume rendu par un Irakien sur Twitter

Alors que le Washington Post, appuyant là où le bât blesse, mettait en lumière le traitement occidental différencié réservé à la double attaque-suicide qui a, dimanche 3 juillet, ensanglanté Badgad, et le peu d’émotion suscitée à l’échelle internationale par ce véritable carnage, pourtant le plus meurtrier jamais revendiqué par le terrorisme aveugle de Daech, cherchant vainement le moindre élan de solidarité sur les réseaux sociaux, le moindre hashtag « Je suis Bagdad », le moindre étendard irakien en berne, et ne se faisant guère d’illusion sur l’illumination d’un édifice emblématique en mémoire des 250 victimes et plus de 200 blessés, tous musulmans et innocents, un Irakien installé à Londres a décidé de mettre un visage sur les noms qui n’en finissent pas de s’égrener.

Humanisant celles et ceux dont la disparition tragique ne bénéficie pas de la même couverture médiatique que d’autres, et ne fait guère pleurer dans les chaumières de nos contrées, Mustafa al-Najafi s’est employé à réparer cette terrible injustice en leur rendant un hommage posthume poignant sur Twitter. Le hashtag #NotJustANumber a ainsi vu le jour sur la Toile pour que ces hommes et ces femmes irakiens, jeunes et moins jeunes, ne soient pas morts deux fois sous l’effet de l’indifférence générale.

Une mosaïque de photos marquée du sceau de la tragédie s’est constituée progressivement, dans laquelle certains visages étaient familiers à Mustafa al-Najafi, citant notamment Mohamed, futur papa de Moustapha et commerçant de profession, mais aussi Adel, fraîchement fiancé, ou encore la petite Rouqaya, son frère Habi et leur père.

Que Dieu accueille les défunts dans son vaste paradis

  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Montreuil : le directeur des Restos du Cœur soupçonné d’avoir inventé son agression par “un couple criant Allah Akbar”

Bac et Aïd El Fitr : F. Fillon fustige “le réflexe pavlovien de la droite” contre les musulmans